La nouvelle «responsable du risque climatique» de l’administration Biden a étudié dans une université contrôlée par le PCC étroitement liée à l’armée chinoise

21 septembre 2022 Mis à jour: 22 septembre 2022
FONT BFONT SText size

Une ancienne employée du régulateur financier de New York qui a vécu en Chine et obtenu son diplôme dans une université contrôlée par le Parti communiste chinois (PCC) a obtenu un poste important au sein de l’administration Biden.

L’Office of the Comptroller of the Currency (OCC) [Bureau du contrôleur des devises] est un bureau du département du Trésor qui supervise les plus grandes banques du pays et les associations d’épargne fédérales. L’OCC a nommé Yue (Nina) Chen au poste de premier « climate cop » (responsable du risque climatique), selon un communiqué publié le 12 septembre.

Sa responsabilité est de guider l’OCC « vers le développement et la mise en œuvre d’un environnement propice à la gestion des risques climatiques pour le système bancaire fédéral ».

Mme Chen devra rendre des comptes au contrôleur par intérim Michael J. Hsu. Ce dernier a déclaré dans le communiqué que Mme Chen était « un atout » pour l’équipe, étant donné son « expérience dans le domaine de la finance et des risques financiers liés au climat ».

Elle remplace Jonathan Fink, qui a assumé cette responsabilité à titre intérimaire en mars tout en étant conseiller principal de M. Hsu.

Université de Tsinghua

Mme Chen a obtenu un diplôme en génie chimique à l’université chinoise de Tsinghua en 2000, puis un doctorat au Massachusetts Institute of Technology.

L’université de Tsinghua est financée par le ministère de l’Éducation du régime chinois. Elle est supervisée par l’Administration d’État des sciences, de la technologie et de l’industrie pour la défense nationale (SASTIND).

Selon le think tank Australian Strategic Policy Institute (ASPI), basé à Canberra, en Australie, l’université Tsinghua mène des « recherches sur la défense », notamment dans des domaines tels que les missiles air-air et l’intelligence artificielle, et abrite plusieurs laboratoires axés sur la défense.

Dans un rapport de 2020, le Pentagone a émis des avertissements sur l’université de Tsinghua. C’est l’université par excellence qui applique la stratégie de fusion militaro-civile du PCC. En d’autres termes, tout étudiant de cette université est formé à toujours collaborer de près avec l’armée chinoise. Cette stratégie militaro-civile permet au régime communiste de détourner des technologies commerciales à des fins militaires.

Le PCC contrôle l’université Tsinghua par le biais du comité du Parti de l’établissement, qui est dirigé par un secrétaire du parti, Qiu Yong. En juillet, ce dernier rappelait à travers un discours destiné aux étudiants et aux enseignants, l’importance d’être « loyal envers le Parti ».

L’université de Tsinghua, comme de nombreuses universités et écoles supérieures en Chine, possède son propre « bureau de travail du front uni ». En d’autres termes, l’université possède une branche spécialement conçue pour elle du Département du travail du front uni. Cet organe puissant du PCC se dote de tous les moyens possibles pour infiltrer et noyauter les entreprises de par le monde.

Selon un rapport de l’ASPI de 2020, le département coordonne des milliers de groupes pour mener des opérations d’influence politique à l’étranger, supprimer les mouvements dissidents, recueillir des renseignements et faciliter le transfert de technologies vers la Chine.

Le Washington Free Beacon est le premier média à avoir fait état du parcours scolaire de Mme Chen en Chine.

Mme Chen

Avant d’occuper son nouveau poste, Mme Chen a travaillé pendant plus de deux ans au Département des services financiers (DFS) de l’État de New York, selon son profil LinkedIn. En mai 2020, elle est devenue la toute première directrice du développement durable et des initiatives climatiques au DFS. Ensuite elle a occupé le poste inaugural de directrice adjointe exécutive de la division du climat du DFS en novembre 2021.

De 2014 à février 2020, elle a travaillé au sein de l’organisation environnementale américaine The Nature Conservancy.

« L’intérêt à long terme de Nina pour la conservation remonte à son enfance passée près des bois dans une petite ville du sud de la Chine », peut-on lire dans une biographie publiée sur le site de l’université Rutgers.

Mais Mme Chen a commencé sa carrière dans le secteur de la finance, en travaillant à la gestion d’actifs chez Goldman Sachs, à la Banque royale du Canada et au Chicago Mercantile Exchange Group.

Les représentants de l’Office of the Comptroller of the Currency n’ont pas répondu à une demande de commentaire au moment de la mise sous presse.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé