Un jeune de 21 ans est emprisonné pendant 10 jours après avoir manqué à son devoir de juré pour avoir dormi trop longtemps

8 octobre 2019 Mis à jour: 9 octobre 2019
FONT BFONT SText size

Un jeune de 21 ans sans casier judiciaire a été emprisonné pendant 10 jours pour avoir manqué son devoir de juré et n’avoir pas informé les fonctionnaires de la cour après son réveil tardif.

Deandre Somerville a décidé que l’honnêteté était la meilleure solution lorsqu’il a été convoqué devant un juge à Palm Beach, en Floride, après avoir omis de se présenter à un procès civil, ce qui a retardé ce dernier de 45 minutes.

J’ai dit : « Monsieur, franchement, j’ai trop dormi et je n’avais pas compris la gravité de la situation », a déclaré M. Somerville à WPTV. « Il m’a demandé si j’avais un casier judiciaire. » J’ai dit : « Monsieur, je n’ai jamais été arrêté », a ajouté M. Somerville.

Mais le juge l’a déclaré coupable d’outrage au tribunal le 20 septembre et l’a condamné à 150 heures de travaux communautaires, des excuses écrites, un an de sursis, 250 euros en honoraires et 10 jours de prison.

« J’en suis venu à la conclusion qu’il méritait d’être puni, que les bonnes personnes font aussi de grosses bêtises », a déclaré le juge John Kastrenakes à ce moment-là.

M. Somerville n’avait pas de casier judiciaire. Lors d’une audience d’appel ultérieure, tenue après que M. Somerville a passé 10 jours en prison, le juge a réduit sa peine et a déclaré qu’il ne prononcerait pas la condamnation.

Alors qu’il était juré, M. Somerville avait reçu une convocation pour une affaire civile à 9 h le lendemain matin.

Mais, selon AP, il a raté son réveil, se réveillant vers 11 h 30. Pensant que les choses allaient s’arranger, il n’a pas pris la peine d’aller au palais de justice ou d’appeler les fonctionnaires, et s’est mis au travail.

Entre-temps, les fonctionnaires du tribunal n’avaient pas réussi à le joindre.

Deandre Somerville sur cette photo prise du bureau du shérif de Palm Beach alors qu’il était en prison pour 10 jours le 20 septembre 2019. (PBSO)

« Au travail, je regardais mon téléphone en me demandant : ‘Quel est le pire scénario qui puisse arriver ?’ J’ai pensé que j’aurais peut-être une amende ou quelque chose comme ça », a dit M. Somerville.

M. Somerville, qui prévoit d’aller à l’école pour devenir pompier, travaille actuellement aux programmes parascolaires du service des parcs et loisirs de la ville de West Palm Beach.

Il vit avec ses grands-parents et s’occupe de son grand-père, qui a de la difficulté à marcher après une opération récente, alors que sa grand-mère est au travail.

Lorsqu’il a été condamné à 10 jours de prison, M. Somerville a dit qu’il ne pensait qu’à son grand-père.

« Il dépend de moi, alors c’est difficile pour lui », a dit M. Somerville à WPTV, essuyant des larmes de ses yeux.

C’est son grand-père qui lui avait dit de ne rien cacher. « Mon grand-père m’a dit : ‘Vas-y et sois honnête’ », a dit M. Somerville. « Je n’ai jamais eu d’antécédents criminels, jamais été arrêté, jamais menotté. »

Les avocats de M. Somerville ont fait appel de la sentence le 4 octobre, après avoir déjà passé ses 10 jours en prison.
Après avoir entendu le témoignage sur la moralité de M. Somerville, le juge a réduit sa peine à seulement trois mois, a rapporté WPTV, et ses 150 heures de service communautaire ont été réduites à 30 heures.

Ces 30 heures consistent à se rendre au palais de justice une fois par semaine pendant les 10 prochaines semaines pour faire une présentation de 10 minutes sur l’importance de faire partie d’un jury.

Le juge a refusé de donner suite à la condamnation et a dit qu’il envisageait de présenter une requête en vue d’abandonner l’accusation d’outrage au tribunal.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé