L’ambassade de Chine fait pression sur les autorités locales pour bloquer les représentations de Shen Yun au Mexique

Par Eva Fu
11 mai 2022 Mis à jour: 11 mai 2022
FONT BFONT SText size

Une compagnie d’arts du spectacle basée à New York, dont la mission est de faire revivre la culture traditionnelle chinoise sur la scène mondiale, continue d’être la cible de la longue campagne d’ingérence du régime.

Dès sa création en 2006, Shen Yun Performing Arts a dû faire face à une série de stratagèmes orchestrés par le Parti communiste chinois (PCC), allant de pressions diplomatiques sur les théâtres et les gouvernements hôtes à des campagnes publicitaires soutenues par les médias d’État chinois, visant à contrecarrer ou à saboter sa tournée mondiale annuelle.

Cette fois, alors que le spectacle de Shen Yun cherche à dépeindre la « Chine avant le communisme », les activités de sabotage du PCC ont suivi la compagnie au Mexique, où deux semaines de représentations dans cinq villes doivent commencer à partir du 10 mai.

Des responsables de l’ambassade de Chine ont contacté des responsables mexicains dans au moins trois villes par le biais de lettres, de courriels, d’appels téléphoniques ou de messages sur les médias sociaux, selon des documents et des informations communiqués à Epoch Times.

Une demande par courriel

Après avoir initialement pris contact sur Instagram avec la mairie de la ville de Santiago de Querétaro, dans le centre du Mexique, l’ambassade de Chine au Mexique a envoyé une série d’e-mails et de lettres pour faire pression sur les autorités locales.

« L’Association du Falun Dafa au Mexique (…) organisera une tournée de ‘Shen Yun’ au Teatro Metropolitano de Querétaro les 10 et 11 mai de cette année, un événement auquel la partie chinoise s’oppose fermement », écrit Zhao Heng, un attaché de l’ambassade, dans un courriel du 4 mai destiné à la coordinatrice de l’agenda du gouvernement de Querétaro, Alma Izaguirre, dont une copie a été obtenue par Epoch Times.

Le Falun Gong ou Falun Dafa est une pratique spirituelle qui a vu le jour en Chine dans les années 1990. Elle consiste en des exercices de méditation et des enseignements moraux fondés sur les principes d’authenticité, de bienveillance et de tolérance. Elle était immensément populaire à l’époque jusqu’à ce que le régime chinois, percevant ses nombreux pratiquants comme une menace, tente de l’éradiquer systématiquement en lançant une vaste persécution contre ses adhérents.

Rassemblement le 19 juillet 2001 à Washington, DC, pour marquer le deuxième anniversaire de la répression du gouvernement chinois contre les pratiquants de Falun Gong. (Photo par Alex Wong/Getty Images)

Des millions de pratiquants ont été détenus par le régime dans des camps où ils sont soumis au travail forcé, à la torture, à des séances de lavage de cerveau, ainsi qu’à des prélèvements forcés d’organes.

La persécution de ce groupe spirituel, qui dure depuis plus de vingt ans, a été décrite dans certains tableaux de Shen Yun au fil des ans.

Une danseuse interprète une pratiquante de Falun Gong dans un tableau sur la Chine actuelle. (SHEN YUN PERFORMING ARTS)

Dans ce courriel, M. Zhao demande si l’ambassade de Chine peut envoyer une « note », par courriel ou par d’autres moyens, au gouvernement de la ville pour expliquer « ce que sont le Falun Dafa et la tournée Shen Yun ».

« Nous demandons au gouvernement local de Querétaro de prendre les mesures nécessaires pour interdire les événements ‘Shen Yun’ afin d’éviter que le peuple mexicain ne soit trompé et exploité », déclare M. Zhao, ajoutant que « ce serait un grand plaisir et un honneur » d’être mis en relation sur WhatsApp avec « des personnes compétentes afin de pouvoir bien communiquer ».

Après avoir reçu la lettre, les autorités de la ville ont contacté le comité organisateur local du spectacle de Shen Yun pour entendre sa version des faits.

Tirer parti des relations Chine‑Mexique

Ce courriel s’est avéré être le début d’une démarche de plusieurs jours de la part de l’ambassade de Chine pour influencer les autorités et les théâtres mexicains.

Le lendemain, l’ambassade de Chine a envoyé une lettre de six pages à la ville, écrite en chinois et en espagnol, intitulée « Note à Querétaro », lui demandant d’interdire à Shen Yun de se produire.

Shen Yun doit donner deux représentations au Teatro Metropolitano de Querétaro les 10 et 11 mai. Il s’agit de la quatrième fois que la compagnie se produira dans ce lieu après une année de pause due à la pandémie. Cette année, la compagnie a été invitée par le maire de la ville qui a assisté au spectacle de 2019.

Les deux représentations sont en voie pour faire salle comble, selon les organisateurs locaux.

« Les gens de Querétaro aiment Shen Yun », a déclaré à Epoch Times Carlos Guzman, membre de l’association du Falun Dafa au Mexique, le présentateur local de Shen Yun.

