Comment Laura est devenue Jake, puis à nouveau Laura, puis a rencontré son âme sœur: «C’est une femme magnifique»

19 août 2022 Mis à jour: 19 août 2022
FONT BFONT SText size

Après être devenue Jake, puis à nouveau Laura, Laura Perry Smalts a voulu dire au monde entier ce que signifie être une femme, du moins pour elle.

Qui peut mieux parler de la féminité que celle qui l’a questionnée profondément à titre personnel et qui, à travers des épreuves douloureuses, y a trouvé la joie ?

Elle a expliqué sa soudaine révélation.

« La femme a été créée pour les relations », a confié Laura à Epoch Times. « Les femmes sont tellement plus relationnelles. Nous plaisantons, mon mari et moi, tout le temps… quand je panique parce que je n’ai pas fait un très bon repas, comme lorsqu’une chose n’a pas bien tourné en cuisine, je me fiche de la nourriture. Je panique parce que je n’ai pas fait un bon repas pour mon mari.

« Il me dira : ‘Fais mieux la prochaine fois.’ Donc, c’est une chose très différente. »

La révélation de Laura est survenue après un traumatisme d’enfance, des années de perturbation sur la féminité, a-t-elle dit, et une aide venue d’en haut.

Elle raconte son histoire.

« J’ai toujours eu l’impression d’être un garçon »

« Pendant toute mon enfance, j’ai rêvé d’être un garçon, j’écrivais tout le temps des histoires où j’étais un garçon », a dit Laura. « Je jouais à des jeux vidéo avec des personnages masculins. Je vivais en quelque sorte dans un monde imaginaire. »

Originaire de Bartlesville, dans l’Oklahoma, Laura, qui a maintenant 39 ans, ne s’identifiait pas du tout aux filles. Elle se sentait rejetée par sa mère, qui a subi le traumatisme d’avoir des fils mort-nés, et se sentait plus proche de son père.

(Avec l’aimable autorisation de Laura Perry Smalts)
(Avec l’aimable autorisation de Laura Perry Smalts)

Elle n’avait pas le sentiment d’appartenir à son corps de femme ni à la foi chrétienne de sa famille.

Le fait que Laura ait été agressée à l’âge de 8 ans par un garçon plus âgé a fait naître en elle une curiosité sexuelle. Elle se souvient s’être « éloignée de Dieu » à l’âge de 16 ans. Outre le fait qu’elle rêvait d’être un homme, elle voulait une petite amie et s’imaginait qu’elle saurait comment la traiter.

Elle est néanmoins sortie avec plusieurs garçons, souvent pour être larguée, « traitée comme un déchet » ou se sentir rejetée.

À la recherche de l’amour, les sites de rencontres pour adultes semblaient être une solution, ce qui a envoyé Laura à l’autre bout de l’Oklahoma. Elle était toujours jalouse de la masculinité de ses petits amis. La drague n’était pas une pratique inconnue à l’époque, mais l’idée que les gens changent de sexe était un choc pour elle. Le web lui a offert tout un monde d’incitations. Elle a joint un groupe de soutien pour les transsexuels.

Elle avait déjà coupé ses cheveux courts et commencé à s’habiller de façon plus masculine. Maintenant, l’affirmation qu’elle désirait était à sa portée.

« En l’espace de cinq minutes, ils m’ont dit : ‘Oh, tu es vraiment transgenre' », raconte Laura. « J’étais vraiment inquiète de ne jamais pouvoir ressembler à un homme, et ils m’ont dit : ‘Ne t’inquiète pas ; après avoir pris des hormones pendant un an environ, personne ne saura jamais que tu étais une fille.' »

Les hormones ont fait baisser la voix de Laura. Des poils faciaux ont poussé ; même sa mâchoire et ses hanches ont commencé à ressembler davantage à celles d’un homme.

En 2009, Laura a fait changer son nom en Jacobe-Jake pour faire court.

(Avec l’aimable autorisation de Laura Perry Smalts)

S’éloigner de Dieu

C’est à peu près à ce moment-là qu’elle a rencontré ses parents pour un dîner – leur anniversaire de mariage.

