La Maison Blanche s’inquiète de l’envoi d’immigrés clandestins à Rehoboth Beach dans le Delaware, où se trouve la résidence de Biden

22 septembre 2022 Mis à jour: 22 septembre 2022
FONT BFONT SText size

La Maison Blanche a fait savoir mardi que l’administration surveillait l’arrivée éventuelle d’immigrés clandestins cette semaine à Rehoboth Beach, dans le Delaware.

Karine Jean‑Pierre, porte‑parole de la Maison Blanche, a affirmé que l’administration avait reçu des informations signalant que le « même avion » ayant transporté des immigrés illégaux à Martha’s Vineyard la semaine dernière pourrait en amener d’autres dans l’État du Delaware, où réside le président.

« Nous avons été en contact étroit (…) avec le gouvernement du Delaware. Nous ne savons pas comment la Maison Blanche a été alertée », a‑t‑elle déclaré. « Et je n’ai pas de détails sur le lieu et la personne qui nous a alertés. Je peux vous dire que nous avons été en contact étroit avec les responsables du Delaware sur le terrain. »

L’administration « travaille actuellement avec des partenaires locaux et ceux des différents États pour fournir un abri et des ressources à ces immigrés », a poursuivi la porte‑parole.

La semaine dernière, Ron DeSantis, gouverneur de Floride, a revendiqué la responsabilité du transport par avion d’une cinquantaine d’étrangers en situation irrégulière à Martha’s Vineyard. Le gouverneur du Massachusetts a alors décidé de mobiliser la Garde nationale. En quelques heures, ces personnes ont été déplacées de l’île très prisée vers une base militaire de Cape Cod.

Les autorités du Delaware ont également confirmé avoir reçu des rapports concernant des vols transportant des immigrés clandestins. Les autorités de Rehoboth Beach, où le président Joe Biden possède une résidence, n’ont pas encore émis de commentaire public à ce sujet.

« Nous sommes au courant des rapports et continuons à nous préparer à l’éventualité d’une arrivée inopinée d’immigrés dans le Delaware », a déclaré Emily Hershman sur Fox News, porte‑parole du gouverneur démocrate John Carney,. « Nos équipes [de la Delaware Emergency Management Agency et Delaware Department of Health and Social Services] travaillent avec les organismes communaux et d’autres partenaires pour s’assurer que les immigrés qui arriveront ici auront le soutien dont ils ont besoin. »

Ouvrir les yeux

Le gouverneur DeSantis, qui doit être réélu en novembre et qui est considéré comme un possible candidat à la présidence en 2024, a suivi les gouverneurs républicains du Texas et de l’Arizona en envoyant des immigrés illégaux dans des villes contrôlées par les démocrates. Une telle manœuvre vise à dénoncer la gestion par l’administration Biden de la frontière américano‑mexicaine, qui enregistrent des nombres records de traversées.

L’immigration illégale est devenue un thème central lors de l’élection de 2016, quand le candidat de l’époque, Donald Trump, a annoncé qu’il construirait un mur frontalier pour empêcher le flux illimité de personnes venant du Mexique. Le gouvernement fédéral est le seul à pouvoir expulser des personnes et à établir des lois sur l’immigration, alors que les gouverneurs ont moins d’options.

Immigrés clandestins demandeurs d’asile attendant des denrées alimentaires fournies par l’association caritative catholique de San Antonio, au Texas, le 19 septembre 2022. (Jordan Vonderhaar/Getty Images)

Dès son entrée en fonction l’année dernière, Biden a émis une série de décrets qui ont permis de démanteler plusieurs règles d’immigration édictées par Donald Trump. Il a notamment mis fin à la construction du mur séparant les États‑Unis du Mexique, relevé le plafond de réinstallation des réfugiés et levé d’autres critères d’entrée aux États‑Unis.

Le Texas, qui a envoyé plus de 11.000 migrants à Washington D.C. et à New York depuis le mois d’avril, a intensifié son action ces derniers jours, déposant des clandestins près de la résidence officielle de la vice‑présidente Kamala Harris à Washington.

« Je pense que les gens sont en train d’ouvrir les yeux sur la solution : une frontière sécurisée », a déclaré Ron DeSantis lors d’une conférence de presse tenue ce mardi.

Quelques heures auparavant, lundi soir, le gouverneur de Floride avait expliqué à Sean Hannity, présentateur sur Fox News, que les immigrés clandestins conduits à Martha’s Vineyard avaient signé des formulaires, contestant ainsi l’affirmation selon laquelle lui et Greg Abbott, le gouverneur du Texas, se livraient à la traite des êtres humains. Le shérif démocrate du comté de Bexar, au Texas, a allégué qu’un étranger illégal était payé pour recruter les autres. On leur aurait promis du travail ou d’autres avantages.

Mais DeSantis a contesté l’allégation du shérif et a déclaré que les vols étaient « clairement volontaires ».

Ces étrangers en situation irrégulière, a‑t‑il affirmé, « étaient en très, très mauvaise posture ». Il a ensuite ajouté :« Il y a des emplois vacants à Martha’s Vineyard. Il y a des logements disponibles à Martha’s Vineyard. »

Reuters a contribué à cet article.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé