Jean-Luc Mélenchon s’en prend violemment à un policier dans Face à Baba et s’attire les foudres sur les réseaux sociaux

29 janvier 2022 Mis à jour: 29 janvier 2022
FONT BFONT SText size

Ce jeudi 27 janvier 2022, dans l’émission Face à Baba animée par Cyril Hanouna, le candidat d’extrême gauche Jean-Luc Mélanchon s’est montré particulièrement virulent envers Yannick Landurain, un policier de la BAC 93 avec lequel il débattait.

Le leader de la France Insoumise était invité sur le plateau de C8, dans l’émission Face à Baba ce jeudi 27 janvier. Il s’en est pris de manière générale à la police, mais également au policier de la Bac Nord et délégué syndical Unité SGP Police, Yannick Landurain, qui lui faisait face.

« Cette police qui fait ce qu’elle veut quand elle veut »

« L’action de police est un échec total », a pointé Jean-Luc Mélenchon, soulignant qu’il ne connait personne dans son entourage disant que, par principe, il n’aime pas la police. « Ils n’aiment pas cette police-là, cette police violente, […] cette police qui fait ce qu’elle veut quand elle veut », a-t-il martelé.

« La police est aux ordres de la nation, […] c’est pas elle qui en donne », s’est-il encore énervé. « Or ce que nous vous demandons d’abord de régler, c’est le trafic des êtres humains, qui s’est développé et multiplié par quatre dans ce pays c’est le trafic de drogue, qui s’est multiplié dans ce pays, c’est la circulation de six millions d’armes, voilà de quoi vous êtes d’abord responsable. Et c’est ce que vous ferez si je suis élu, car vous obéirez », a-t-il tempêté.

Il a encore expliqué que ceux qui « se sont couverts d’opprobre et ont ridiculisé la police, par des comportements personnels, racistes ou autre », il prévoit de les « expulser de la police nationale », s’il est élu président de la République.

« Vous obéirez comme les autres »

« Je crois à la police républicaine », a-t-il indiqué, accusant ensuite Yannick Landurain d’avoir blessé un jeune de 16 ans avec un ciseau lors d’une intervention de police, et le sommant de s’expliquer sur cette affaire. Le policier de la Bac Nord s’est donc exécuté, démontant ainsi les accusations erronées de Jean-Luc Mélanchon. Yannick Landurain a poursuivi en indiquant au candidat d’extrême-gauche qu’il n’y connaissait rien à la police nationale.

« Les policiers sont républicains, vous vous n’êtes pas républicain », a ajouté le policier, stipulant qu’insulter les policiers n’était pas un comportement républicain. « Vous obéirez comme les autres », a renchérit le candidat de la France Insoumise. « Vous ferez rien du tout parce que vous ne serez pas élu […] et bien heureusement pour nous », a rétorqué le policier de la Bac, alors que le débat était plus que houleux entre les deux hommes.

Cyril Hanouna a ensuite demandé à Jean-Luc Mélanchon par quoi il remplacerait la police, sous-entendu s’il était élu président. Par « une police de proximité » qui « discutera » avec les habitants, a-t-il répondu, soulignant que « ce sera à la bonne franquette en parlant. Pas avec des gens qui circulent dans des bagnoles et tapent avec une matraque sur la porte, pas ceux qui contrôlent vingt fois par jour quelqu’un parce qu’il a la peau noire ».

« Beaucoup plus de monde qui déteste Mélenchon que la police »

Les propos de Jean-Luc Mélanchon ont été vivement critiqués sur les réseaux sociaux, à commencer par le Syndicat des commissaires de la Police nationale (SCPN). « Monsieur Mélenchon confirme plusieurs choses : il ne maîtrise pas ses nerfs, il diffame, il calomnie et il menace. Mais le plus grave chez lui : il nie les problèmes de la France. Cet homme est dangereux pour la République », a-t-il tweeté. « Si seulement Jean-Luc Mélenchon mettait sa haine des policiers au service du combat contre les djihadistes », a déploré à son tour Éric Zemmour. Le ministre de l’Intérieur a dénoncé ses « attaques haineuses et systématiques », envers « les femmes et les hommes du peuple que sont les policiers », qualifiant celles-ci d’« attaques ad hominem contre la légitime autorité de la République ».

La déléguée nationale Unité SGP FO Linda Kebbab, a quant à elle rappelé : « Avec une cote de confiance de 73 % des Français à l’égard des policiers contre 8 % d’intention vote pour Mélenchon, il serait temps qu’il se rende compte qu’il y a beaucoup plus de monde qui déteste Mélenchon que la police. »


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé