La lettre d’intimidation de l’ambassade chinoise montre que les nouvelles vidéos de Pompeo sont efficaces, selon un expert

Pompeo : le PCC ne représente pas la Chine
10 octobre 2022 Mis à jour: 10 octobre 2022
FONT BFONT SText size

Fin septembre, l’ambassade de Chine aux États‑Unis a envoyé une lettre au Hudson Institute après la diffusion par l’ancien secrétaire d’État américain Mike Pompeo d’une série de vidéos qui exposent la vérité sur le Parti communiste chinois (PCC) et encouragent les Chinois à changer d’attitude à l’égard du régime.

Pompeo, président du conseil consultatif du centre chinois du Hudson Institute, a publié sur son compte Twitter, le 4 octobre, la lettre adressée par l’ambassade au think tank basé à Washington.

Pompeo : le PCC craint que le peuple chinois entende la vérité

Dans cette lettre, l’ambassade a critiqué le Hudson Institute au sujet d’une série de vidéos des discours de Pompeo au peuple chinois.

« Le PCC veut que j’arrête de dire la vérité », a écrit Pompeo dans son message Twitter du 4 octobre. « Ça n’arrivera pas. »

Le lendemain, il a écrit sur Twitter : « Rien n’effraie plus le Parti communiste chinois que le fait que le peuple chinois entende la vérité. »

Depuis le 13 septembre, Pompeo a publié deux discours vidéo sur le PCC.

Dans la première vidéo, il a souligné que le PCC ne représente pas la Chine, la civilisation chinoise ou le peuple chinois et que cette idée fausse est un mensonge délibéré créé par le Parti.

Dans sa deuxième vidéo, il a réfuté l’affirmation du PCC selon laquelle les États‑Unis sont un pays raciste.

Distinguer le PCC du peuple chinois

Miles Yu, ancien conseiller principal de Pompeo pour la politique et la planification de la Chine au département des Affaires étrangères est actuellement directeur du China Center du Hudson Institute. Pompeo et Miles Yu ont clairement reconnu, alors qu’ils servaient sous l’ancien président Donald Trump, que le régime communiste chinois ne parle pas au nom du peuple chinois, affirme le professeur Feng Chongyi de l’Université de Technologie de Sydney à Epoch Times le 5 octobre.

Il s’agit d’une distinction cruciale car le PCC utilise le nationalisme depuis des années pour rallier le peuple chinois, ajoute‑t‑il.

« Ce que Mike Pompeo et les autres font maintenant est une nouvelle stratégie, et ils diffusent la vérité de cette façon. Les États‑Unis n’ont jamais été contre le peuple chinois. Ce contre quoi ils se battent, c’est le régime communiste chinois. »

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo s’exprime au National Press Club à Washington, le 12 janvier 2021. (Andrew Harnik/POOL/AFP via Getty Images)

Feng Chongyi rappelle que pendant le mouvement étudiant du 4 juin (autrement connu sous le nom de massacre de la place Tiananmen en 1989), la position du gouvernement américain était très claire : il travaillerait avec les étudiants chinois pour faire face au régime du PCC.

« Plus tard, voyant les avantages qu’ils pouvaient tirer du marché [chinois], ils ont abandonné leur position initiale et ont mené une politique d’apaisement pendant 30 ou 40 ans. Ce n’est que maintenant qu’ils sont revenus à leur position initiale. »

Selon lui, si la stratégie de Pompeo se poursuit, elle contribuera à distinguer le régime du PCC du peuple chinois. Elle encouragera le peuple chinois à reprendre son pouvoir. Bien entendu, le régime communiste panique devant une telle démarche.

Les vidéos anticommunistes de Pompeo montrent que la société américaine a subi un changement relativement important récemment, fait remarquer Xie Jinhe, président de Taïwan Caixin Media, à Epoch Times le 5 octobre.

Selon Xie Jinhe, Pompeo a exposé le plus grand mensonge du PCC, à savoir qu’il représente la Chine. Il souligne également que le PCC ne peut être assimilé au peuple chinois. C’est pourquoi progressivement le monde entier sera amené – non seulement en Occident mais aussi à Taïwan – à revoir sa position vis‑à‑vis du PCC.

« La tension entre les États‑Unis et la Chine va progressivement augmenter, et l’attitude du monde envers la Chine [le PCC] va également changer de manière plus marquée. Je pense que c’est très important pour ce qui se passera dans le monde à l’avenir. »

La pauvreté en Chine créée par le PCC

L’ambassade de Chine aux États‑Unis a affirmé dans la lettre critiquant le China Center du Hudson Institute que, sous la direction du Parti, la Chine a créé un « miracle » de développement économique rapide et de stabilité sociale à long terme et a sorti plus de 800 millions de Chinois de la pauvreté.

M. Feng soutient que cette rhétorique ou ce récit historique raconté par le PCC est un mensonge.

« La pauvreté en Chine a été créée par le PCC », affirme‑t‑il.

« Il rejette le capitalisme de l’ère de la République de Chine (1911‑1949) et le retour à un gouvernement constitutionnel. Il met en œuvre la dictature du parti unique et la prétendue transformation sociale, qui ont sérieusement détruit les forces productives. Par conséquent, il a provoqué la pauvreté de l’ensemble de la population en Chine. »

Le PCC a dû relâcher son contrôle parce que l’économie chinoise était au bord de l’effondrement. Ainsi, l’ensemble du processus de développement économique de ces dernières décennies n’a pas été mené par le PCC, mais s’est produit parce que le PCC s’est retiré du chemin, permettant au peuple chinois de prospérer, explique M. Feng.

« Le peuple chinois lui‑même a développé sa propre économie parce qu’il a été libéré du contrôle du PCC », ajoute‑t‑il. Associées aux investissements étrangers et aux technologies importées, « ces deux forces ont permis aux Chinois de sortir de la pauvreté ».

Avec le retour du chef du PCC, Xi Jinping, qui met l’accent sur « la direction du Parti communiste et le renforcement du contrôle, l’économie a commencé à décliner ».

« Par conséquent, son récit historique est totalement faux et n’a aucun ancrage dans les faits. « 

Ning Haizhong et Luo Ya ont contribué à cet article.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé