Le cinéaste des « Misérables » Ladj Ly en garde à vue pour abus de confiance et blanchiment

11 février 2021 Mis à jour: 11 février 2021
FONT BFONT SText size

En garde à vue et entendu pendant deux jours, le réalisateur Ladj Ly est suspecté « d’abus de confiance » et « abus de biens sociaux », visant l’association qui chapeaute son école de cinéma en Seine-Saint-Denis.

Le cinéaste Ladj Ly, âgé de 43 ans, multiprimé pour avoir réalisé en 2019 « Les Misérables » et son frère Amadou ont été interrogés le 9 et 10 février par la police judiciaire de Seine-Saint-Denis en lien avec l’enquête préliminaire, ouverte en février 2020 par le parquet de Bobigny, pour « abus de confiance et blanchiment » et selon 20 minutes « abus de biens sociaux, faux et usage de faux », à l’encontre de leur association La Cité des Arts Visuels qui supervise l’école artistique Kourtrajmé dont M. Ly est le fondateur.

Selon une information du Parisien, des soupçons de détournement porteraient sur un montant de plus de 200 000 euros.

Perquisition dans les locaux

Leurs gardes à vue ont débuté mardi et ont été levées mercredi en début d’après-midi, a indiqué le parquet de Bobigny, en précisant que l’enquête se poursuit. Contactée par l’agence France presse (AFP), Me Julia Minkowski, l’avocate du cinéaste, n’a pas souhaité faire de commentaire.

Cette enquête avait donné lieu en janvier à une perquisition dans les locaux de l’association à Montfermeil, cette ville de banlieue parisienne où le cinéaste a grandi, vit et a installé son école de cinéma.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé