La réponse de Donald Trump quant à un éventuel retour sur Twitter

21 novembre 2022 Mis à jour: 21 novembre 2022
FONT BFONT SText size

Quelques heures avant que son compte ne soit rétabli sur Twitter samedi, Donald Trump a laissé entendre qu’il n’avait aucun intérêt à revenir. Et pourtant, son compte comptait plus de 80 millions d’abonnés dimanche matin. Et ceci après presque deux ans de suspension.

Selon Reuters, interrogé samedi sur la possibilité de revenir, Donald Trump a déclaré dans une vidéo : « Je ne vois aucune raison de le faire. » Antérieurement, Trump avait déjà expliqué qu’il ne reviendrait pas sur Twitter en vantant les mérites de son site Truth Social.

Samedi, Trump a déclaré devant la foule qu’il s’en tiendrait à sa nouvelle plateforme Truth Social, l’application développée par sa startup Trump Media & Technology Group (TMTG), qui, selon lui, a un meilleur engagement des utilisateurs que Twitter et se porte « phénoménalement bien ». Epoch Times a contacté l’équipe de Trump pour une demande de commentaire.

Dimanche matin, l’ancien président n’avait pas rédigé de message sur Twitter. Le dernier message sur son compte date du 8 janvier 2021.

Cela fait 22 mois qu’en essayant d’accéder à la page du 45e président, on obtenait un message indiquant que le compte était suspendu. À partir de samedi soir, les utilisateurs ont commencé à retweeter certains messages de Trump, notamment ceux d’il y a une dizaine d’années critiquant Cher, Rosie O’Donnell et Coca‑Cola.

Les derniers messages de Donald Trump sur Twitter consistaient à demander aux manifestants du 6 janvier de rester pacifiques. Son dernier message, daté du 8 janvier 2021, était une déclaration selon laquelle il n’assisterait pas à l’investiture de Joe Biden. D’autres portaient sur des allégations de fraude électorale lors des élections de 2020.

« Je demande à tout le monde au Capitole de rester pacifique. Pas de violence ! » avait‑il posté le 6 janvier. « N’oubliez pas que nous sommes le parti de la loi et de l’ordre – respectez la loi et nos grands hommes et femmes en bleu. Merci ! »

Et Trump a également écrit :« S’il vous plaît, soutenez notre police du Capitole et les forces de l’ordre. Ils sont vraiment du côté de notre pays. Restez pacifiques ! » Il a également posté une vidéo le 7 janvier condamnant les manifestants ayant pénétré dans le Capitole le 6 janvier : « Pour ceux qui ont enfreint la loi, vous allez payer. »

Elon Musk a écrit la semaine dernière que Twitter a connu un « record absolu » de trafic à la suite des changements radicaux promulgués par lui.

Environ 15 millions d’utilisateurs de Twitter se sont prononcés, dans le cadre d’un sondage pour ou contre la réintégration de Donald Trump. Environ 51,8% ont voté en faveur de l’ancien président, qui utilisait Twitter pour régler ces comptes créant souvent des remous, lançant l’un après l’autre des sujets d’actualité qui faisaient la une pendant des jours, voire des semaines.

« Le peuple a parlé. Trump sera réintégré », a écrit Elon Musk samedi soir, quelques instants avant que le compte de Donald Trump n’apparaisse en ligne.

Le compte Twitter de Donald Trump, qui a été interdit le 8 janvier 2021, a commencé à accumuler des abonnés rapidement. Il comptait près de 100.000 abonnés à 22 heures samedi, heure de l’Est. Certains utilisateurs ont d’abord signalé qu’ils ne pouvaient pas suivre le compte rétabli samedi soir. Dimanche matin, le compte avait accumulé environ 83 millions d’abonnés.

Parallèlement, Truth Social est la principale source de communication directe de Donald Trump avec ses sympathisants depuis qu’il a commencé à publier régulièrement des messages sur cette application en mai. Il a utilisé Truth Social pour promouvoir ses alliés, critiquer ses adversaires et se défendre.

Si Trump revenait sur Twitter, cela soulèverait des questions quant à son engagement envers Truth Social, qui a été lancé sur l’App Store d’Apple en février et sur le Play Store de Google en octobre. Donald Trump compte quelque 4,57 millions d’abonnés sur cette plateforme.

Mais l’ancien président pourrait choisir de revenir sur Twitter pour promouvoir sa campagne présidentielle récemment annoncée. Mardi dernier, il a déclaré qu’il se présenterait pour la troisième fois.

Twitter a été la première plateforme à suspendre Donald Trump après l’incident du 6 janvier au Capitole. Twitter, Facebook, Google et d’autres ont affirmé que Donald Trump incitait à la violence, bien que l’ancien président ait déclaré lors d’un rassemblement le 6 janvier que ses partisans devaient « faire entendre leur voix de manière pacifique et patriotique ».

Reuters a contribué à cet article.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé