La société mère de TikTok emploie des membres du Parti communiste chinois en haut lieu

7 août 2020 Mis à jour: 9 août 2020
FONT BFONT SText size

Plus de 130 employés de ByteDance, le propriétaire chinois de l’application de partage vidéo TikTok, font partie d’un comité du Parti communiste chinois (PCC) intégré à l’entreprise. Un document interne révèle que beaucoup de ces employés occupent des postes de direction.

L’ampleur de l’adhésion de la direction de ByteDance au PCC démontre une fois de plus les liens de l’entreprise avec le régime chinois, ce qui alimente les préoccupations en matière de sécurité concernant TikTok.

Selon la loi, les entreprises chinoises sont tenues de créer des unités du Parti communiste au sein de leurs bureaux afin de s’assurer que les politiques commerciales et les employés suivent la ligne du Parti. ByteDance, fondée en mars 2012, a mis en place son comité du Parti en octobre 2014.

Selon les règlements des comités, les membres des comités d’entreprise sont nommés lors de réunions politiques. Les membres sont nommés pour un mandat de cinq ans.

On ne sait pas exactement combien de membres du Parti ou de membres de comités figurent parmi les 60 000 employés de ByteDance répartis dans plus de 230 bureaux à travers le monde entier ; la liste obtenue par le journal Epoch Times n’est qu’une liste partielle des membres des comités de son siège de Pékin.

Selon la liste interne, au moins 138 employés du siège social – pour la plupart à des postes de direction ou à des postes techniques – font partie de l’influent comité du Parti de Pékin de l’entreprise. Soixante d’entre eux sont classés comme ayant un rôle de direction.

Le document détaille le nom complet de chaque membre du comité, son sexe, sa date de naissance, la date à laquelle il a rejoint le PCC, ses numéros d’identification et le type de poste qu’il occupe dans l’entreprise, par exemple directeur ou technicien.

Ces révélations surviennent alors que le gouvernement américain intensifie l’examen minutieux de TikTok et d’autres applications chinoises pour des raisons de sécurité nationale. Les responsables américains ont à plusieurs reprises tiré la sonnette d’alarme sur le fait que les données personnelles américaines collectées par TikTok pourraient être consultées par Pékin, les entreprises chinoises étant redevables au PCC.

ByteDance n’a pas répondu à une demande de commentaires.

Le 6 août, le président Donald Trump a publié des décrets pour interdire les transactions américaines avec ByteDance et le géant chinois de l’internet Tencent Holdings Ltd. L’interdiction prendra effet dans 45 jours. Donald Trump a également donné à ByteDance jusqu’au 15 septembre pour vendre TikTok à Microsoft ou à une autre entreprise américaine. Microsoft a confirmé qu’il est en pourparlers pour acheter l’application.

L’entrée d’un bureau de ByteDance à Pékin le 8 juillet 2020. (Greg Baker/AFP via Getty Images)

Le secrétaire d’État Mike Pompeo a précédemment déclaré que les actions de l’administration américaine qui visent les applications chinoises cherchent à répondre à « un large éventail de risques pour la sécurité nationale qui sont présentés par les logiciels liés au Parti communiste chinois ».

La liste des membres du PCC révèle l’étendue des relations du Parti avec ByteDance, et s’inscrit dans la longue histoire documentée de coopération du géant de la technologie avec les autorités en matière de censure.

Le fondateur et PDG Zhang Yiming et d’autres cadres supérieurs ont ouvertement exprimé par le passé leur désir de voir l’entreprise soutenir les objectifs du Parti.

James Carafano, vice-président de l’Institut pour la sécurité nationale et la politique étrangère de The Heritage Foundation, a déclaré que ce niveau d’adhésion au PCC est typique des entreprises chinoises.

« Tous les instruments du pouvoir sont liés au Parti communiste, et cela inclut les instruments économiques du pouvoir », a déclaré M. Carafano à Epoch Times.

Il a déclaré qu’en Chine, il n’y a pas de transparence sur les liens entre les entreprises privées et le PCC, ainsi « nous ne pouvons littéralement pas traiter ces entreprises et leur faire confiance comme nous le ferions avec d’autres entreprises du commerce mondial ».

La présence de ByteDance aux États-Unis via TikTok soulève des inquiétudes, a déclaré M. Carafano, étant donné son accès à de vastes quantités de données personnelles appartenant aux Américains. La garantie apportée par TikTok de fonctionner indépendamment de ByteDance n’est « pas à prendre en considération », a-t-il ajouté.

« C’est une société chinoise », a déclaré M. Carafano. « Vous ne pouvez pas avoir confiance en ce logiciel. Vous ne pouvez pas faire confiance à leur traitement des données. Et vous ne pouvez pas croire qu’ils sont indépendants du gouvernement chinois. »

Liste des membres du PCC

Zhang Fuping, le « rédacteur en chef » et vice-président de la société, a déjà été identifié dans les médias chinois comme le secrétaire du comité du Parti de la société. Il figure également dans la liste de noms qu’Epoch Times a obtenus.

Une liste partielle des membres du PCC chez ByteDance, qui a été éditée. Le nom de Zhang Fuping est en bleu. (Fournie à Epoch Times)

M. Zhang est chargé des tâches liées à la censure pour les plateformes de médias sociaux de l’entreprise.

Dans de précédents rapports des médias d’État chinois, M. Zhang a exprimé sa volonté de promouvoir les politiques de censure du Parti.

Dans une interview accordée à l’agence de presse Xinhua en avril 2019, M. Zhang a expliqué que la sécurité du réseau de l’entreprise implique que « l’opinion publique doit être conduite dans la bonne direction […] avec une énergie positive, pour promouvoir les valeurs fondamentales du socialisme ».

La liste de noms obtenue par Epoch Times révèle que de nombreux cadres supérieurs sont également membres du comité du Parti.

Le membre du comité Zhang Nan (homme) figure sur la liste des employés qui relèvent directement de l’un des 14 principaux cadres de ByteDance, dans un organigramme obtenu par le site d’information The Information au mois d’avril 2019. Ces 14 personnes dépendent à leur tour du PDG, Zhang Yiming.

Zhang Nan a été promu au mois de mars au poste de directeur commercial de l’application Feishu, selon un rapport du site d’information technologique chinois Lei News. L’outil combine différentes applications qui permettent la collaboration sur une seule plateforme.

Pendant ce temps, Meng Haibo est directeur du département des affaires publiques de ByteDance, selon un article de 2018 de Youth Hangzhou, un journal d’État. Il est en charge des « affaires liées à la coopération gouvernementale » et dirige de grands projets d’analyse de données, selon le rapport.

Dang Liya, un cadre supérieur des applications de formation linguistique de ByteDance, a rejoint le Parti en 2013.

Les autres membres du personnel qui figurent sur la liste sont des cadres de niveau inférieur qui travaillent dans les différentes installations de l’entreprise, selon les recherches d’Epoch Times.

Par exemple, Xia Yong est le rédacteur en chef de Toutiao, une application populaire de collecte d’informations appartenant à ByteDance, tandis que Xia Manxue y est chef de produit commercial, selon sa page LinkedIn.

Les pratiques d’embauche de l’entreprise donnent également la préférence aux membres du Parti. Par exemple, le récent avis de recrutement de l’entreprise pour les « rédacteurs » chargés de surveiller le contenu des actualités spécifie que « les membres du PCC ont la priorité d’embauche ».

Coopération de la police

Le 25 avril 2019, ByteDance a signé un accord de coopération stratégique avec le ministère chinois de la Sécurité publique, qui est responsable de la police du pays.

La police locale arrête et emprisonne régulièrement les personnes qui publient des informations jugées sensibles par les autorités.

Lors de la cérémonie de signature, Zhan Jun, chef du département de la propagande du Parti au sein du ministère de la Sécurité publique, a déclaré : « Nous devrions utiliser les nouveaux médias en ligne pour faire entendre à la population les bonnes intentions de la police chinoise, raconter de belles histoires sur la police, donner une bonne image de notre police et favoriser des relations étroites entre la police et la population. »

Selon le média d’État China Police Net, ByteDance aiderait à mettre en place et à faire fonctionner les comptes de Toutiao et de Douyin pour chaque service de police dans toutes les provinces chinoises – au niveau des municipalités et des comtés – ainsi que pour le ministère national. ByteDance aidera à promouvoir les postes créés par les comptes de la police, ajoute l’article.

La police chinoise possède plus de 50 000 comptes de médias sociaux sur différentes plateformes et compte au total plus de 100 millions d’abonnés, selon l’article.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé