L’avenir de l’écriture dans un monde d’IA

27 mai 2023 Mis à jour: 27 mai 2023
FONT BFONT SText size

Dans un article récemment publié, Andrew Thornebrooke fait état des « importantes perturbations » que la technologie de l’intelligence artificielle (IA) est susceptible de provoquer. Une réunion de la sous-commission américaine sur la vie privée, la technologie et le droit a permis de faire le point sur « l’explosion des outils d’intelligence artificielle accessibles au plus grand nombre, tels que ChatGPT, qui affectera profondément la société dès l’année prochaine ».

De même, en Australie, la commissaire aux droits de l’homme, Lorraine Finlay, a également averti qu’il deviendrait plus difficile de distinguer les faits de la fiction et de lutter contre « la menace croissante que représentent les fausses informations et la désinformation créées et diffusées à l’aide d’outils d’IA générative ».

L’utilisation croissante de robots – « chatbots » – dans le monde de l’édition est comparable à la révolution provoquée par l’invention de la presse à imprimer au XVe siècle, qui « a été le signe avant-coureur d’une civilisation plus autonome et d’une liberté accrue dans toute l’Europe ».

Sam Altman, le développeur de ChatGPT, réfléchissant à l’impact de l’IA sur l’imprimerie, a également exprimé sa conviction que l’IA « peut être une étape décisive pour l’imprimerie ».

La comparaison de l’IA avec l’invention de la presse à imprimer est en rapport avec le débat actuel sur les dangers réels ou perçus associés à l’utilisation des outils d’IA, en particulier dans le monde de la littérature et de la rédaction d’essais.

La pertinence de la comparaison est renforcée par les résultats d’une enquête récemment menée par la Société australienne des auteurs (ASA). Cette enquête visait à connaître le point de vue de ses membres sur l’impact de l’IA sur leur travail.

L’ASA note que « les résultats de l’enquête montrent que si une petite minorité d’auteurs utilisent des outils d’IA dans le cadre de leur processus d’écriture et d’illustration, la menace que l’IA générative fait peser sur les professions déjà précaires de l’écriture et de l’illustration suscite une inquiétude écrasante ».

Brouiller les pistes

Ayant écrit plusieurs romans et ouvrages documentaires, j’ai été intéressé d’apprendre qu’il est technologiquement possible d’écrire un livre avec l’aide d’un robot (ou d’un chatbot) bien instruit et de faire croire qu’il est entièrement l’œuvre d’un créateur humain.

Dans ces conditions, il est difficile de faire la distinction entre un vrai roman et un roman écrit par un robot. Cela conduit à l’idée étonnante que la fiction elle-même peut être fictive.

(Photo LIONEL BONAVENTURE/AFP via Getty Images)

Cette avancée technologique est cependant une perspective effrayante car l’IA crée un monde dans lequel aucune réalisation ne peut être considérée comme émanant de l’imagination artistique et des compétences des auteurs.

Serait-il vraiment possible pour un robot d’écrire un roman bien structuré et émouvant ?

À ce stade, il est peut-être encore trop difficile pour un robot de développer une histoire évolutive sur plusieurs chapitres différents. L’écriture d’une histoire évolutive, qui augmente progressivement la sophistication de son intrigue à chaque nouveau chapitre et donne un aperçu du caractère des protagonistes du livre, est en effet une tâche difficile.

À l’heure actuelle, un observateur expérimenté et assidu pourrait soupçonner, voire conclure, qu’un livre a été écrit avec l’aide d’un robot.

Les observateurs peuvent y parvenir en explorant la prédilection des chatbots pour l’utilisation des mêmes adjectifs et adverbes, comme « travailler sans relâche », au lieu d’utiliser tout le lexique de mots différents pour donner un aperçu plus approfondi du monde passionnant des protagonistes du livre.

Le développement des histoires peut également suivre un schéma prévisible et robotique. Pourtant, le monde de l’édition est conscient qu’un changement tectonique est en train de s’opérer dans le comportement des auteurs en matière d’écriture.

L’utilisation qui pourrait être faite de l’IA dans les écoles et les universités est tout aussi préoccupante.

Les enseignants et les universitaires auront beaucoup de mal à déterminer si une dissertation est réellement le fruit du travail d’un étudiant. Aujourd’hui encore, il existe des agences spécialisées qui sont en mesure de fournir à un étudiant une dissertation sur un éventail étonnamment large de sujets.

Une élève écrit son nom dans une salle de classe d’une école élémentaire à Paris, après la rentrée scolaire, le 4 septembre 2012. (Fred Dufour/AFP via Getty Images)

Heureusement, les règles sur le plagiat et la collusion restent des barrières infranchissables à l’utilisation de ces services par les étudiants, mais cela sera plus difficile, voire impossible si des humains étaient en mesure de commander à un chatbot de livrer une dissertation.

On pourrait s’attendre à ce que le retour à l’évaluation traditionnelle de type examen fasse son apparition, lorsqu’il est possible de gérer les étudiants pendant qu’ils rédigent leur travail dans un environnement contrôlé.

Par ailleurs, si l’on veut continuer à évaluer les prouesses littéraires et la capacité de communication d’un élève par le biais d’une rédaction indépendante, les sujets de rédaction devront être rédigés de manière si complexe et sophistiquée qu’il sera difficile pour un robot de produire un résultat convenable.

Que faut-il faire ?

La question de savoir si l’IA est bénéfique pour l’humanité dépend de l’humanité elle-même. Toute avancée technologique peut être utilisée pour nuire à la société ou lui apporter des avantages inimaginables. Cependant, il est certain qu’elle doit être contrôlée pour s’assurer que la littérature et le système éducatif du pays ne soient pas fatalement compromis et que notre civilisation reste intacte.

En effet, une fois que l’IA aura corrompu les pouvoirs imaginatifs et créatifs des auteurs et des étudiants, il deviendra problématique pour la population en général d’être certaine de l’origine et du contenu des communications qu’elle reçoit, des livres qu’elle lit ou même des conférences qu’elle écoute.

Dès lors que l’incertitude l’emporte, notre civilisation est sur une pente glissante.

Dans de telles circonstances, il est facile de souscrire à l’évaluation d’Alexander Voltz :

« Si l’on peut dire que l’art généré par l’IA est, par nécessité, fondé sur la connaissance, il est inhumain et n’est donc pas une représentation honnête de l’expérience humaine. Elle n’est pas non plus honnête lorsqu’elle génère son art, se contentant de manipuler une bibliothèque numérique préprogrammée de composants et d’idées construits par l’homme ».

Les membres de l’ASA qui ont participé à l’enquête mentionnée ci-dessus soutiennent, sans surprise, le point de vue selon lequel toutes les œuvres générées par l’IA devraient être identifiées comme telles. En d’autres termes, il faut de la transparence.

En effet, rien de moins qu’une transparence totale ne peut limiter, voire éliminer, la marche inexorable de l’IA et les dommages qui pourraient être infligés à l’art de l’écriture.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé