La reconstruction de l’Ukraine au coeur d’une conférence internationale en Suisse

4 juillet 2022 Mis à jour: 4 juillet 2022
FONT BFONT SText size

Le président Volodymyr Zelensky devrait souligner lundi la tâche colossale qui attend l’Ukraine pour se relever des destructions de l’armée russe, lors d’une conférence de deux jours en Suisse chargée de dessiner les contours de la future reconstruction.

La « tâche est vraiment colossale » ne serait-ce que dans les territoires libérés, a reconnu dimanche M. Zelensky, en évoquant la conférence. Ses hôtes suisses espéraient sa venue en personne mais il participera – comme il en a désormais l’habitude – par visioconférence à cette réunion rassemblant les responsables des alliés de l’Ukraine, des institutions internationales mais aussi le secteur privé.

L’exercice est difficile. L’issue de ce conflit, qui fait rage depuis l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe le 24 février, reste encore très incertaine malgré une aide militaire et financière conséquente des alliés et une avance russe bien moins rapide que prévu.

Ébauche d’une sorte de « Plan Marshall »

Si M. Zelensky reste au pays, son Premier ministre Denys Chmygal, le président du parlement, Rouslan Stefantchouk, et une délégation forte d’une centaine de personnes sont arrivés dès dimanche à Lugano, pittoresque cité aux accents italiens, au bord d’un lac niché dans un majestueux cirque montagneux.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, le Premier ministre tchèque, Petr Fiala, dont le pays vient de prendre la présidence de l’UE pour six mois, ainsi que son homologue Mateusz Morawiecki, de Pologne, pays qui accueille de loin le plus de réfugiés ukrainiens, seront à Lugano pour dessiner l’ébauche d’une sorte de « Plan Marshall », du nom du programme économique américain qui avait permis de relever l’Europe occidentale des ruines de la deuxième guerre mondiale.

Lutte contre une corruption endémique

La conférence avait été planifiée bien avant la guerre et devait initialement se concentrer sur les réformes en Ukraine et notamment la lutte contre une corruption endémique.

Si on doit surtout parler reconstruction à Lugano, le sujet reviendra certainement sur le tapis en raison des sommes en jeu et des risques de détournement.

Lugano n’a pas vocation à être une conférence de donateurs – où chacun annonce le montant de son « chèque » – mais doit plutôt définir les principes et les priorités d’un processus de reconstruction.

Est-ce prématuré alors qu’il n’y a pas de fin en vue à la guerre et que les chiffrages vont de dizaines à des centaines de milliards de dollars ?

Donner « une perspective positive aux civils »

Pour Robert Mardini, le directeur général du Comité international de la Croix-Rouge, il est vital de donner « une perspective positive aux civils », a-t-il expliqué à la chaîne publique suisse RTS.

La Kyiv School of Economics (KSE) a estimé les dommages causés jusqu’à présent aux bâtiments et aux infrastructures à près de 104 milliards de dollars. L’économie du pays aurait déjà perdu 600 milliards de dollars selon certaines estimations.

La Banque européenne d’investissement (BEI) doit proposer  la création d’un nouveau fonds pour l’Ukraine, qui pourrait atteindre 100 milliards d’euros, selon des sources au fait du plan.

Le Royaume-Uni, l’un des alliés les plus actifs de l’Ukraine, soutiendra notamment la reconstruction de la ville et de la région de Kiev, à la demande du président Zelensky, a indiqué le Foreign Office dimanche.

Établir un bureau dans la capitale du Royaume-Uni

Londres compte également travailler avec Kiev et ses alliés pour accueillir la conférence sur la relance de l’Ukraine en 2023 et établir un bureau dans la capitale du Royaume-Uni pour aider à coordonner ces efforts de reconstruction.

Si Lugano est le troisième centre financier de Suisse et un lieu de villégiature très prisé, y compris de très nombreux riches russes, elle n’a pas l’habitude de recevoir ce type de réunions diplomatiques internationales. Mais le président de la Confédération est originaire d’ici.

Les accès à la conférence sont limités au maximum.

Le casino de la ville, juste en face du lieu de réunion, a fermé ses portes au nom de la paix  comme le clame une pancarte sur l’entrée, qui précise qu’on peut continuer à jouer en ligne.

Greenpeace et des ONG ukrainiennes ont choisi de promouvoir les énergies renouvelables et de dénoncer le nucléaire (la centrale de Tchernobyl se trouve en Ukraine) en dressant une éolienne factice non loin du lieu de la conférence.

***
Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé