Une juge sportive américaine démissionne à cause d’un nageur transgenre qui concourt dans la catégorie féminine

28 décembre 2021 Mis à jour: 28 décembre 2021
FONT BFONT SText size

Cynthia Millen, une juge sportive américaine a démissionné en signe de protestation contre la participation de la nageuse transgenre Lia Thomas à des compétitions féminines. Dans sa lettre de démission, elle déclare ne pas pouvoir soutenir un sport qui permet à « des hommes biologiques de concourir contre des femmes ».

La lettre de démission adressée à la Fédération américaine de natation indique que Cynthia Millen, qui est impliquée dans ce sport depuis une trentaine d’années, a démissionné le 17 décembre.

« J’ai dit à mes collègues arbitres que je ne pouvais plus participer à un sport qui permet aux hommes biologiques de concourir contre des femmes », a écrit Mme Millen dans la lettre de démission, tel que le rapporte Swimming World, le grand magazine de natation américain.

« Tout ce qui est juste dans la natation est en train d’être détruit », poursuit la lettre. « Si Lia venait dans mon équipe, en tant qu’arbitre, je prendrais l’entraîneur à part et lui dirais : ‘Lia peut nager, mais Lia peut nager en démonstration ou en contre-la-montre. Lia ne peut pas concourir contre ces femmes parce que ce n’est pas juste.' »

Dans l’immédiat, la Fédération américaine de natation n’a pas répondu à une demande de commentaires d’Epoch Times.

Lia Thomas, 22 ans, membre de l’équipe de natation féminine de l’Université de Pennsylvanie, a récemment battu trois records féminins en nage libre. Dans quelques mois, elle pourra concourir pour remporter la National Collegiate Athletic Association (NCAA).

« Lia Thomas a connu une autre journée forte dans la piscine pour les Rouge et Bleu », a écrit Penn athletics sur son site Web le 3 décembre. « Pendant les préliminaires, elle a établi un nouveau record de la piscine et de la rencontre dans le 500 libre. En finale, elle a nagé plus de 12 secondes plus vite, terminant à la première place avec un temps de 4 min 34 s 06. Ce temps est actuellement le meilleur du pays dans cette épreuve. »

Anciennement membre du programme de natation masculine, Lia Thomas a subi une suppression hormonale et est en conformité avec les règles de la NCAA qui permettent à l’athlète de concourir dans l’équipe féminine, selon Swimming World.

Lia Thomas a passé des tests hormonaux et des notes médicales du médecin à la NCAA et « ils ont tout approuvé », a déclaré l’athlète dans une interview du 9 décembre sur le podcast SwimSwam. Lia Thomas continue à prendre des œstrogènes et un bloqueur de testostérone et a « connu une grosse perte musculaire et perte de force ».

Interrogée sur ses réactions au sujet de la résistance qu’elle a rencontrée en concourant contre des femmes, la nageuse a répondu qu’elle s’y attendait, mais a ajouté que l’ampleur de l’affaire avait été une surprise.

« Je ne m’en occupe pas », a déclaré Lia Thomas à propos des critiques, ajoutant que « ce n’est pas sain pour moi de les lire et de m’en occuper, alors je ne le fais pas ».

Parmi les réactions, citons un éditorial sans ménagement rédigé le 19 décembre par John Lohn, rédacteur en chef de Swimming World. M. Lohn a écrit que Lia Thomas avait pu intégrer l’équipe féminine après avoir pris des suppresseurs de testostérone pendant à peine un an, ce qui est le minimum requis par la NCAA pour permettre aux athlètes transgenres biologiquement masculins de concourir en tant que femmes.

Cette règle « est loin d’être assez stricte pour créer un terrain de jeu égal entre Lia Thomas et les femmes biologiques contre lesquelles elle concourt », a écrit M. Lohn.

« L’avantage de Lia Thomas lié à la puberté masculine n’a pas été suffisamment réduit », a-t-il poursuivi. « Le fait est que, pendant près de 20 ans, elle a construit des muscles et bénéficié de la testostérone naturellement produite par son corps. Cette force ne disparaît pas du jour au lendemain, ni avec une année de suppresseurs. »

« Par conséquent, Thomas plonge dans l’eau avec un avantage inhérent par rapport à celles qui se trouvent sur les autres blocs », a conclu M. Lohn.

La rédaction de Swimming World a déclaré le 24 décembre que les performances de Lia ne Thomas démontrent « un avantage compétitif dû à la puberté masculine et à des années de production de testostérone. »


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé