L’avocat chinois Yu Wensheng reçoit le prix suédois des droits de l’homme

20 septembre 2022 Mis à jour: 20 septembre 2022
FONT BFONT SText size

Le 9 septembre, la Fondation du Fonds commémoratif Anna Dahlbäck, basée à Stockholm a décerné un prix dans la catégorie droits de l’homme à l’avocat chinois Yu Wensheng.

Yu Wensheng, qui vit à Pékin, n’a pas pu assister à la cérémonie de remise des prix à Stockholm et a demandé à une autre personne de recevoir le prix en son nom.

Pour son travail en tant qu’avocat des droits de l’homme, Yu Wensheng a longtemps été pris pour cible par les autorités communistes chinoises. Au début de l’année, il a été libéré après plusieurs années d’emprisonnement pour son action en faveur des droits de l’homme.

Le prix récompense le travail de Me Yu Wensheng en matière de droits de l’homme ainsi que son « grand dévouement et son courage moral », a déclaré la fondation en décernant le prix.

Déclaration de la Fondation du Fonds commémoratif Anna Dahlbäck sur le prix 2022. (Capture d’écran via Epoch Times)

Me Yu Wensheng a déclaré à Epoch Times, le 13 septembre, que ce prix revenait à tous les défenseurs des droits de l’homme.

Il a souligné que les Chinois ont particulièrement besoin de courage civique, mais qu’ils ont avant tout besoin d’une conscience civique.

« La pensée servile dans l’esprit des Chinois est trop forte, et certaines personnes doivent marcher en tête pour mener le peuple chinois vers la liberté, la démocratie, les droits de l’homme et l’État de droit. »

« Les avocats et les défenseurs des droits de l’homme sont ceux qui ouvrent la voie », a‑t‑il ajouté.

Me Yu a rappelé qu’au cours des dix dernières années, des dizaines d’avocats des droits de l’homme ont été arrêtés par le régime communiste. Il a précisé que l’État de droit et les droits de l’homme en Chine ont sérieusement régressé.

« Dans le même temps, nous avons également vu que les membres de la famille des avocats des droits de l’homme n’ont pas peur de la tyrannie et défendent fermement leurs droits. Je suis ici très reconnaissant envers ma femme Xu Yan. Elle n’est pas seulement l’épouse d’un avocat spécialisé dans les droits de l’homme, mais aussi un ardent défenseur des droits de l’homme. »

Xu Yan, épouse de l’avocat des droits de l’homme Yu Wenshengon le 30 octobre 2019, devant le centre de détention de la ville de Xuzhou où son mari était détenu. (Nicolas Asfouri/AFP via Getty Images)

Me Yu a ajouté que les avocats spécialisés dans les droits de l’homme en Chine souffrent toujours et a demandé que l’on prête davantage attention à leur situation et à celle de leurs familles.

Dans une déclaration en février, alors que son mari était toujours incarcéré, l’organisation de défense des droits de l’homme Amnesty International a indiqué que Xu Yan était sous surveillance constante et avait été harcelée à plusieurs reprises par les autorités chinoises, qu’elle avait été convoquée, placée en détention et qu’il lui était parfois interdit de quitter son domicile.

Persécution

En tant qu’avocat des droits de l’homme bien connu à Pékin, Yu Wensheng a été persécuté par le régime chinois pendant des années.

Le 13 octobre 2014, il a été arrêté par la branche Daxing du Bureau de la sécurité publique de Pékin pour avoir soutenu la manifestation démocratique « Hong Kong Occupy Central ». Il a été détenu pendant 99 jours, au cours desquels il a été torturé et est tombé malade.

Le 6 août 2015, Yu Wensheng a été arrêté en raison de ses liens avec des centaines d’avocats chinois spécialisés dans la défense des droits, arrêtés par le régime le 9 juillet de la même année. Il a été libéré 24 heures plus tard. Il est ensuite devenu l’avocat de l’un de ceux‑ci, Me Wang Quanzhang. Mais en août 2016, son statut légal d’avocat de Me Wang Quanzhang lui a été retiré par le régime.

En 2016, il a représenté de nombreux pratiquants de Falun Gong – persécutés par le régime communiste depuis 1999 – et les a défendus devant les tribunaux. « Au cours des dix dernières années, grâce à la défense, il a non seulement été clairement établi que leurs activités sont légales et qu’ils sont innocents, mais aussi que la suppression des croyances du Falun Gong est illégale », avait‑il alors commenté. « Oui. Le rôle que chacun d’entre nous y joue nécessite une réflexion approfondie. »

En janvier 2018, sa licence d’avocat a été révoquée par les autorités, et il a été arrêté par le régime pour avoir préconisé une réforme constitutionnelle.

Il a été inculpé d’« incitation à la subversion contre l’État » en avril 2018 et condamné à quatre ans d’emprisonnement. En prison, Me Yu a été gravement torturé et physiquement mutilé. Il a été libéré le 1er mars de cette année.

L’avocat chinois Yu Wensheng à Pékin, en Chine, le 12 janvier 2017. (Fred Dufour/AFP/Getty Images)

Soutien international

Pour son activisme en faveur des droits de l’homme, Me Yu a obtenu un soutien international.

En janvier 2019, il a reçu le prix franco‑allemand pour les droits de l’homme et l’État de droit, tandis qu’en février 2021, il a reçu le prix annuel Martin Ennals pour les défenseurs des droits de l’homme.

Le prix décerné à Me Yu Wensheng par la Fondation du Fonds commémoratif Anna Dahlbäck bénéficie du soutien et de la participation d’Amnesty International, de l’ONG suédoise Diakonia, du Haut‑Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, de la Croix‑Rouge et de l’Association du barreau suédois, entre autres organisations et institutions.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé