L’art de donner (et de recevoir) des critiques

Le respect mutuel, la bonne approche et l'écoute permettent de partager des objectifs et de réussir
23 juillet 2022 Mis à jour: 23 juillet 2022
FONT BFONT SText size

Au rayon fruits et légumes de l’épicerie, l’acheteur presse délicatement un avocat pour vérifier son degré de maturité. L’enfant de 5 ans veut que son père lui lise Winnie l’ourson au moment du coucher au lieu de Max et les Maximonstres.

Chaque jour, nous portons un regard critique sur toutes sortes de choses, généralement sans réfléchir et sans faire de mal.

C’est lorsque nous avons affaire à des personnes que la critique devient difficile.

Récemment, une connaissance m’a raconté que son fils avait été convoqué au bureau de son entraîneur, qui lui a dit que son mauvais jeu sur le terrain nuisait à l’équipe. L’entraîneur n’a donné aucun exemple des échecs de ce jeune homme et aucune suggestion pour l’améliorer. Il n’a pas non plus tenté d’adoucir son accusation. Au lieu de cela, il a jeté un seau d’eau froide sur l’enfant et l’a renvoyé chez lui, très confus et déprimé.

Ce genre de critique, si l’on peut l’appeler ainsi, non seulement blesse, mais est tout simplement sans valeur. L’entraîneur a sapé le moral et la confiance d’un bon joueur sans que cela soit compensé.

C’est la critique dans ce qu’elle a de pire.

D’un autre côté, il y a ces personnes à la peau tendre qui, après avoir reçu une évaluation bienveillante et bien intentionnée de la part d’un employeur, d’un ami ou même d’un conjoint, pètent pratiquement les plombs pour ce qu’elles considèrent comme une attaque personnelle. Pour une raison quelconque, un ego surdimensionné, une insécurité intérieure, elles ne supportent tout simplement pas qu’on leur fasse remarquer leurs défauts. Ces personnes n’apprécient pas les critiques constructives, quelle que soit leur validité ou leur légèreté.

Au cours des trois dernières années, j’ai rédigé des articles et des critiques de livres pour six rédacteurs en chef de cinq publications différentes. Ils me font souvent des suggestions ou me demandent de modifier les articles que je leur soumets. Dans chaque cas, j’écoute et je tiens compte de ce qu’ils ont à dire. Pourquoi ? Parce que je comprends que mon rédacteur en chef et moi-même désirons offrir le meilleur article possible à nos lecteurs. C’est aussi simple que cela. Nous partageons le même objectif. Nous voulons des arguments convaincants, un langage précis et des mots qui captivent.

L’intérêt d’évaluer les performances d’une personne est de la convaincre de s’améliorer. Cet objectif est mieux atteint lorsque la personne qui critique agit avec finesse, comme le font mes éditeurs, en offrant le miel de l’encouragement en même temps que le vinaigre de la critique, et tout en expliquant clairement pourquoi de tels changements seraient utiles. Un exemple : Au lieu de harceler son mari, John, pour la énième fois pour qu’il l’aide à faire la vaisselle après le dîner ou, pire encore, de tourner en rond dans la cuisine en proie à un ressentiment silencieux, Anne pourrait inviter John à la rejoindre pour prendre un verre de vin sur la terrasse ce soir-là, puis lui expliquer calmement à quel point elle apprécierait son aide.

Et John ? Plutôt que de s’énerver et de s’opposer à la demande d’Anne, il pourrait essayer de l’écouter et de se poser quelques questions. Serait-ce si difficile pour lui de passer 15 minutes après le dîner à donner un coup de main à sa femme pour ces tâches ? Ce temps passé ensemble ne pourrait-il pas constituer un lien supplémentaire dans leur mariage ?

« La critique peut ne pas être agréable, disait Winston Churchill dans une interview de 1939, mais elle est nécessaire. Elle remplit la même fonction que la douleur dans un corps humain. Elle attire l’attention sur le développement d’une situation malsaine. »

Un bon point. Mais j’ajouterais que nous pouvons rendre la critique agréable ou sinon moins blessante et que ceux qui sont critiqués peuvent jouer leur rôle en écoutant et en posant des questions. Poursuivez ces objectifs, et cette « situation malsaine » peut être rectifiée et bien faite à nouveau.

***

Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé