Les lauréats du Safari Photographer 2022 dévoilés – tendres titans, peuples tribaux, paysages surréalistes

5 décembre 2022 Mis à jour: 5 décembre 2022
FONT BFONT SText size

Détruisant le stéréotype du gorille imposant, cette photo révèle l’espèce sous un jour extrêmement tendre. La photo « Le toucher » de Tomasz Szpila capture le doux doigt d’un gorille mâle sur le front d’un petit frère ou d’une petite sœur. Tomasz Szpila a également été sacré photographe de l’année 2022 par Wilderness Safaris.

Âgé de sept jours seulement à l’époque, le bébé primate appartient à la famille Nshongi, qui vit dans les forêts reculées de l’Ouganda. Comme pour l’arrivée d’un nouveau-né humain, la naissance d’un gorille de montagne est une aubaine pour la famille – et l’espèce dans son ensemble.

Wilderness Safaris, une initiative de tourisme de conservation, vise à mettre en valeur la majesté de l’Afrique avec ses concours annuels, qui attirent des milliers de participants de tout le continent. Certains des gagnants sont ironiques, effrayants, comme la photo gagnante du concours African Wildlife de Thomas Vijayan, qui représente un lion dans le Masai Mara, au Kenya. Il fait planer une énorme patte au-dessus de la tête de sa minuscule proie, un jeune porcelet, vraisemblablement savoureux.

Certaines sont particulièrement poignantes : un spécimen de pangolin en voie de disparition, victime du braconnage, a été sauvé dans un aéroport alors qu’il était passé en contrebande. Ses griffes enlevées, la créature était dans un état désespéré. Elle est morte quelques jours après que l’Australien Blair Eastwood l’a photographiée s’agrippant au bras d’un vétérinaire pour se réchauffer.

Photographe de l’année

« Toucher » de Tomasz Szpila. (Avec l’aimable autorisation de Wilderness Safaris)

Faune africaine

« Dernier souhait » de Thomas Vijayan. (Avec l’aimable autorisation de Wilderness Safaris)

Conserver la nature sauvage de l’Afrique

« S’accrocher à la vie » de Blair Eastwood. (Avec l’aimable autorisation de Wilderness Safaris)

Le pangolin, timide, au long museau et mangeur de fourmis, est considéré comme le mammifère faisant l’objet du plus grand trafic au monde. Des dizaines de milliers sont tués chaque année. Sa viande est considérée comme un mets délicat en Chine et au Vietnam, et ses écailles sont utilisées dans la médecine chinoise. Blair Eastwood a reçu le premier prix pour la conservation de la nature sauvage d’Afrique pour son travail mettant en lumière leur situation critique.

D’autres photographies illustrent la beauté humaine. Giovanna Aryafarafor fait le portrait d’une mère et d’un enfant portant une décoration faciale traditionnelle dans la vallée de l’Omo, en Éthiopie. Giovanna Aryafarafor a remporté la première place dans la catégorie « Choix du public », décidée par 5600 votes du public.

Choix du public

« Mini moi » de Giovanna Aryafara. (Avec l’aimable autorisation de Wilderness Safaris)

Floria Kriechbaumer a profité d’un ciel étonnamment clair et de l’absence de pollution lumineuse à Keetmanshoop, en Namibie, pour photographier magnifiquement la Voie lactée, remportant ainsi la catégorie Paysage africain.

Le prix du jeune photographe Wilderness Safaris de l’année a été décerné à Gabriela Potgieter pour son charmant cliché d’un singe en train de prendre son goûter.

Le sort d’innombrables espèces animales africaines étant menacé, Wilderness Safaris s’efforce de soutenir la formation dans les écoles afin de former les futurs gardiens de la nature sauvage africaine. Son sixième concours photographique annuel Africa in Focus a permis de récolter l’équivalent de près de 20.000 euros pour soutenir cet effort.

Le photographe de l’année, Tomasz Szpila, a eu la chance de recevoir un safari de huit nuits pour deux personnes, tous frais payés. Il a pu choisir un camp géré par Wilderness Safaris au Botswana, en Zambie ou au Zimbabwe, avec des vols payés et un guide photographique privé.

Peuples Cultures et Communautés d’Afrique

« La fille Abore » de Simone Osborne. (Avec l’aimable autorisation de Wilderness Safaris)

Paysage Africain

« Plus que les ténèbres » de Florian Kriechbaumer. (Avec l’aimable autorisation de Wilderness Safaris)

Jeune photographe de l’année

« L’heure du goûter » de Gabriela Potgieter. (Avec l’aimable autorisation de Wilderness Safaris)
Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé