JO 2022 de Pékin : des manifestants pro-Tibet déploient une banderole à l’allumage de la flamme

19 octobre 2021 Mis à jour: 20 octobre 2021
FONT BFONT SText size

La flamme olympique pour les Jeux d’hiver de Pékin (4-20 février 2022) a été allumée lundi 18 octobre 2021, sur le site antique grec d’Olympie, une cérémonie perturbée par des manifestants qui ont déployé un drapeau tibétain avant d’être arrêtés.

« No Genocide Games », proclamait aussi une banderole dépliée par ces manifestants, arrêtés par un employé de sécurité, selon un photographe de l’AFP.

La flamme a été allumée peu après 12h00 locales (09h00 GMT) sur les ruines du temple antique d’Hera à Olympie, berceau des Jeux de l’Antiquité, en l’absence de public à cause de la pandémie de Covid-19, maladie causée par le virus du PCC (Parti communiste chinois).

La cérémonie d’allumage de la flamme pour les JO-2008 de Pékin avait déjà été perturbée à Olympie par des militants de Reporters sans frontières (RSF).

Cette fois encore, les appels au boycott des Jeux de Pékin et les protestations autour de la question des droits humains en Chine, notamment concernant la minorité ouïghoure mais aussi à Hong-Kong, se sont multipliés ces dernières semaines.

Un porte-parole de l’organisation Free Tibet basée à Londres a envoyé dans un communiqué de presse les noms des manifestants arrêtés lundi sur le site d’Olympie, Chemi Lhamo, Jason Leith et Fern MacDougal.

« Comment la Chine peut-elle accueillir les Jeux olympiques de 2022 alors qu’elle mène une campagne de répression sans précédent au Tibet (…), détruisant la démocratie de Hong Kong et commettant un génocide contre les Ouïghours », a indiqué Chemi Lhamo, citée dans ce communiqué.

Pour Jason Leith « le Comité international olympique a à plusieurs reprises fait passer la cupidité avant les idéaux olympiques, il appartient donc aux gouvernements du monde entier d’agir et de retirer leurs équipes de Pékin-2022 ».

Dimanche, trois activistes tibétains avaient déjà été arrêtés à l’Acropole d’Athènes après avoir brandi le drapeau tibétain et celui de la « révolution de Hong Kong » en scandant « Boycottez Pékin-2022 » et « Libérez le Tibet ».

Une conférence de presse est organisée ce mardi 19 octobre à Athènes par des représentants tibétains, ouïghours et des experts des droits humains pour « dénoncer le profond échec du Comité international olympique alors que la flamme olympique, symbole de paix et d’espoir, est remise à Pékin-2022 ».

 


Rejoignez Epoch Times sur Telegram
👉 t.me/Epochtimesfrance‌‌

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé