La police de Hong Kong arrête le cardinal Joseph Zen, âgé de 90 ans, en vertu de la loi sur la sécurité nationale

13 mai 2022 Mis à jour: 13 mai 2022
FONT BFONT SText size

Selon les médias locaux, la police de Hong Kong a arrêté le cardinal Joseph Zen, âgé de 90 ans, ainsi que quatre autres personnalités pro-démocratie qui seraient liées à un fonds de soutien aux manifestants de Hong Kong. Ces arrestations ont été effectuées en vertu de la loi de sécurité nationale imposée par Pékin, utilisée pour réprimer toute dissidence dans la ville.

Le 11 mai, une unité de la police chargée de la sécurité nationale de Hong Kong a arrêté le Cal Zen, qui était autrefois à la tête de l’Église catholique de Hong Kong, ainsi que la chanteuse et militante Denise Ho, l’universitaire Hui Po-keung, l’avocate Margaret Ng et l’ancien parlementaire Cyd Ho. Ils ont prétendument enfreint la disposition de la loi sur la sécurité nationale relative à la « collusion avec des forces étrangères ».

Les personnes arrêtées étaient les administrateurs du « 612 Humanitarian Relief Fund », aujourd’hui dissous, qui fournissait une assistance médicale et humanitaire aux manifestants pro-démocratie à Hong Kong en 2019. Le fonds a été dissous en août 2021.

Joseph Zen a longtemps défendu les libertés religieuses et civiques à Hong Kong et en Chine continentale et s’est élevé contre l’autoritarisme croissant du régime communiste. Il a notamment dénoncé la loi sur la sécurité nationale imposée par Pékin et la persécution des chrétiens en Chine.

Hui Po-keung a été arrêté à l’aéroport le 10 mai, selon les informations fournies par les médias, tandis que Cyd Ho était déjà en prison pour une autre affaire.

« Nous condamnons les arrestations de ces militants, dont le crime supposé a été de financer une aide juridique pour les manifestants pro-démocratie en 2019 », a déclaré Benedict Rogers, PDG du groupe de défense Hong Kong Watch. « Les arrestations effectuées aujourd’hui montrent sans aucun doute que Pékin a l’intention d’intensifier sa répression des droits et libertés fondamentales à Hong Kong. »

« Nous exhortons la communauté internationale à faire la lumière sur cette répression brutale et à demander la libération immédiate de ces militants. »

Le Parti communiste chinois (PCC) a imposé la loi sur la sécurité nationale à Hong Kong en juin 2020 et l’a utilisée pour réprimer les voix dissidentes en punissant toute personne considérée par Pékin comme ayant participé à des actes de terrorisme, de subversion, de collusion avec des forces étrangères et de sécession. Ces délits sont passibles d’une peine maximale d’emprisonnement à vie. Plus de 100 personnalités pro-démocratie ont été arrêtées ou inculpées en vertu de cette loi.

Cette loi a suscité une condamnation internationale, les gouvernements occidentaux estimant qu’elle est utilisée pour faire taire les dissidents, restreindre la liberté d’expression et éroder l’autonomie relative de Hong Kong.

Cette arrestation est intervenue quelques jours après l’arrivée au pouvoir du nouveau dirigeant de Hong Kong, John Lee, un ancien responsable de la sécurité. M. Lee était le seul candidat à l’élection du chef de l’exécutif de Hong Kong en 2022, se présentant sans opposition dans le processus de sélection contrôlé par Pékin.

Le coordinateur américain pour la région indopacifique, Kurt Campbell, a déclaré que les États-Unis étaient préoccupés par la « répression » qui règne à Hong Kong, notamment dans les milieux religieux et universitaires.

« Tout ce que je peux vous dire, c’est qu’il me semble que nous sommes de plus en plus inquiets par les mesures prises à Hong Kong pour faire pression et éliminer la société civile », a déclaré M. Campbell lors d’un événement en ligne organisé à Washington, alors qu’il était interrogé sur ces arrestations.

Hui Po-keung, professeur associé d’études culturelles à l’université Lingnan, avait autrefois été le professeur de Nathan Law, un militant démocrate en exil.

« Si vous voulez punir quelqu’un, vous pouvez toujours trouver un prétexte », a écrit M. Law sur sa page Facebook en réponse à l’arrestation de M. Hui.

Reuters a contribué à cet article.

De NTD News

***
Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

Recommandé