Le coq Pitikok pourra continuer à chanter dans les Hautes-Pyrénées, le plaignant renonce au procès

6 juillet 2022 Mis à jour: 6 juillet 2022
FONT BFONT SText size

« Cocorico »! Le coq Pitikok pourra continuer à chanter à sa guise dans son village d’Oursbelille dans les Hautes-Pyrénées. Le plaignant, qui avait engagé une action en justice, a finalement renoncé à un procès.

Âgé de 76 ans, cet ancien retraité de la police originaire de Clermont-Ferrand et résidant occasionnellement à Oursbelille, au nord de Tarbes, avait déposé plainte contre la propriétaire du coq pour « trouble anormal de voisinage » , demandant à ce qu’elle se débarrasse de son coq, ainsi que 6000 euros de dommages et intérêts.

La propriétaire du volatile, qui comparaissait le 4 juillet devant le tribunal de Tarbes pour « nuisance », a tourné court. En raison des commentaires haineux, voire des menaces de mort qui ont suivi la médiatisation de l’affaire, le plaignant a renoncé à ses poursuites.

Des « néoruraux » qui ne supportent pas, ou peu, des sons qui sont naturels »

« C’est une affaire qui finit bien pour Pitikok qui pourra continuer à faire cocorico et à veiller sur ses petites poules », s’est réjoui Me Stéphane Jaffrain, l’avocat de la propriétaire, poursuivant qu’« une fois de plus, nous avons des néoruraux qui viennent à la campagne, et qui ne supportent pas, ou peu, des sons qui sont naturels ».

Après l’affaire similaire du coq Maurice en 2019 sur l’île d’Oléron en Charente-Maritime, que la justice avait autorisé à continuer de chanter, le sort de Pitikok à Oursbelille a connu un important retentissement national.

Depuis janvier 2021, une loi protège les sons et odeurs caractérisant les espaces naturels. Sonnerie des cloches, chant du coq ou des cigales, coassement des grenouilles, mais aussi effluves de crottin de cheval ou d’étable.

 

***

Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé