La hiérarchie complexe du pouvoir derrière le chef des espions intérieurs en Chine

5 août 2021 Mis à jour: 6 août 2021
FONT BFONT SText size

La surveillance, l’intimidation et la manipulation sont la graisse des engrenages qui font tourner tous les systèmes communistes. Qu’il s’agisse des régimes du passé ou du principal pays communiste d’aujourd’hui, les systèmes partagent tous ces caractéristiques.

Pour que les dirigeants communistes puissent contrôler leurs sujets, ils dépendent entièrement de celui qui contrôle l’information. En Chine, c’est le travail de la police secrète d’État, selon un article publié le 21 juillet par l’analyste chinois des affaires intérieures Cheng Xiaonong dans l’édition en langue chinoise d’Epoch Times.

Le 15 juillet, le dirigeant chinois Xi Jinping a nommé un chef d’état-major militaire au poste de directeur du bureau d’espionnage interne de la Chine, selon les médias d’État. Le nouveau directeur, Zhou Hongxu, est désormais à la tête du Bureau central de sécurité.

Le Bureau central de sécurité utilise des tactiques d’intimidation par la force comme d’autres polices secrètes communistes du passé, telles que le KGB ou la Stasi. Le Bureau central de sécurité chinois est familièrement appelé le « garde du corps » du siège du Parti communiste chinois (PCC), car il a pour fonction nominale de protéger les responsables politiques.

Cheng a écrit que la promotion est très peu orthodoxe, usurpant l’ordre de promotion habituel. En outre, l’expérience de Hong se situe dans l’armée, et non dans les activités de surveillance. Mais selon Cheng, même si ce choix risque de compromettre davantage le règne à vie de Xi sur le PCC, le dirigeant chinois a d’autres priorités.

Xi a besoin de loyauté

Bien que peu de détails publics soient disponibles sur Zhou ou son allégeance à Xi, Cheng souligne que le processus d’embauche était sans précédent.

Avant la nomination de Zhou, le directeur précédent avait démissionné en 2019. Le poste de direction du Bureau central de sécurité est resté vacant pendant un an et demi. Cheng a déclaré que depuis que le bureau a été créé à l’époque de Mao, il n’a jamais été sans directeur.

En outre, Cheng a déclaré que quiconque est en charge de la communauté du renseignement de la Chine est le leader de facto du PCC. Il a expliqué que c’est parce que celui qui peut contrôler le plus grand nombre de hauts fonctionnaires aura le plus de pouvoir au sein du Parti. La surveillance des fonctionnaires, dont le Bureau central de sécurité est chargé, est essentielle à ce contrôle.

Cheng a déclaré que dans ce système particulièrement maoïste, la rébellion parmi les hauts fonctionnaires devient un moment précieux. Les fonctionnaires ne peuvent pas se rencontrer en privé, car les secrétaires de sécurité rapporteront toujours leurs actions. Ils se contactent surtout par téléphone, puisque l’usage privé est interdit, et les téléphones sont également sous surveillance.

De cette façon, le Bureau central de sécurité agit non seulement comme le protecteur des fonctionnaires, mais aussi comme un système de surveillance 24 heures sur 24.

La surveillance et le contrôle des politiciens sont la source du pouvoir du dirigeant du PCC. Cheng a déclaré qu’il est probable que Xi ne faisait pas confiance aux prochains candidats en lice pour une promotion dans la hiérarchie du bureau. Cheng a ajouté que les luttes de pouvoir ont très probablement recommencé aux échelons supérieurs du PCC.

Selon le média d’État DW, la nomination d’une personne extérieure au Bureau central de sécurité visait à éviter d’engager quelqu’un qui avait été impliqué depuis longtemps dans des luttes de pouvoir au sommet du PCC. Les médias ont par ailleurs peu parlé de l’entrée en fonction de Zhou.

Cheng a déclaré que la décision de Xi est une arme à double tranchant. Cheng a déclaré que le recrutement externe est une méthode permettant à Xi de s’attaquer à ces luttes de pouvoir de haut niveau. Cependant, cela remet également en question l’intérêt personnel des hauts fonctionnaires du Bureau central de sécurité, puisque les promotions futures ne leur sont plus garanties.

M. Cheng a averti que cela pourrait semer davantage le doute dans le leadership de Xi.

Daniel Holl est un journaliste basé à Sacramento, en Californie, spécialisé dans les sujets liés à la Chine. Il a déménagé en Chine seul et y est resté pendant près de sept ans, apprenant la langue et la culture. Il parle couramment le chinois mandarin.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé