La propagande de Pékin est-elle le signe de l’imminence d’une guerre sino-américaine?

La campagne de propagande du régime chinois accusant les États-Unis mène quelque part, mais où ?
8 avril 2020 Mis à jour: 10 avril 2020
FONT BFONT SText size

Le 13 mars 2020, en réponse à la propagande du Parti communiste chinois (PCC) qui accusait l’armée américaine de la pandémie du virus du PCC*, j’ai exprimé ma profonde inquiétude dans un article que j’ai écrit pour Epoch Times sur le but et les risques d’une propagande aussi tendancieuse. Il m’a semblé assez alarmant que Pékin s’aventure sur une telle voie qui laisse entendre qu’une guerre avec les États-Unis serait la seule réponse appropriée.

Dans l’article « La Chine lance une propagande offensive », le dernier paragraphe se lit comme suit :

« Le message incendiaire, c’est-à-dire le fait de raconter un mensonge si gros qu’il ne peut être rétracté, peut pousser les régimes à s’engager dans des actes de vengeance artificielle pour justifier leurs mensonges et préserver leurs positions de pouvoir. Il s’ensuit souvent une escalade, qui peut rapidement nous conduire tous sur une voie qui, si elle était évitée, serait bien meilleure pour tous. »

Sont-ils dans une impasse ?

Je voulais simplement dire par là que si la Chine (et Téhéran, d’ailleurs) continuait à promouvoir auprès de sa population et du monde le mensonge selon lequel l’armée américaine est responsable de la pandémie qui a débuté à Wuhan, le PCC risquerait d’être acculé dans une position politique très étroite.

Il semblerait qu’il y ait très peu d’options dans ce contexte.

CORONAVIRUS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

D’une part, si la Chine était vraiment victime d’une attaque de guerre biologique sur son propre sol par l’armée américaine, comme elle l’a affirmé avec insistance dans sa propagande, alors les États-Unis seraient coupables d’avoir tué des milliers – peut-être des dizaines de milliers – de Chinois.

Une telle attaque, si elle se produisait, exigerait une réaction, une réponse militaire, de la part du PCC et de l’Armée populaire de libération (APL), n’est-ce pas ?

Pourquoi cette propagande ?

Est-ce là l’objectif de la campagne de propagande ? Pour justifier une réponse militaire ? La campagne prépare-t-elle le peuple chinois – et le reste du monde – à une attaque contre les États-Unis d’une manière ou d’une autre ?

Cela peut sembler tiré par les cheveux, mais dans quel autre but le Parti poursuivrait-il sa campagne de propagande ? Plus elle se prolonge, plus il semble probable qu’un tel résultat se produise.

D’autre part, si le PCC continue à faire de la propagande et ne fait rien en réponse, où cela mène-t-il aux yeux du peuple ?

S’il ne réagit pas à une attaque de masse contre la patrie, la direction du PCC risque d’apparaître comme incapable – ou peu désireuse – de tenir tête à un agresseur étranger. L’autorité même du Parti en tant que défenseur du peuple serait largement annulée.

Les défaillances qui conduisent le PCC à la guerre ?

Compte tenu des échecs et des crises qui ont frappé la Chine ces deux dernières années – pénurie alimentaire, inflation, hausse du chômage, désastreuse initiative de la Nouvelle route de la soie, ou la Ceinture et la Route (BRI, également connue sous le nom de « One Belt, One Road »), système financier criblé de dettes et menacé d’effondrement, crise de Hong Kong qui s’envenime, guerre commerciale très préjudiciable avec les États-Unis et mauvaise gestion de la pandémie – le Parti ne peut guère se permettre de risquer de perdre davantage de crédibilité.

En fait, c’est peut-être à cause de ces échecs passés – et des échecs actuels – que le PCC se sent obligé d’agir contre les États-Unis.

Cette logique comporte d’autres aspects très puissants. Comme je l’ai écrit à plusieurs reprises récemment, la guerre commerciale avec les États-Unis a infligé d’énormes dommages à l’économie chinoise. Bien plus, en fait, que ce que le régime chinois est prêt à admettre.

Je parie qu’avant même que le président Trump n’impose des droits de douane sur de nombreux produits chinois d’une valeur de plus de 500 milliards de dollars, les chaînes d’approvisionnement mondiales quittaient déjà la Chine pour des pays moins intrusifs en Asie, où le risque politique est également moindre. La guerre commerciale n’a fait qu’accélérer ce processus.

Mais en plus des tarifs, les États-Unis ont exercé une pression énorme sur les autres grands partenaires commerciaux de la Chine pour qu’ils évitent Huawei pour leurs installations de réseau 5G. Les États-Unis ont accusé le fournisseur chinois de réseaux et de télécommunications au monde d’ajouter des logiciels espions à son matériel. Cela permettrait à la Chine d’espionner les utilisateurs et, par extension, l’industrie et les gouvernements à volonté.

La pression américaine a coûté à Huawei des milliards de dollars en affaires et a gravement porté atteinte à la réputation de la Chine à l’étranger.

Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie COVID-19, de « virus du PCC » parce que la dissimulation et la gestion déplorable du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine avant d’être transmis dans le monde entier.

Sur le plan interne, la Chine est confrontée à plus d’une bombe à retardement démographique. Le vieillissement de sa population deviendra bientôt un fardeau financier insupportable pour l’économie chinoise. En raison de l’impact combiné de la pandémie du virus du PCC et des droits de douane, le SPG (système des préférences généralisées) de la Chine devrait réduire de 10 % ou plus, rien qu’en 2020.

Mais il y a d’autres mauvaises nouvelles sur le front démographique. En raison de la politique de l’enfant unique, il y a des centaines de millions de jeunes hommes de plus que de femmes en Chine. Une génération d’hommes célibataires et sans emploi peut être une poudrière si on ne lui donne pas un moyen d’exprimer ses frustrations personnelles et professionnelles.

Une aventure militaire à l’étranger peut contribuer à alléger cette pression. L’activité militaire accrue de la Chine dans la mer de Chine méridionale peut indiquer que cette zone est la cible d’une attaque potentielle contre les forces américaines. Une telle attaque pourrait ruiner les accords de défense entre les États-Unis et Taïwan, ainsi que jeter le doute sur l’engagement des États-Unis dans la région.

Peut-être plus important encore, une guerre potentielle avec la Chine pourrait sérieusement nuire aux chances de réélection de Donald Trump. La présidence de Trump a contrecarré les objectifs de politique étrangère de la Chine et a paralysé son économie. Il est tout à fait plausible que le PCC considère qu’attaquer les États-Unis est un moyen sûr de faire renverser Donald Trump et de supprimer les droits de douane.

Au milieu de la plus grande crise sanitaire et économique que le monde ait connue depuis près d’un siècle, Pékin se prépare-t-il vraiment à une attaque contre les États-Unis ?

Ce n’est certainement pas joué d’avance, mais ce n’est pas non plus inconcevable. Non seulement la Chine semble justifier une telle attaque, mais elle est dans une course contre le temps et contre elle-même, tant sur le plan économique que démographique.

Et, les États-Unis étant toujours aux prises avec la pandémie, la puissance relative de la Chine vis-à-vis des États-Unis est probablement à son apogée. Il n’y a peut-être pas de meilleur moment que maintenant.

James Gorrie est un écrivain et un conférencier basé en Californie du Sud. Il est l’auteur de « The China Crisis ».

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

Recommandé