« Un grand pourcentage de personnes » ayant acheté des billets pour le spectacle de 2020 de Shen Yun, qui a finalement été annulé en raison de la pandémie, ont gardé leurs billets au lieu de se les faire rembourser dans l’espoir de voir la représentation lorsque la compagnie reviendrait, dit‑il.

En joignant un programme des représentations, l’ambassade déclare que la « partie chinoise est gravement préoccupée » par la tenue de cet événement, selon une copie de la lettre du 5 mai obtenue par Epoch Times.

Certains segments du spectacle « attaquent le gouvernement chinois », selon la lettre, qui porte le sceau rouge de l’ambassade. L’ambassade de Chine a rappelé à Querétaro les relations diplomatiques qui existent depuis 50 ans entre le Mexique et la Chine, affirmant que les représentations de Shen Yun porteraient atteinte à cette amitié.

« L’ambassade de Chine au Mexique demande instamment au gouvernement de Querétaro de prendre les mesures nécessaires pour interdire l’accueil de Shen Yun dans la ville et rappelle aux fonctionnaires de Querétaro de tous niveaux, aux membres du conseil municipal, aux universitaires et aux journalistes de garder leurs distances », peut‑on lire dans la lettre.

Tenir bon

Bien que l’ambassade de Chine n’ait pas précisé quels segments particuliers ont suscité sa colère, M. Guzman pense que cela a quelque chose à voir avec les valeurs du Falun Gong.

« Le Falun Dafa promeut trois piliers importants : l’authenticité, la bienveillance et la tolérance, mais il semble que le consulat et l’ambassade de Chine soient de l’autre côté », déclare‑t‑il. « Alors que le Falun Dafa promeut la vérité, ils promeuvent le mensonge. »

La pression du régime chinois intervient dans un contexte où le système de prélèvements forcés d’organes orchestré par l’État chinois, une des pires formes de persécution visant les pratiquants du Falun Gong, suscite une attention croissante en Europe.

Le 5 mai, le Parlement européen a adopté une résolution témoignant de « la vive préoccupation que suscitent les informations faisant état de prélèvements d’organes persistants, systématiques, inhumains et sanctionnés par l’État sur des prisonniers en Chine, et plus particulièrement sur des pratiquants du Falun Gong ».

Josep Borrell, le plus haut diplomate de l’UE, a déclaré le 4 mai que l’UE « condamne dans les termes les plus forts possibles la pratique criminelle, inhumaine et contraire à l’éthique du prélèvement forcé d’organes ».

L’ingérence des autorités chinoises ne s’est pas arrêtée à Querétaro, comme l’a rapidement découvert le comité organisateur local de Shen Yun. Après avoir été informée de l’épisode de Querétaro, Maru Ruano, porte‑parole de l’association du Falun Dafa au Mexique, qui supervise la tournée de Shen Yun à Mexico, a rapidement appelé l’Auditorio Nacional, où Shen Yun se produira à partir du 13 mai. Le théâtre lui a dit que l’ambassade les avait appelés deux semaines plus tôt pour faire annuler le spectacle.

Le théâtre a opposé un refus catégorique à l’ambassade, lui disant « qu’il allait poursuivre les spectacles tels qu’ils avaient été programmés depuis le début », relate Mme Ruano.

Ils ont dit que « l’auditorium avait toujours les portes ouvertes pour ce type de spectacles », déclare Maru Ruano à Epoch Times.

Le public pendant la représentation de la Shen Yun Performing Arts Touring Company à l’Auditorio Nacional de Mexico, le 6 avril 2019. (Ramon Reyna Herrmann/Epoch Times)

Shen Yun a gagné le vote des spectateurs de l’auditorium au titre de meilleur spectacle présenté sur scène au Mexique, pendant deux années consécutives, soit en 2018 et 2019.

« Quand je leur ai demandé pourquoi ils ne m’avaient pas prévenu, ils m’ont dit que je n’avais pas à m’inquiéter, car la situation est résolue. L’auditorium a une position ferme pour continuer avec le spectacle comme nous l’avons eu les années précédentes », déclare Mme Ruano.

Le maire de San Luis Potosi a également reçu un courriel de l’ambassade de Chine demandant à la ville de ne pas promouvoir deux représentations prévues les 17 et 18 mai, selon le présentateur local.

Le secret du succès de Shen Yun, malgré la pression persistante de Pékin, réside dans le message qu’il transmet aux gens, selon M. Guzman.

« Shen Yun présente ce que serait la Chine si le communisme n’existait pas et présente un spectacle où on vous montre (…) toute cette culture qui a été littéralement anéantie par le Parti communiste chinois », déclare‑t‑il.

Mme Ruano pense que les activités de sabotage de l’ambassade chinoise ne réussiront pas au Mexique.

« Nous sommes un pays libre et nous avons la liberté d’expression », conclut‑elle.

***
Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

Recommandé