Pourquoi l’administration Biden paie-t-elle les immigrés clandestins ?

9 novembre 2021 Mis à jour: 9 novembre 2021
FONT BFONT SText size

Comment l’administration Biden peut-elle justifier le fait de verser jusqu’à 450 000 dollars par tête à des immigrants illégaux ? Il ne s’agit pas de la somme dédiée à des familles entière, mais bien de la somme moyenne qui serait versée à un seul individu. Dans certains cas, l’administration pourrait finir par verser jusqu’à 1 million de dollars, peut-être même 2 millions, à des familles d’immigrés clandestins ayant traversé illégalement la frontière sud.

Prenons le temps de considérer à quel point cette action semble bizarre et inexplicable. Les clandestins, par définition, enfreignent la loi. Il pourrait sembler plus approprié de leur infliger une amende et de les expulser plutôt que de les enrichir avec des paiements financiers gargantuesques. Je suis venu légalement en Amérique et il m’a fallu plus d’une douzaine d’années, et pas mal d’argent, pour obtenir un statut légal. J’ai plaisanté sur les médias sociaux en disant que je devrais découper mon passeport, changer mon nom en Diego D’Souza et me présenter à la frontière sud pour réclamer mes 450 000 dollars.

Les familles qui ont perdu des êtres chers lors des attentats du 11 septembre ont reçu des indemnités qui, dans certains cas, ne correspondent pas à ce que les clandestins pourraient obtenir. Les familles de militaires sont généralement indemnisées à hauteur de 400 000 dollars lors du décès d’un membre en service. Pensez à ce que 450 000 dollars par tête, et disons 1 million de dollars par famille, feraient pour les ménages pauvres et à revenu moyen de ce pays. Et n’oublions pas que le président Joe Biden, en utilisant l’argent des contribuables pour effectuer ces paiements, s’approprie en fait l’argent de travailleurs honnêtes et le remet à des Mexicains qui violent la loi.

L’histoire de ces paiements a été publiée dans le Wall Street Journal (WSJ) il y a environ une semaine. Le WSJ a rapporté que les paiements étaient négociés par le ministère de la Justice (DOJ) de Biden en tant que règlement des réclamations au nom des clandestins séparés de leurs familles sous l’administration Trump. Ces clandestins sont représentés par divers groupes de gauche, dont l’American Civil Liberties Union (ACLU), et les négociations étaient en cours entre le ministère de la Justice et ces organisations juridiques.

Peu après la publication de l’article du WSJ, Peter Doocy de Fox News a interrogé Biden à ce sujet. Ce dernier a qualifié l’article de « poubelle » et a insisté sur le fait que les paiements « n’auront pas lieu ». Pourtant, presque immédiatement, l’ACLU publiait une déclaration indiquant que « le président Biden n’a peut-être pas été pleinement informé des actions de son propre ministère de la Justice ».

Ce seul fait est révélateur car il confirme l’impression de quiconque a regardé la conférence de presse de Biden. Biden a clairement semblé surpris par la question de Doocy, suggérant qu’il n’avait pas connaissance de ces paiements en cours. L’immigration étant un sujet controversé, en fait, c’est l’une des raisons de la faible cote de popularité de Biden, on pourrait s’attendre à ce que Biden soit au moins informé des décisions prises en son nom.

En effet, quelques jours plus tard, l’attachée de presse adjointe de Biden, Karine Jean-Pierre, a publié une « clarification », déclarant que Biden était « parfaitement à l’aise » avec le fait que son ministère de la Justice s’arrange avec les clandestins par l’intermédiaire de leurs avocats. Biden lui-même est intervenu pour soutenir ce retour en arrière. Biden s’est montré très lyrique sur l’horreur des personnes séparées de leur famille, comme si les États-Unis avaient en quelque sorte gravement violé leurs droits fondamentaux.

Jusqu’à présent, je n’ai pas vu beaucoup de discussions sur les raisons pour lesquelles l’administration Biden pourrait vouloir payer ces rançons, parce que c’est ce qu’elles sont. Je peux penser à trois raisons pour lesquelles Biden et son équipe agissent ainsi. Premièrement, ils veulent répudier la politique de Trump, et cette action en justice découle de 2018, lorsque l’administration Trump a temporairement séparé les adultes et les enfants afin de traiter plus efficacement les demandes d’asile et autres.

Notons qu’à l’époque, comme aujourd’hui, les adultes se présentent souvent à la frontière avec des enfants qui ne sont pas les leurs, comme une ruse pour pouvoir rester aux États-Unis pendant que leurs demandes sont traitées. Pour Biden, c’est une façon de feindre l’indignation face aux politiques de Trump, une continuation de l’indignation qu’il a exprimée pendant la campagne présidentielle. Le mantra ici étant que si Trump l’a fait, cela doit être affreux.

Deuxièmement, les règlements somptueux sont un moyen de canaliser l’argent vers des organisations juridiques de gauche qui soutiennent l’idéologie de Biden et son administration. Normalement, nous pensons que les négociations de règlement sont menées entre des parties rivales, disons une entreprise d’un côté, et des syndicats de l’autre. Mais ces négociations ressemblent davantage à celles de deux familles mafieuses, qui négocient la manière de faire passer de l’argent de l’une à l’autre, de l’argent pris à une tierce partie qui n’est pas directement impliquée dans les négociations.

Troisièmement, les actions irresponsables de l’administration Biden peuvent être considérées comme un moyen d’inviter davantage de migrants à venir à la frontière sud. Nous avons déjà des migrants qui arrivent non seulement du Mexique, non seulement d’Amérique centrale et du Sud, mais aussi d’Europe centrale, d’Haïti, d’Iran, d’Inde et du monde entier. En fait, c’est une mêlée générale, et certaines des caravanes qui se dirigent vers le Texas portent des pancartes de Biden. En fait, les migrants disent qu’ils répondent à l’invitation ouverte de Biden. Et pensez à l’effet galvanisant sur les pauvres qui apprennent que certains de leurs homologues plus anciens vont maintenant recevoir plus d’argent qu’ils n’en ont jamais vu de leur vie, de l’argent qui leur permettrait de prendre leur retraite dans de nombreuses régions du monde.

Oui, c’est scandaleux. Oui, c’est inadmissible. Oui, c’est un vol du contribuable américain. Mais rien de tout cela ne rend la conduite de Biden ou de son DOJ purement irrationnelle. Au contraire, Biden fait ce qui est logique, non pas pour les États-Unis, ni même en termes de justice, mais uniquement en termes de bénéfices pour son administration, son parti politique et ses alliés de gauche.


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

Recommandé