Ils n’avaient pas encore vu les changements qu’elle avait faits. Son père n’a pu s’empêcher de s’excuser pour aller aux toilettes. Stupéfaite, sa mère a murmuré : « Laura, essaies-tu de ressembler à un homme ? »

Laura a éclaté en sanglots.

« Ça ne s’est pas très bien passé », a-t-elle confié à Epoch Times.

Qu’est-ce qui a suivi ? Une double mastectomie et une intervention chirurgicale pour retirer ses parties féminines – l’utérus et les organes reproducteurs de Laura – dans une tentative désespérée de réaliser son fantasme.

Aujourd’hui, tout cela la fait souffrir.

« J’ai réalisé que mon opération n’avait pas fait de moi un homme », a-t-elle dit. « Je me suis sentie stupide, je me suis dit : ‘Pourquoi ai-je pensé que l’ablation des seins allait faire de moi un homme ?’ Les femmes se font enlever les seins tout le temps pour des raisons médicales. »

« Je n’avais pas réalisé à l’époque ce que j’ai découvert aujourd’hui… Des études montrent qu’il existe plus de 6500 différences biologiques entre les hommes et les femmes. Chaque partie de notre corps est différente. »

Parcourant l’Internet à la recherche d’opérations miracles, elle a été horrifiée par ce qu’elle a trouvé : des cas de mutilation, de nécrose, d’infection, de fuite, et des femmes confinées dans des fauteuils roulants à cause d’interventions bâclées. Elle est reconnaissante de ne pas avoir amassé les 100.000 dollars nécessaires pour le chirurgien en transition de genre « très bien noté » qu’elle avait trouvé au Canada.

(Avec l’aimable autorisation de Laura Perry Smalts)
(Avec l’aimable autorisation de Laura Perry Smalts)

Elle avait maintenant tout ce qu’elle avait voulu : une relation, un groupe affirmant sa personnalité, un travail avec une patronne lesbienne qui la soutenait, une identité modelée selon ses rêves. Et pourtant, Laura n’était pas heureuse, elle était plutôt malheureuse.

« Il y a une sorte de période de lune de miel où tu es sur un nuage », a-t-elle dit. « Tu te dis : ‘Ça va résoudre tous mes problèmes, c’est génial !’ Et tout le monde te soutient. Tu peux en quelque sorte te réinventer.

« Nous avons tous des choses que nous aimerions changer dans notre apparence. Tu pourrais inventer la personne parfaite que tu aimerais être.

« Mais quand la réalité commence à montrer qu’on ne peut pas y arriver… »

Laura ne pouvait pas côtoyer ses parents ni même sa sœur qui la soutenait, car ils faisaient remonter des souvenirs douloureux de ce qu’elle était. Elle les a donc exclus. Désespérés, ses parents se sont lancés dans la foi.

Laura était hantée par des cauchemars, se retrouvant face à face avec son moi féminin et avec Dieu. Elle ne pouvait pas échapper à la dure réalité : la virilité serait à jamais hors de portée.

« Pour la première fois de ma vie, j’ai commencé à remettre en question ce que je croyais », a-t-elle dit. « J’avais été en quelque sorte désillusionnée, parce que je me suis rendu compte que ça n’allait jamais être réel. Mais, en même temps, il était hors de question que je redevienne une femme. »

C’est son partenaire transgenre, et ses parents, qui l’a finalement orientée vers la vérité. Et Laura a commencé à prier.

Petit à petit, son cœur s’est rapproché du Christ. En créant un site web pour l’étude biblique de sa mère, la « fiabilité » et la « cohérence » des Écritures ont résonné dans le cœur de Laura.

À l’automne 2014, elle a, de manière très inattendue, remis sa vie entre les mains de Jésus.

Laura est de nouveau vivante

« Je pouvais sentir ce changement en moi et, tout à coup, mon attitude a commencé à changer, mon cœur a commencé à changer », a-t-elle dit.

Pourtant, toujours accrochée, Laura aspirait à devenir un « homme de Dieu » – jusqu’à ce qu’une voix lui demande de faire face à la réalité. À Dieu, elle a rétorqué : « Que veux-tu de moi ? » Elle a entendu une réponse : « Si tu te tenais devant moi ce soir, quel nom appellerais-je ? »

« Mais je ne peux pas revenir en arrière ! » pensa-t-elle.

Il n’y avait pas de choix.

Laura a fait le grand saut. Elle n’avait aucune idée de ce à quoi ressemblerait sa vie en tant que femme – Dieu ne l’a jamais dit, il lui a seulement demandé si elle lui faisait confiance.

Bien sûr, elle lui faisait confiance.

Elle avait l’impression d’être au fond d’un abîme sombre, alors que la lumière lui parvenait de loin.

En juillet 2016, Laura a « tout laissé derrière elle » – Jackie, Jake, toute sa vie. En retournant à l’église, elle a fait face à 300 personnes qui l’appelaient toutes « Laura ».

(Avec l’aimable autorisation de Laura Perry Smalts)
(Avec l’aimable autorisation de Laura Perry Smalts)

« C’était l’une des choses les plus dures que j’ai vécues, et j’ai pleuré pendant tout le service », a-t-elle dit, mais elle admet : « J’avais besoin d’entendre cela. »

Rejoignant l’étude biblique de sa mère, les femmes plus âgées, émues, ont embrassé Laura, ayant longtemps prié pour elle. Au début, elle avait l’impression d’être « la personne transgenre la plus bizarre dans la pièce », mais elle a fini par devenir « l’une des filles », ce qu’elle n’avait jamais connu auparavant.

Comme si on enlevait les couches d’un oignon, l’ancienne identité de Laura est tombée.

« J’ai commencé à travailler à l’église. Chaque prêtre avait sa propre secrétaire », raconte-t-elle. « C’étaient toutes des filles et nous faisions tout ensemble.

« J’ai vraiment commencé à développer des amitiés profondes avec des filles, que je n’avais jamais eues avant. »

Une « belle femme » rencontre l’âme sœur

En 2018, Laura a commencé à partager son histoire avec d’autres personnes, ce qui, grâce à un ami commun, l’a amenée à rencontrer Perry, son futur mari. Après avoir entendu parler de son passé, il a raconté à Epoch Times : « J’ai trouvé cela très intéressant », ajoutant qu’ils se sont « tout simplement bien entendus » et « ont passé un moment merveilleux ».

Quant au fait d’épouser une ancienne transsexuelle, il a partagé : « Je savais que son passé appartenait au passé. Elle n’est pas la même personne, elle n’est pas la personne qu’elle a été. »

(Avec l’aimable autorisation de Laura Perry Smalts)
(Avec l’aimable autorisation de Laura Perry Smalts)

« Dieu a radicalement changé sa vie, complètement et pour toujours. (…) Je ne sortais pas avec une personne trans, mais avec une belle femme. »

Ils ont beaucoup en commun ; tous deux servent maintenant dans un ministère d’Oklahoma City. En mai 2022, ils se sont mariés. C’est Dieu qui les a unis après le salut de son âme, croient-ils.

Laura déplore le fait que d’autres personnes souffrent de dysphorie de genre, et estime que les médias sociaux sont responsables de la manipulation de leurs sentiments de haine de soi, de rejet, ou de ne pas être à leur place, pour les amener à vivre un mensonge destructeur.

« Ils ne voient pas la vérité qui se cache derrière tout ça », a-t-elle dit.

Il faut constamment s’entretenir et se réaffirmer pour vivre de cette façon, mais ce n’est pas réel.

Elle pleure l’opération qui l’empêche d’avoir un bébé avec son âme sœur. Elle a récemment subi une opération pour remédier partiellement à sa double mastectomie.

Elle n’était pas un homme dans un corps de femme, a-t-elle dit. Mais elle a compris la raison d’être des deux : l’homme et la femme.

« Nous sommes créés pour être dans cette relation symbiotique, comme des homologues pour travailler l’un avec l’autre, en fin de compte pour manifester l’Évangile », a-t-elle dit. « Nous démontrons différents aspects du caractère de Dieu. »

***

Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé