Klaus Schwab propose de «restructurer» le monde au risque de créer «d’importantes tensions sociales»

18 novembre 2022 Mis à jour: 19 novembre 2022
FONT BFONT SText size

Lors de la réunion du B20 en Indonésie, Klaus Schwab, fondateur du Forum économique mondial (FEM), a proposé de restructurer le monde. Le B20 est le forum officiel qui permet le dialogue entre le G20 et la communauté internationale des affaires.

« Ce que nous devons entreprendre, c’est une profonde réorganisation systémique et structurelle du monde. Et cela prendra un certain temps. Le monde aura un aspect bien différent après ce processus de transition », a déclaré Klaus Schwab lors du sommet du B20 tenu le 14 novembre. Quant aux effets négatifs de cette restructuration, Klaus Schwab a pris l’exemple d’une restructuration en entreprise pour illustrer son propos.

Lors d’une restructuration, certains coûts sont amortis et les actionnaires en pâtissent, a déclaré le chef du FEM. De la même manière, la restructuration de l’économie se traduira par « une réduction du revenu disponible qui pourra entraîner des tensions sociales importantes », a‑t‑il admis.

Klaus Schwab a également évoqué la quatrième révolution industrielle, qui prévoit des changements importants pour la société et les industries du fait de l’interconnexion et de l’automatisation croissante.

Au cours de la quatrième révolution industrielle, des technologies avancées telles que l’intelligence artificielle, la robotique, la génétique, etc. devraient estomper les frontières entre les mondes biologique, physique et numérique.

Enfin, le chef du FEM a abordé le métavers, qui a pour ambition de converger vers un monde virtuel unique et universel, « pour créer des dialogues mondiaux beaucoup plus profonds, étendus et complets ». Il a ensuite plaidé en faveur d’une plus grande coopération entre les gouvernements et les entreprises.

« Les gouvernements et les entreprises doivent coopérer pour devenir un poisson rapide. Parce que dans le monde d’aujourd’hui, ce n’est plus tellement le gros poisson qui mange le petit poisson, c’est le poisson rapide qui mange le poisson lent. »

Les groupes qui seront les premiers à entrer dans la quatrième révolution industrielle gagneront automatiquement la course. Les gagnants « prendront tout ».

L’agenda du FEM

Le FEM est un réseau de grandes entreprises multinationales qui coopère avec le Parti communiste chinois (PCC). C’est également un partenaire stratégique des Nations unies pour l’ « Agenda 2030 », soit le programme de développement durable de l’ONU.

Conçu comme un moyen de « transformer notre monde », l’Agenda 2030 a été qualifié de « plan directeur pour l’humanité » par divers responsables de l’ONU. Ses 17 objectifs couvrent presque tous les aspects de la vie humaine et de l’économie. Par le passé, le FEM s’est fait remarquer en prédisant que d’ici 2030, « vous ne posséderez rien et vous serez heureux ».

Dans une interview accordée à Breitbart le mois dernier, Michael Walsh, auteur de Against the Great Reset : Eighteen Theses Contra the New World Order [Contre le Grand Reset : dix‑huit thèses contre le nouvel ordre mondial], a averti que le Grand Reset du FEM visait à réduire la population humaine et à restreindre les libertés sous couvert de grandes causes comme la santé publique et le changement climatique.

« Le Grand Reset veut nous garder enfermés… Ils veulent moins de gens dans le monde… Mais ils ont besoin de nous là où ils peuvent nous épier », a déclaré Michael Walsh.

« L’idée de mobilité, sur laquelle les États‑Unis sont fondés … eh bien, ils n’aiment pas ça. Cela les contrarie particulièrement », a‑t‑il ajouté. « Ce qu’ils n’aiment pas non plus, c’est la liberté. Ils ont besoin de nous en tant que consommateur. C’est vraiment la matrice. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé