La Belgique avertit d’un « risque sérieux de génocide » pesant sur les Ouïghours en Chine

8 juillet 2021 Mis à jour: 9 juillet 2021
FONT BFONT SText size

Les députés belges ont voté le 8 juillet une résolution avertissant d’ « un risque sérieux de génocide » pesant sur les Ouïghours en Chine, rejoignant le gouvernement américain et une poignée de Parlements occidentaux qui ont déjà qualifié ainsi le traitement réservé par Pékin à cette minorité.

Le texte, qualifié d’« historique » par son initiateur, le député écologiste Samuel Cogolati, a été adopté par 125 voix pour et aucune contre. Les douze élus communistes du Parti du travail de Belgique (PTB/PVDA) se sont abstenus.

Ce vote en séance plénière confirme celui intervenu le 15 juin dans la commission parlementaire chargée des Relations extérieures de la Belgique, qui avait valu dès le lendemain des protestations de la Chine. « Nous appelons la Belgique à rectifier immédiatement son erreur afin d’éviter une dégradation des relations sino-belges », avait déclaré devant la presse un porte-parole de la diplomatie chinoise, Zhao Lijian.

La Belgique, sixième pays à dénoncer « un génocide »

Par ce vote, la Belgique devient le sixième pays dont les parlementaires ont dénoncé dans des termes similaires ce que subissent les minorités musulmanes en Chine – principalement les Ouïghours au Xinjiang (nord-ouest).

Les députés du Canada, des Pays-Bas puis du Royaume-Uni ont déjà voté au premier semestre des motions fustigeant « un génocide » en cours. Il y a eu des initiatives identiques des parlements lituanien et tchèque, d’après les initiateurs du texte belge.

« C’est un vote historique, c’est la toute première fois que le Parlement belge tire les leçons des massacres de Srebenica (pendant la guerre de Bosnie-Herzégovine, en 1995) ou du Rwanda et agit avant qu’il ne soit trop tard, avant qu’une juridiction internationale n’ait définitivement statué », a déclaré Samuel Cogolati. Ce dernier compte parmi les élus européens sanctionnés par la Chine depuis fin mars.

Le 22 mars, l’Union européenne avait imposé des sanctions à quatre dirigeants passés ou actuels de la région du Xinjiang en raison du traitement réservé à la minorité ouïghoure (violences, travail forcé, détentions arbitraires). Pékin avait répliqué en sanctionnant dix personnalités européennes, toutes accusées de « propager des mensonges » en s’appuyant sur des études que la Chine juge biaisées.

Plus d’un million de Ouïghours détenus

Selon des experts étrangers, plus d’un million de Ouïghours sont ou ont été détenus dans des camps de rééducation politique du Xinjiang.

Camp de rééducation où plus d’un million des minorités ethniques majoritairement musulmanes sont détenues, au nord d’Akto, dans la région du Xinjiang (nord-ouest de la Chine). (Photo : GREG BAKER/AFP via Getty Images)

Quelques heures avant le débat au Parlement belge, plusieurs dizaines de personnes ont manifesté à proximité du quartier des bâtiment officiels, à Bruxelles, aux cris de « Chine fasciste ! », « on veut la liberté ! ». Elles répondaient à l’appel d’une association de réfugiés ouïghours en Belgique.

« Never again, right now » (« Plus jamais ça, dès maintenant »), proclamait une banderole de l’Union des étudiants juifs de Belgique, présente pour manifester son soutien.

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du Parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

Recommandé