L’agresseur de Paul Pelosi: de nouvelles informations sur son passé

1 novembre 2022 Mis à jour: 1 novembre 2022
FONT BFONT SText size

David DePape, l’homme accusé d’avoir attaqué le mari de la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi avec un marteau la semaine dernière dans la maison du couple en Californie, est « mentalement malade depuis longtemps », selon une femme qui s’est présentée comme son ancienne compagne.

Oxane Taub est une militante nudiste actuellement incarcérée dans l’établissement californien pour femmes après avoir été condamnée pour enlèvement l’année dernière. Elle a déclaré à ABC7 que DePape, 42 ans, souffrait de problèmes de santé mentale.

« Bonjour, je m’appelle Gypsy Taub. Je suis l’ex-compagne de David DePape et la mère de ses enfants », a déclaré Oxane « Gypsy » Taub aux médias locaux ce week-end. « Il est mentalement malade. Il est mentalement malade depuis longtemps. »

Mme Taub a précisé qu’ils avaient eu deux fils avant de se séparer il y a sept ans. Ensuite son ex-compagnon a disparu pendant environ un an. Quand il a refait surface, il était persuadé être le Christ.

« Il est revenu en très mauvais état. Il pensait être Jésus. Il était complètement paranoïaque et s’imaginait que des gens en avaient après lui. Il a mis un an ou deux avant de redevenir, vous savez, à peu près normal », a déclaré Mme Taub à ABC7.

Pour Mme Taub, DePape n’a jamais été très impliqué dans la politique. Elle se décrit comme une progressiste. DePape partageait apparemment ses opinions de gauche lorsqu’ils étaient ensemble.

« Quand je l’ai rencontré, il n’avait que 20 ans, et n’avait aucune expérience en politique. Il était tout à fait en phase avec mes opinions. J’ai toujours été très progressiste. J’admire énormément [la présidente démocrate de la Chambre des représentants] Nancy Pelosi », a-t-elle ajouté, précisant qu’elle présentait ses « plus profondes excuses » à la famille Pelosi.

Des activistes très radicaux

Un journaliste, Michael Shellenberger, s’est quant à lui rendu au domicile présumé de DePape à Berkeley, une ville située près de San Francisco qui a longtemps été un centre d’activisme progressiste.

« Et, comme je l’ai découvert hier, DePape vivait avec une nudiste locale notoire dans une maison de Berkeley, pourvue d’un panneau Black Lives Matter placé sur une fenêtre et d’un drapeau arc-en-ciel LGBT, orné du symbole de la marijuana, accroché à un arbre. Un examen plus attentif permet de reconnaître les caractéristiques d’un campement de sans-abri », a-t-il écrit pour Substack.

Les voisins lui ont dit que « les gens vont et viennent de la maison et des véhicules, en partie pour consommer de l’ibogaïne, une drogue psychédélique assez corsée », a écrit Shellenberger.

Joe Biden et  Nancy Pelosi  au Capitole , le 28 octobre 2021. (Nicholas Kamm/AFP via Getty Images)

D’après une femme nommée Trish, les personnes qui vivent dans cette maison sont très à gauche, voire « très radicales ».

« Ce sont des militants très radicaux. C’est ce que je sais de cette famille. Ils ont l’air très à gauche, à fond dans le mouvement Black Lives Matter, la Gay Pride. Ils sont totalement déconnectés de la réalité. Ils ont appelé les flics pour plusieurs des voisins, y compris nous, en prétendant que nous complotions contre eux. C’est vraiment bizarre de voir qu’ils sont prêts à être aussi agressifs envers quelqu’un de gauche aussi. »

Les médias grand public ont rapporté que DePape aurait tenu un blog pour s’en prendre aux juifs, aux noirs, aux démocrates, aux vaccins Covid-19 et aux médias.

Les démocrates, dont le président Joe Biden, ont rapidement fait le lien entre l’agression présumée et les républicains, l’ancien président Donald Trump et l’effraction du Capitole du 6 janvier 2021. Lors d’une collecte de fonds organisée en Pennsylvanie le 28 octobre, Joe Biden a déclaré que l’agresseur aurait repris « le même chant » que les individus ayant pénétré dans le Capitole.

« Vous savez, selon certaines informations, le gars qu’ils détiennent a entonné le même chant que celui employé le 6 janvier lors des attaques contre le Capitole des États-Unis », a-t-il précisé. « Le chant répétait ‘Où est Nancy ? Où est Nancy ? Où est Nancy ? C’est méprisable », a-t-il ajouté.

Il est difficile de dire si l’agresseur présumé de Paul Pelosi entonnait vraiment ce refrain. Les médias affirmant qu’il l’a bel et bien fait citent des sources anonymes.

Selon les autorités, DePape a été arrêté au domicile de Nancy Pelosi tôt le 28 octobre. Brooke Jenkins, procureur du district de San Francisco, a fait savoir aux journalistes qu’elle s’attendait à ce que plusieurs chefs d’accusation soient retenus contre lui, notamment tentative de meurtre, agression avec une arme mortelle, cambriolage et maltraitance de personnes âgées.

Le chef de la police de San Francisco, William Scott, a déclaré que l’attaque était intentionnelle et non fortuite. Les autorités ont indiqué que des agents l’ont arrêté alors qu’ils procédaient à un contrôle de sécurité au domicile de Nancy Pelosi à 2h27 du matin le 28 octobre.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé