Interview avec un médecin de Pékin sur le coronavirus : la situation réelle

28 février 2020 Mis à jour: 28 février 2020
FONT BFONT SText size

Malgré les efforts des hauts fonctionnaires communistes pour protéger à tout prix Pékin de l’épidémie de coronavirus, le COVID-19 se répand rapidement dans toute la ville, et un certain nombre d’hôpitaux situés dans le district de Xicheng traitent des personnes qui ont été infectées par transmission de personne à personne. Le district de Xicheng abrite le complexe de Zhongnanhai qui abrite les bureaux des hauts responsables du Parti communiste chinois (PCC).

Le directeur de la médecine interne d’un hôpital de Pékin, sous le pseudonyme de Hou Yong, a déclaré que c’est la corruption et l’incompétence du PCC qui ont conduit à l’apparition de la maladie, et que le personnel médical envoyé à Wuhan par le PCC est utilisé comme chair à canon. Il a également révélé que les cas récemment confirmés dans un hôpital local sont « très graves ».

Nombre officiel de patients infectés dans les hôpitaux de Pékin

Lors d’une conférence de presse sur la prévention et le contrôle du coronavirus à Pékin le 20 février, Li Dongxia, président de l’hôpital Fuxing, a annoncé que 34 patients infectés avaient été confirmés à l’hôpital Fuxing à 6 heures du matin, ce jour-là.

Liu Xiaoguang, directeur adjoint du Département médical de l’université de Pékin, a également annoncé lors de la conférence de presse que l’hôpital populaire de l’université de Pékin avait trois cas confirmés et placé 22 personnes sous observation médicale intensive.

Les médias chinois basés aux États-Unis Secret China ont contacté les médecins de plusieurs hôpitaux de Pékin le 22 février pour obtenir des informations sur le terrain concernant la propagation du virus. La plupart des médecins n’ont pas voulu parler de l’épidémie et ont exprimé leur crainte des conséquences d’être interrogés. Hong Nan, un radiologue de l’hôpital populaire de l’université de Pékin, chargé d’identifier les cas suspects sur la base de scanners, a également refusé de divulguer des informations sur le nombre de cas dans son hôpital. Il s’est contenté de dire : « Vous devez être conscient de la situation en Chine concernant la divulgation des cas de coronavirus au public. Je ne peux certainement pas vous dire le nombre exact. »

140 patients en quarantaine pour dialyse

Hou Yong, directeur de la médecine interne d’un autre hôpital de Pékin, a accepté une interview avec Secret China sous réserve d’anonymat.

M. Yong a révélé que, bien que Pékin ait annoncé plus de 300 cas confirmés, la plupart des transmissions se faisaient auparavant de personne à personne, au sein de la population.

« Cependant, le cas le plus récent de l’hôpital du peuple de l’université de Pékin est un gros problème », a déclaré M. Yong. « Bien que seulement trois patients aient été confirmés [dans cet hôpital] jusqu’à présent, plus de 140 patients qui ont récemment visité le service de dialyse sont maintenant en quarantaine, parce que l’un des trois patients confirmés est un visiteur fréquent du service. Toute personne ayant été en contact avec ces 140 patients ou leur famille au cours des deux dernières semaines pourrait avoir été infectée, donc l’impact pourrait être très important », a-t-il déclaré.

M. Yong a également déclaré que tous les médecins de Pékin sont tenus de rester à Pékin et d’être prêts et de garde à tout moment.

« Nous avons tous dû retourner au travail le 31 janvier, le septième jour du Nouvel An chinois, qui est généralement encore un jour de vacances. Toute personne qui ne retournait pas au travail allait être licenciée, sans exception », a-t-il ajouté.

À propos des médecins d’autres provinces envoyés à Wuhan

M. Yong a déclaré que du personnel médical provenant de provinces autres que la province de Hubei est toujours envoyé à Wuhan, la capitale de Hubei où COVID-19 a vu le jour, pour aider à combattre l’épidémie dans cette ville. Presque tout le personnel médical de la province du Shandong se trouve actuellement à Wuhan. D’autres provinces, comme le Jiangsu, ont envoyé la moitié de leurs médecins.

« Tout le système bureaucratique de Wuhan est l’un des pires de Chine », a déclaré M. Yong. « Lorsque les médecins s’y rendent, ils doivent apporter leur propre équipement de sécurité et de la nourriture, car rien n’est fourni aux équipes médicales extérieures. Aller à Wuhan est comme une invitation à la mort. Certains médecins et infirmières de notre hôpital y sont allés. Ils pensaient y rester deux semaines, et maintenant cela fait presque un mois. Ils sont au bord de l’effondrement total. »

M. Yong a dit que toute la ville de Wuhan est comme « l’enfer sur terre ».

« Je l’ai su dès que la Ville de Wuhan a annoncé la construction d’hôpitaux de fortune. Lorsque tous les patients [confirmés et non confirmés] seraient réunis, ils s’infecteraient les uns les autres. Cela viole le principe le plus fondamental de la lutte contre les maladies infectieuses. Ils doivent être mis en quarantaine. »

L’administration centrale du pays a abandonné le peuple de Wuhan

Malgré la mauvaise gestion évidente de l’épidémie par le PCC, M. Yong a déclaré que de nombreux Chinois ignorent encore la situation réelle.

La plupart de mes amis disent : « Grâce à notre gouvernement, nous avons réussi à maîtriser cette épidémie. Je leur dis que c’est précisément à cause de ce gouvernement corrompu et de ces fonctionnaires incompétents que cette épidémie s’est répandue comme elle l’a fait. »

« Lorsque la maladie a commencé, et qu’elle a été signalée de façon sporadique et occasionnelle, je savais que ce serait une grande épidémie, alors j’ai dit à mes amis et collègues d’acheter des masques. Tout le monde ne m’a pas cru. Quelques jours plus tard, tous les masques et les désinfectants avaient été vendus. Aujourd’hui, Wuhan est en état de confinement, tout comme l’ensemble de la province du Hubei. Cela signifie essentiellement que l’administration centrale du pays y a abandonné les gens, qu’ils sont laissés à eux-mêmes, en particulier ceux qui se trouvent dans les hôpitaux de fortune. Avoir des milliers de personnes à proximité sans aucune mesure de quarantaine, c’est les laisser mourir. Dans cet environnement, même les personnes en bonne santé seront infectées. Les autorités ont fermé la ville et ont continué à envoyer beaucoup de personnel médical à Wuhan comme chair à canon. »

Ordonner le retour au travail

M. Yong a également parlé de l’ordre donné par les autorités pour que les entreprises reprennent leur capacité de travail normale.

J’ai demandé à beaucoup de gens que je connais : « Si vous ne travaillez pas, combien de temps pouvez-vous tenir ? La plupart d’entre eux ont dit un ou deux mois seulement. Même ceux qui gagnent 6 000 yuans (852 dollars) par mois ont dit qu’ils ne pouvaient tenir qu’un mois ou deux, parce qu’ils ont une famille à charge et qu’ils n’ont pas d’économies. De nos jours, 1 % de la population chinoise contrôle la majorité des richesses du pays, tandis que les 90 % et plus restants mènent une vie médiocre, c’est donc le problème : s’ils ne retournent pas travailler, ils ne peuvent pas survivre », a déclaré M. Yong.

Mais il y a un problème avec le retour au travail en ce moment, a déclaré M. Yong.

« Quand on reprend le travail, il est difficile d’éviter l’infection. N’est-il pas vrai que la société de commerce électronique China Dangdang a déjà connu un tel incident ? Même si un seul employé est infecté, tout le personnel qui est entré en contact avec lui doit être mis en quarantaine. C’est un très gros problème pour les entreprises à forte intensité de main-d’œuvre. Imaginez qu’un employé de Foxconn soit infecté, que se passerait-il ensuite ? »

Contrôle et liberté de l’internet

« J’ai entendu dire qu’après le 1er mars, l’Internet chinois pourrait être coupé. Si cela devait arriver, je ne pourrai plus rien dire », a ajouté M. Yong. « On dit que la Chine va construire un grand projet de réseau. C’est-à-dire construire un serveur racine national et cesser d’utiliser ceux des États-Unis ou d’autres pays, transformant toute la Chine en un réseau local (LAN). C’est l’étendue de leur contrôle. »

M. Yong a également mentionné les récentes protestations à Hong Kong, affirmant qu’elles sont utiles et que les Chinois doivent y réfléchir.

« Lorsque le mouvement à Hong Kong durait depuis six mois, mes amis des médias sociaux se sont divisés en deux factions et se sont disputés âprement », a-t-il déclaré.

« Je leur ai demandé d’y réfléchir : les Hongkongais ne savaient-ils pas que leur protestation de six mois allait affecter leur vie quotidienne, leur travail et leur école, ainsi que leur situation économique ? Alors pourquoi persistent-ils ? C’est parce qu’ils croient qu’il y a quelque chose de plus important que leur emploi, leur vie et leur situation économique. Qu’est-ce que c’est ? Je pense que tout le monde le sait. En outre, depuis si longtemps, nous n’avons pas entendu parler d’un seul cas où un policier a été tué à la suite d’attaques violentes de la part de citoyens. C’est quelque chose qui mérite réflexion. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé