Guerre en Ukraine: Joe Biden prévient que « l’Amérique et ses alliés sont prêts à défendre chaque centimètre du territoire de l’OTAN »

1 octobre 2022 Mis à jour: 1 octobre 2022
FONT BFONT SText size

Les Etats-Unis ont promis vendredi de défendre « chaque centimètre » du territoire de l’Otan après la déclaration d’annexion par la Russie de quatre régions en Ukraine, et imposé en représailles une nouvelle salve de sanctions contre Moscou tout en s’engageant à fournir à Kiev de nouvelles armes.

« L’Amérique et ses alliés ne se laisseront pas intimider » et le président russe Vladimir Poutine « ne nous effrayera pas », a affirmé Joe Biden lors d’un discours à la Maison Blanche.

Le président américain s’est ensuite adressé directement à son homologue russe, pointant son doigt vers la caméra en le mettant en garde contre toute attaque des pays de l’Otan.

« L’Amérique et ses alliés sont tout à fait prêts à défendre chaque centimètre du territoire de l’Otan », a-t-il assuré.

« M. Poutine, comprenez bien ce que je dis : chaque centimètre ».

Le président démocrate s’exprimait peu après l’officialisation de l’annexion de quatre territoires ukrainiens par Vladimir Poutine, qui a promis la victoire à son pays lors d’un concert festif sur la place Rouge, à Moscou, cérémonie qualifiée de « numéro bidon » par M. Biden.

Évoquant une nouvelle aide de 12 milliards de dollars à l’Ukraine votée vendredi au Congrès américain, le président Biden a promis de « continuer à fournir des équipements militaires » au pays « pour qu’il puisse se défendre ».

Son conseiller pour la sécurité nationale, Jake Sullivan, a d’ailleurs indiqué que Washington ferait « une annonce la semaine prochaine d’une assistance sécuritaire immédiate » en faveur de l’Ukraine, tout en rappelant que les Etats-Unis ont déjà promis une aide militaire massive dans la durée, dont 18 systèmes d’artillerie Himars qui doivent d’abord être fabriqués.

Les États-Unis mettent en garde la Russie et ses alliés

Interrogé sur la menace nucléaire, M. Sullivan a admis qu’il y avait « un risque, étant donné la légèreté et l’attitude guerrière avec laquelle Poutine en parle, qu’il envisage cela ».

« De la même manière, nous avons été très clairs sur ce que seraient les conséquences », a-t-il prévenu.

Mais, a-t-il encore dit, « nous ne voyons présentement pas d’indications d’un usage imminent d’armes nucléaires ».

Dans la matinée, les Etats-Unis ont par ailleurs fermement condamné « la tentative frauduleuse par la Russie d’annexer des parties de territoires en Ukraine », parlant d’une « violation du droit international qui piétine la Charte des Nations unies ».

Et à Washington, le ton était résolu pour affirmer que les Etats-Unis « continuer(aient) à appuyer les efforts de l’Ukraine pour regagner le contrôle de son territoire ».

Dans une sévère mise en garde, les Etats-Unis ont également averti qu’ils sanctionneraient en accord avec les pays du G7 « tout pays, individu ou entité » qui fournirait un soutien aux tentatives de la Russie de s’emparer « illégalement » de territoires en Ukraine.

De nouvelles sanctions contre des responsables russes

Les nouvelles sanctions annoncées vendredi, qui s’ajoutent à une série déjà importante de sanctions frappant tous les secteurs en Russie, visent principalement des responsables russes et l’industrie de la défense, selon des communiqués de la Maison Blanche, du département d’État et du Trésor américain.

Elles visent notamment des parlementaires de la Douma (chambre basse du Parlement russe) et du Conseil de la Fédération (la chambre haute), des responsables gouvernementaux et des fournisseurs à l’armée russe.

Depuis le début de l’invasion russe de l’Ukraine le 24 février dernier, les Etats-Unis ont pris la tête d’une vaste coalition contre la Russie, fournissant à l’Ukraine une aide militaire massive – plus de 16 milliards de dollars – et sanctionnant à tour de bras le président Poutine, son entourage, ainsi que toute l’industrie et l’économie russes.

Pour autant, malgré des revers sur le champ de bataille, des adaptations de stratégie et une économie chancelante, le président Poutine n’a pas reculé face à cette pression des Occidentaux, allant jusqu’à faire planer la menace de recourir à l’arme nucléaire, le « comble de l’irresponsabilité » selon le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé