Julien Bayou signale à la justice le financement du Rassemblement national par des sociétés russes

10 novembre 2022 Mis à jour: 10 novembre 2022
FONT BFONT SText size

Mercredi 9 novembre, le député écologiste Julien Bayou a envoyé un signalement au procureur de la République de Paris à propos du financement du Rassemblement national (RN) par des sociétés russes, ce qui pourrait selon lui constituer un « financement illégal de parti politique » et des « prises illégales d’intérêt ».

Dans son signalement par courrier au titre de l’article 40 du code de procédure pénale, Julien Bayou part d’une déclaration le 18 septembre sur LCI de l’ancien ambassadeur de France en Russie Jean-Maurice Ripert, selon lequel « un certain nombre d’hommes et de femmes politiques français, d’un certain bord, venaient et ne repartaient pas les mains vides ».

L’ancien secrétaire national d’Europe Écologie Les Verts (EELV) s’appuie ensuite sur le département d’État américain, qui affirme que la Russie aurait dépensé au moins 300 millions de dollars depuis 2014 pour influencer des élections via des partis politiques et des candidats.

« Déséquilibre entre les partis »

Il liste aussi plusieurs informations de presse faisant état des relations entre le Rassemblement national et des sociétés proches du Kremlin. Il pointe par exemple un article de Mediapart dans lequel l’ancien trésorier Wallerand de Saint-Just indique à propos de problèmes juridiques que « tout a été pris en main par la Banque centrale de Russie ».

Un accord trouvé devant un tribunal d’arbitrage russe en 2020 « permet au RN d’échelonner sa dette jusqu’en 2028 pour pouvoir rembourser ce prêt et lui permet ainsi d’éviter la cessation de paiement », écrit l’écologiste, qui dénonce une concurrence faussée : « Cette situation crée un véritable déséquilibre entre les partis devant rembourser leurs échéances rapidement, conformément à la loi française, et ceux qui doivent se ‘soumettre’ aux arbitrages d’une décision de justice russe bien plus favorable… et inféodée au Kremlin ».

Un « ramassis de ragots »

Julien Bayou soupçonne que les liens entre la Russie et le RN, « nombreux et documentés », comportent en réalité des « contreparties financières à des prises de position favorables à la Russie », par exemple sur le dossier ukrainien.

La justice doit se prononcer sur ces accusations de « financement illégal de parti politique, financement illégal de campagne(s) électorale(s), détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et/ou prises illégales d’intérêts et trafic d’influences », estime le député de Paris.

« Le RN n’a aucune crainte sur le ramassis de ragots que constitue ce signalement », a réagi l’entourage de Marine Le Pen. Il rappelle que le groupe RN à l’Assemblée nationale a obtenu, grâce à son « droit de tirage », une commission d’enquête sur les ingérences étrangères dans la vie politique française.

Pour Wallerand de Saint-Just, « le rééchelonnement de notre prêt est un accord avec nos créanciers, par nos commissaires aux comptes ; la justice russe n’a rien à voir avec ça, c’est un tissu de mensonges ».

Selon le député EELV, ce financement du RN par des sociétés russes pourrait constituer un « financement illégal de parti politique » et des « prises illégales d’intérêt ».

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé