J’ai été persécuté par le régime chinois après avoir rencontré le fils de la personnalité prodémocratie Zhao Ziyang

Un militant prodémocratie chinois subit 10 ans de persécution
29 janvier 2021 Mis à jour: 29 janvier 2021
FONT BFONT SText size

Le 17 janvier marque le 16e anniversaire de la mort de l’ancien dirigeant du Parti communiste chinois (PCC), Zhao Ziyang.

Lorsque le mouvement de protestation démocratique a eu lieu en 1989, il s’est rangé du côté du peuple. En conséquence, Zhao a été exclu du Parti, mais il est devenu un symbole de la démocratie.

Zhao, qui était le secrétaire général du PCC (1987-1989) au moment du massacre de la place Tiananmen, a été placé en résidence surveillée à Pékin jusqu’à sa mort le 17 janvier 2005. Depuis, le régime chinois a interdit à tous les médias de parler de Zhao.

Mes ennuis avec les autorités chinoises ont commencé après ma brève rencontre en 2009 avec Zhao Erjun, le deuxième enfant de Zhao Ziyang. J’ai rendu visite à mon ami Shi Lei dans la ville de Guangzhou lors du festival du printemps. Récemment, j’ai trouvé une vieille photo de nous trois.

Bien que je ne connaisse pas personnellement Zhao Ziyang, je n’ai jamais pensé que cette rencontre m’amènerait à subir dix ans de surveillance par les autorités chinoises. Le lendemain de mon retour de Guangzhou à Shanghai, j’ai été approché par Chen Youwu, qui était à l’époque un responsable du département de la sécurité politique du bureau de police de Shanghai. Depuis lors, j’ai été mis sur la liste noire du ministère de la Sécurité publique du PCC pendant dix ans.

Mon ami Shi est mort en 2010. Il était un commandant de l’armée de l’air à la retraite et avait dirigé un petit aéroport. Je soupçonne qu’il m’a peut-être caché des secrets, car la cause de sa mort reste inconnue et est entourée de mystère. Cependant, je pense qu’il a été assassiné.

Il m’est arrivé beaucoup de choses depuis, et les événements semblent surréalistes. Mais une chose est sûre : le PCC surveille de très près la famille Zhao et ceux qui s’y associent, directement ou indirectement, sont également impliqués.

J’ai été persécuté et harcelé par les autorités chinoises lorsque je suis retourné à Guangzhou. Je suis resté chez un ami. Ils ont même tué le chien de garde de mon ami et ont envoyé un groupe de personnes âgées chanter des chants patriotiques « rouges » devant sa maison tous les jours afin de me chasser.

En ce qui concerne la surveillance, la ville de Shanghai est la plus féroce et Guangzhou la plus indécente. Shanghai a envoyé des gens pour me surveiller en permanence et m’a personnellement harcelé de temps en temps ; tandis que Guangzhou a utilisé toutes sortes de méthodes méprisables que je trouve difficiles à décrire.

Pendant les cinq années qui ont précédé 2009, j’ai travaillé dur pour avoir une bonne vie et je m’en sortais bien. Je pensais pouvoir m’installer en Chine pour le reste de ma vie. Cependant, j’ai été emprisonné pendant sept ans pour dissidence politique. Par la suite, j’ai été surveillé par les autorités chinoises et même ma maison a été saccagée.

Puis, en 2018, j’ai été forcé de quitter le pays sans le sou. Tout cela parce que je vivais dans un pays dirigé par le régime le plus maléfique du monde.

J’ai fui à New York. Pendant mon séjour là-bas, je voulais servir d’assistant de campagne pour un membre du Congrès local, mais quelqu’un a essayé de me convaincre de renoncer à ma position anticommuniste parce que j’aurais offensé les groupes procommunistes locaux dans l’État. Mais cette personne n’a pas réussi à me convaincre de le faire. Je lui ai dit que le PCC m’avait enlevé les meilleures années de ma vie en Chine. Je peux abandonner ma haine envers le PCC, mais je ne transigerai jamais avec un régime aussi malveillant.

Récemment, j’ai été contrarié par un post sur Twitter qui affirmait que les Chinois étaient satisfaits du PCC. Ce commentaire était une réponse au tweet de l’ancien secrétaire d’État américain Mike Pompeo, dans lequel il qualifiait le PCC de « véritable menace » pour les États-Unis. J’ai répondu à l’utilisateur de Twitter et lui ai dit que s’il voulait vraiment connaître la vérité sur le PCC, alors il devrait demander aux dizaines de millions de Chinois qui ont été persécutés à mort pour leurs croyances et soumis au prélèvement forcé d’organes, comme les gens de la pratique spirituelle du Falun Gong et les dissidents qui sont exilés. De nombreuses familles ont été détruites à la suite de la persécution par le PCC.

Je me suis rendu compte que le spectre communiste s’est infiltré aux États-Unis, et l’environnement actuel commence à me rappeler ce que c’était quand je vivais en Chine. Je croyais que les États-Unis étaient un flambeau de liberté et de démocratie, et je pensais que je vivrais une vie normale ici. Le peuple américain est en danger de perdre sa liberté et sa démocratie.

Quand je regarde cette vieille photo avec Zhao Erjun, elle me rappelle des souvenirs douloureux. Mais il y a une chose qui est claire pour moi : ne jamais renoncer à défendre la justice et la vérité.

Gobi East (un pseudonyme) est un militant prodémocratie et a été emprisonné pendant plusieurs années en Chine pour avoir été un dissident politique. Bien qu’il ait fui la Chine et se soit exilé aux États-Unis en 2018, il continue d’être persécuté et surveillé par le régime chinois.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé