La justice condamne l’abattage de 167 arbres dans la commune de Neubourg dans l’Eure

18 mars 2022 Mis à jour: 18 mars 2022
FONT BFONT SText size

La justice a annulé la décision de la petite commune de Neubourg dans l’Eure qui a abattu 167 hêtres, au lieu de 30. L’abattage des arbres centenaires avait suscité une vive émotion parmi les habitants et une pétition avait alors recueilli 74.694 signatures.

Saisi par France nature environnement (FNE) et le Groupe national de surveillance des arbres (GNSA), le tribunal a annulé les arrêtés municipaux de décembre 2020 « tant qu’ils n’ont pas limité l’autorisation d’abattage accordée à 30 arbres », selon la décision datée du 10 mars.

Les arbres ont été abattus le 17 janvier 2022, selon FNE. Une pétition avait demandé à cette commune de 4300 habitants de renoncer à « l’abattage total » des 167 hêtres plantés dans les 50, de « l’allée du Champ de bataille », une allée inscrite aux monuments historiques fermée par la ville pour risques de « chute d’arbres ».

Sept espèces protégées d’oiseaux sur le site

« Il n’est pas suffisamment établi que la présence du polypore géant (un champignon ndlr) présente un risque de contamination rapide de certains arbres de nature à justifier, afin de protéger leur état sanitaire, l’abattage total des 167 arbres de l’allée », estiment les juges dans leur décision.

Dans un rapport issu d’un diagnostic réalisé en mai 2020, l’Office national des forêts (ONF) estimait « que seuls 30 arbres » devaient faire l’objet d’un abattage en raison de « défauts irréversibles » où s’ajoute également « la présence de sept espèces protégées d’oiseaux sur le site de l’allée du Champ de Bataille » relevée par un inventaire réalisé par la Ligue de Protection des Oiseaux les 20 et 26 décembre 2020.

L’abattage de 167 arbres coûte moins cher

Un arrêté préfectoral de « dérogation » daté du 14 janvier avait « autorisé la commune du Neubourg à procéder à la destruction de sites de reproduction ou d’aires de repos d’animaux d’espèces animales protégées pour le réaménagement de l’allée du Champ de bataille ». La préfecture estimait que le « projet » d’abattage répondait à « une exigence de mise en sécurité du site ».

France nature environnement a également introduit un recours contre cet arrêté, a indiqué  André Berne, son vice-président. Pour cet ingénieur des eaux et forêts, comme pour Adrien Brunet, initiateur de la pétition, les motivations de la mairie sont financières.

Selon des devis adressés à la mairie du Neubourg, l’abattage de 167 arbres coûte deux fois moins cher que celui de 30, les arbres sains récupérés par l’entreprise ayant une valeur marchande.

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé