Joe Biden soutient le mouvement transgenre, alors que Donald Trump avait des réserves

12 mars 2021 Mis à jour: 12 mars 2021
FONT BFONT SText size

Le président américain Joe Biden diffère nettement de son prédécesseur quant à la manière dont le gouvernement fédéral devrait traiter les Américains qui s’identifient comme transgenres.

Joe Biden est un progressiste en faveur d’égalité. Il embrasse sans réserve l’idéologie transgenre, exigeant que la société accepte et normalise les personnes transgenres, alors que l’ancien président Donald Trump était plus modéré, respectant le droit des personnes transgenres à exister sans réorganiser la société pour les accueillir ni soutenir les objectifs de transformation sociale radicale du mouvement transgenre de gauche.

Trump a interdit le service militaire à certaines personnes transgenres ; Biden les accueille. Trump s’est opposé à ce que les transgenres puissent utiliser les toilettes de l’école correspondant à leur identité sexuelle ; Biden ne le fait pas. Trump s’oppose à l’élargissement des protections des droits civils des transgenres en matière d’emploi ; Biden est favorable à l’élargissement de ces protections, non seulement en matière d’emploi, mais aussi dans d’autres domaines. Biden soutient les opérations de changement de sexe pour les enfants de 8 ans ; Trump n’est pas de cet avis. Biden a nommé la première personne transgenre à un poste nécessitant une confirmation du Sénat américain. Trump a cherché à protéger la liberté religieuse contre d’éventuelles revendications au nom des droits sexuels nouvellement reconnus.

Changements juridiques

La quête de Biden d’un égalitarisme radical est favorisée par un environnement juridique en mutation.

Il a signé le décret 13988, « Prévenir et combattre la discrimination fondée sur l’identité ou l’orientation sexuelle », qui s’appuie sur la décision 6-3 de la Cour suprême de l’année dernière dans l’affaire Bostock contre le comté de Clayton. Cette décision a intégré les personnes transgenres dans la loi sur les droits civils de 1964, en affirmant qu’elles sont protégées contre la discrimination en matière d’emploi, même si la loi ne mentionne pas spécifiquement le sexe. Biden a ordonné à plusieurs organismes de revoir les politiques sur l’identité de genre et de faire un rapport avec des recommandations pour une action potentielle.

Cette décision de justice a été une défaite pour l’administration de Donald Trump. Au cours des plaidoiries, le solliciteur général de l’époque, Noel Francisco, a déclaré à propos de l’affaire consolidée, qui portait également sur l’orientation sexuelle : « Le sexe signifie que vous êtes un homme ou une femme, et non pas que vous êtes homosexuel ou hétérosexuel. »

Cette incursion judiciaire historique dans le domaine culturellement controversé du sexe par rapport aux rôles sexuels a permis d’élargir la signification de l’expression « sur la base du sexe » qui figure dans la loi sur les droits civils.

L’auteur de la décision, le juge Neil Gorsuch, a écrit que la décision portait uniquement sur l’emploi et ne s’appliquait pas aux « salles de bain, vestiaires et codes vestimentaires séparés selon le sexe », qui sont tous régis par une autre loi qui n’était pas en cause dans l’affaire, le titre IX de la loi de 1972 sur les modifications de l’éducation.

Mais l’ordre généralisé de Biden déclare : « Les enfants doivent pouvoir apprendre sans se soucier de savoir si on leur refusera l’accès aux toilettes, aux vestiaires ou aux sports scolaires. […] Toutes les personnes devraient recevoir un traitement égal en vertu de la loi, quelle que soit leur identité de genre ou leur orientation sexuelle. »

L’Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) a célébré ce décret, écrivant qu’il était « un baume après quatre années d’attaques incessantes de l’administration de Donald Trump contre les personnes LGBTQ dans tous les aspects de la vie ».

« Cette administration est prête à défendre et à faire appliquer vigoureusement les protections juridiques dont les personnes LGBTQ bénéficient en vertu de la loi fédérale », a écrit l’ACLU.

Lors de la convention d’investiture des républicains de 2016, Donald Trump s’est présenté comme un défenseur des droits des LGBTQ, déclarant : « En tant que votre président, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour protéger nos citoyens LGBTQ contre la violence et l’oppression d’une idéologie étrangère haineuse. » L’idéologie à laquelle il faisait référence était l’islamisme, qui ne tolère pas le mouvement LGBTQ.

L’ordonnance Biden applique le raisonnement du tribunal dans l’affaire Bostock sur l’identité sexuelle aux lois qui interdisent déjà la discrimination sexuelle : la loi de 1972 sur les modifications de l’éducation, la loi sur le logement équitable et la loi sur l’immigration et la nationalité. Cela signifie, entre autres, que toute école, y compris les lycées publics, qui accepte un financement fédéral doit permettre aux garçons biologiques qui s’identifient comme des filles d’intégrer les équipes sportives féminines, sous peine d’être pénalisée.

Sports

Si une telle politique était largement appliquée, les sports féminins et de filles seraient en danger, a déclaré Linda Blade, entraîneur d’athlétisme olympique, au Wall Street Journal.

« Terminé. Terminé », a déclaré Linda Blade. « Le développement des compétences de leadership, tous les avantages que la société retire en laissant les filles avoir leur catégorie protégée afin que la compétition soit équitable, tous les progrès des droits des femmes – tout cela va être diminué. »

Les politiques pro-transgenres nuisent aux femmes, a déclaré James Shupe, qui, après avoir été une icône de l’activisme transgenre, a dénoncé le mouvement et l’idée que l’on puisse changer de sexe comme étant une supercherie. Shupe a été le premier individu en Oregon à recevoir une reconnaissance légale pour sa désignation de sexe « non binaire », pour ensuite demander après sa révélation de faire annuler ce statut et rétablir son sexe « masculin » sur son certificat de naissance.

« Les femmes sont les plus touchées par la souffrance, et le président Biden et les démocrates s’en moquent, tout cela pour le bien de la politique », a-t-il déclaré à Epoch Times dans un entretien par e-mail.

« Pire encore, beaucoup de femmes perpétuent le mal contre d’autres femmes et filles tout en croyant qu’elles font ce qu’il faut en soutenant ces politiques en faveur des transgenres parce qu’elles pensent que c’est la bonne chose à faire, parce qu’on leur a fait croire cela. »

« Et c’est triste », a ajouté M. Shupe. « Si seulement tout le monde passait plus de temps à apprendre la sordide histoire de l’identité de genre. S’ils le faisaient, ils ne seraient pas aussi prompts à célébrer le fait d’avoir des hommes comme moi dans leurs toilettes pour femmes. »

Le secteur militaire

Biden a changé la politique militaire à l’égard des transsexuels, en accomplissant le changement d’un simple trait de plume.

Dans le décret 14004, Biden a révoqué la règle de Donald Trump qui empêchait certaines personnes transgenres de servir dans les forces armées.

Déclarant qu’« une armée inclusive renforce notre sécurité nationale », Biden a déclaré qu’il était « convaincu, en tant que commandant en chef des forces armées, que l’identité de genre ne devrait pas être un obstacle au service militaire ».

Biden a tiré sur Trump, en écrivant que « l’administration précédente a choisi de modifier » une politique de l’époque d’Obama « pour interdire aux personnes transgenres, dans presque toutes les circonstances, de rejoindre les forces armées et de pouvoir prendre des mesures pour changer de sexe pendant leur service ».

Au lieu de « s’appuyer sur l’étude exhaustive d’un centre de recherche non partisan financé par le gouvernement fédéral, le gouvernement précédent s’est appuyé sur une étude qui a abouti à une politique qui a mis en place des obstacles inutiles au service militaire ».

Selon M. Shupe, « le président Donald Trump avait vraiment une politique plus juste et plus équilibrée concernant l’interdiction de la dysphorie de genre », qui était « souvent et injustement appelée ‘interdiction des transgenres’ par les médias et pour obtenir le soutien du public, mais en réalité il s’agissait de l’interdiction de la dysphorie de genre : une maladie mentale grave, quelque chose que je ne connais que trop bien, car j’en ai souffert pendant mon service et j’en souffre encore. »

La politique de Donald Trump permettait aux personnes dysphoriques de servir « si elles restent mentalement aptes, peuvent s’abstenir de prendre des hormones et de subir des opérations et peuvent servir dans leur sexe de naissance » sans pour autant accepter « une fausse réalité » comme le fait de changer de sexe sur sa carte d’identité, a déclaré M. Shupe.

« Comment vous vous habillez ou avec qui vous avez couché en dehors du service, c’est votre affaire. »

Les enfants

Biden a approuvé les opérations de changement de sexe pour les enfants de 8 ans lors d’une réunion de la mairie en octobre 2020. Trump n’a jamais soutenu une position aussi radicale.

Peter Sprigg du Family Research Council Action a déclaré à l’époque que Biden avait « tort d’encourager les transitions de genre pour les enfants de 8 ans. La mise en œuvre de procédures physiologiques invasives de transition de genre […] sur les mineurs soulève de graves préoccupations ».

Biden a nommé le Dr Rachel Levine, jusqu’à récemment secrétaire à la Santé de Pennsylvanie, au poste de secrétaire adjoint à la santé, la première personne transgenre à être nommée à un poste confirmé par le Sénat.

Rachel Levine est favorable à l’administration de médicaments bloquant la puberté aux enfants de moins de 18 ans s’ils s’identifient comme étant du sexe opposé et serait ouverte à un changement de sexe chirurgical de ces enfants sans le consentement des parents.

Loi sur l’égalité

Les critiques craignent que la proposition de « loi sur l’égalité » soutenue par Biden, qu’ils qualifient d’attaque radicale contre les libertés religieuses protégées par la Constitution, et qui a été adoptée par la Chambre des représentants américaine contrôlée par les démocrates le 25 février, ne soit utilisée pour imposer l’idéologie transgenre à la société.

Ses commentaires n’ont pas rassuré les critiques.

« La pleine égalité a été refusée aux Américains LGBTQ+ et à leurs familles depuis bien trop longtemps », a dit M. Biden le 19 février lors de l’introduction de la loi sur l’égalité.

Malgré les progrès extraordinaires réalisés par cette communauté, « la discrimination est toujours endémique dans de nombreux domaines de notre société », a déclaré M. Biden. « La loi sur l’égalité prévoit des protections fédérales des droits civils sur la base de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre, qui auraient dû être mises en place depuis longtemps, en verrouillant des garanties essentielles dans nos systèmes de logement, d’éducation, de services publics et de prêts – et en codifiant le courage et la résilience du mouvement LGBTQ+ dans une loi durable. »

L’ancien président Donald Trump a descendu la proposition de loi sur l’égalité lors d’un discours prononcé le 28 février lors de la Conférence d’action politique des conservateurs (CPAC), affirmant que l’exigence selon laquelle les hommes qui s’identifient comme femmes doivent être autorisés à participer à des sports féminins détruirait la compétition sportive féminine.

« Les jeunes filles et les femmes sont furieuses d’être maintenant forcées de concourir contre ceux qui sont des hommes biologiques », a déclaré Donald Trump. « Ce n’est pas bon pour les femmes, ce n’est pas bon pour le sport féminin, qui a travaillé si longtemps et si dur pour arriver là où il en est. »

« Des records qui ont perduré pendant des années, voire des décennies, sont maintenant battus avec facilité », a-t-il déclaré. « Si cela ne change pas, le sport féminin tel que nous le connaissons, il mourra. » En haltérophilie, pendant des années, « chaque gramme est comme une grosse affaire pendant de nombreuses années », a expliqué Donald Trump. « Tout d’un coup, quelqu’un arrive et le bat de 100 livres[45 kg] »

La liberté religieuse

L’administration Trump a pris position contre les principes énoncés dans la décision Bostock quelques jours avant qu’elle ne soit rendue.

Dans un effort pour protéger les libertés religieuses, en juin 2020, le ministère de la Santé et des Services sociaux (HHS) de Donald Trump a finalisé une règle qui faisait suite à des décisions de la Cour fédérale jugeant que l’administration Obama avait été trop loin en publiant une règle interdisant la discrimination dans les soins de santé et l’assurance santé sur la base du « sens interne du genre » des patients.

La règle portait sur la section 1557 de l’Affordable Care Act, qui rendait illégale toute discrimination fondée sur « la race, la couleur, l’origine nationale, le sexe, l’âge ou le handicap dans certains programmes et activités de santé ».

On s’attend généralement à ce que Biden inverse la règle.

Plusieurs procureurs généraux des États démocrates ont poursuivi le HHS de Donald Trump pour bloquer la règle dans une action en justice déposée le 20 juillet 2020, affirmant qu’elle « prive arbitrairement et illégalement les personnes transgenres, les femmes et les autres personnes cherchant à obtenir des soins de santé génésique ou souffrant de problèmes liés à la grossesse, les personnes ayant une maîtrise limitée de l’anglais (LEP), les personnes handicapées et les autres personnes victimes de discrimination des droits aux soins de santé garantis par la section 1557 ».

Le HHS a demandé au juge fédéral Alvin Hellerstein de New York de suspendre la procédure afin de donner au ministère le temps d’examiner l’affaire à la lumière des actions de l’exécutif de Biden. Les plaignants ont accepté, et la procédure sera suspendue jusqu’au 14 mai.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé