Les internautes soupçonnent la Chine de signaler tous les nouveaux cas de coronavirus comme étant « importés »

27 septembre 2020 Mis à jour: 27 septembre 2020
FONT BFONT SText size

La Chine n’a pas sanctionné un seul fonctionnaire pour avoir dissimulé ou sous-déclaré le virus du PCC lors de sa première apparition en décembre dernier. Toutefois, au cours des quatre derniers mois, lorsque le virus a refait surface, des fonctionnaires locaux ont été licenciés.

Le chef adjoint du district de Fengtai a été licencié lorsque Pékin a connu une nouvelle épidémie liée au marché de Xinfadi en juin, et un fonctionnaire de base à Wuhan a perdu son emploi lorsque six nouveaux cas sont apparus dans un complexe résidentiel en mai.

Les fonctionnaires de toutes les provinces et villes n’ont signalé que des « cas importés ». C’est-à-dire que tous les nouveaux cas dans leurs rapports quotidiens sont classés comme importés de pays étrangers. 99 % des villes chinoises déclarent avoir maintenu un record de zéro nouveau cas national pendant des mois.

Par exemple, un récent rapport de la province du Shaanxi se lit comme suit :

« Le 20 septembre, il n’y avait aucun nouveau cas domestique de nouveau coronavirus. Il y a eu trois cas importés : deux avec des symptômes et un asymptomatique. Les deux patients présentant des symptômes sont respectivement arrivés par avion de Dubaï, Émirats arabes unis, le 15 septembre et de Tachkent, Ouzbékistan, le 16 septembre. Le patient asymptomatique est arrivé par avion d’Abidjan, Côte d’Ivoire, le 20 septembre. »

Un patient a été testé positif après avoir passé 28 jours en Chine

Un nouveau cas « importé » signalé par la ville de Nanjing, dans la province du Jiangsu, le 10 septembre, semble suspect.

Un homme de 19 ans, surnommé Zhou, est revenu des États-Unis dans le district de Jianye à Nanjing le 11 août et a été mis en quarantaine pendant 14 jours. Il a été testé négatif à deux reprises pendant ces 14 jours et est rentré chez lui le 25 août.

La province de Jiangsu ayant établi une ligne directrice stricte pour suivre les rapatriés à l’étranger, il a passé un troisième test le 1er septembre (21 jours après son arrivée), et le résultat a été de nouveau négatif. Mais sept jours plus tard, le quatrième test, effectué le 8 septembre (28 jours après son arrivée), s’est révélé positif, et a été confirmé par un cinquième test le 9 septembre.

Il y a deux explications pour les résultats de ces tests.

La première est que le cas de Zhou démontre que les kits de tests chinois ont un taux d’erreur extrêmement élevé.

La deuxième est qu’il a contracté le virus à Nanjing entre le 1er et le 8 septembre, à partir d’un porteur de virus domestique inconnu, à la suite d’une propagation communautaire.

Les autorités de la ville ont choisi de le signaler comme un cas importé, sans fournir aucune explication sur les raisons pour lesquelles il a été testé négatif au cours des 21 premiers jours. S’ils attribuent l’anomalie au faible taux de précision des kits de tests, c’est comme s’ils disaient qu’il pourrait y avoir beaucoup d’autres rapatriés qui sont porteurs du virus mais qui ont été testés négatifs, ce qui provoquerait la panique.

Les autorités ont également mis en quarantaine plus de 7 000 personnes qui auraient été en contact avec Zhou.

Certains internautes chinois ont calculé que, selon les affirmations des autorités, Zhou a contacté 500 personnes chaque jour du 25 août au 8 septembre après sa libération de la quarantaine.

Les internautes soupçonnent que les autorités ont mis en quarantaine un grand nombre de personnes sans lien avec Zhou, celles qui ont été en contact avec d’autres cas qui n’ont pas été rendus publics, car si l’un d’entre eux s’avère positif, les autorités peuvent rejeter la responsabilité de tous les cas sur les États-Unis.

Un cas similaire « importé » dans la ville de Deyang

De même, la province du Sichuan a signalé un cas « importé » le 19 septembre. Le patient a été testé négatif cinq fois au cours des 20 premiers jours, mais s’est révélé positif le 27e jour.

Ce patient, un homme de 48 ans, s’est envolé de la Russie pour Shenzhen, dans la province de Guangdong, le 22 août, et a été mis en quarantaine pendant 20 jours jusqu’au 12 septembre. Ses cinq tests ont tous été négatifs du 26 août au 11 septembre.

Le 12 septembre, il s’est rendu de Shenzhen à sa ville natale par un vol intérieur et a fait du covoiturage pour rentrer chez lui.

Il a été testé par l’équipe locale de contrôle des épidémies le 18 septembre, quatre semaines après son arrivée en Chine, et le résultat a été positif. Il a été identifié comme un porteur de virus asymptomatique qui a importé le virus de la Russie.

Il a pu être infecté sur son vol de Shenzhen à Deyang, ou pendant le voyage de retour en covoiturage. Comme dans le cas de Nanjing, les autorités n’ont fourni aucune explication quant à la raison pour laquelle ses premiers tests étaient négatifs.

Les conséquences catastrophiques de désigner un bouc émissaire

De nombreux internautes chinois ont exprimé leur inquiétude quant au fait que la malhonnêteté des fonctionnaires chinois pourrait tôt ou tard conduire à une épidémie catastrophique.

Si les fonctionnaires cachent tous les cas nationaux et ne signalent que les cas importés, les jours où il n’y a pas de cas importés, ils n’auront aucune raison de placer les contacts étroits des cas nationaux en quarantaine ou sous observation médicale. Par conséquent, ces personnes circulent librement et représentent un danger pour tous ceux avec qui elles sont en contact, ont-ils déclaré.

De plus, les habitants de la ville baisseront leur garde, car les rapports de la ville sur la pandémie indiquent qu’il n’y a pas de cas nationaux.

« Comment est-il possible qu’il n’y ait aucun cas national alors que le même virus se répand comme une traînée de poudre dans les pays étrangers ? », a demandé un internaute qui est étudiant en doctorat à l’université de Pékin.

La récente épidémie dans la ville de Ruili, dans le sud-ouest de la province du Yunnan, pourrait en être un exemple.

Ruili est une petite ville frontalière de la Birmanie, avec une population d’environ 300 000 habitants, et ses principales industries sont le commerce extérieur et le tourisme. Elle est bien connue pour son marché de gros de bijoux, car un grand nombre de ses habitants se consacrent à la vente et au traitement du jade importé de Birmanie.

Les autorités chinoises ont bouclé Ruili le 14 septembre, après que la ville a signalé deux nouveaux cas du virus du PCC. Les autorités locales ont affirmé qu’il n’y avait pas eu de cas d’infection par le virus du PCC depuis des mois et que les deux cas confirmés le 13 septembre avaient été « importés » de Birmanie, car les patients étaient retournés à Ruili en traversant illégalement la frontière entre la Birmanie et le Yunnan.

Yunnan News a rapporté que le 14 septembre, le vice-gouverneur Ruan Chengfa a inspecté l’hôpital de fortune de Ruili, connu en Chine sous le nom d’hôpital fangcang. Les hôpitaux fangcang sont utilisés pour isoler les patients ne présentant que des symptômes légers ; ils ne sont pas équipés pour le traitement. D’après les photos de l’hôpital fournies par Yunnan News, il peut accueillir des centaines de patients.

Des internautes pensent que le fait de mettre une ville sous confinement semble être une mesure drastique s’il n’y a que deux cas confirmés. En outre, le fait qu’un hôpital fangcang ait été achevé le lendemain de l’identification de nouveaux cas par les autorités suggère que les autorités cachent la véritable situation – tout comme elles l’ont fait début janvier à Wuhan.

Le 19 septembre, la Ville a fièrement annoncé qu’elle avait testé les 280 000 habitants, et que tous étaient négatifs. Cependant, le gouverneur du Yunnan a déclaré le même jour que toute la province du Yunnan est désormais en « état de guerre », même si aucun nouveau cas domestique n’a été signalé dans la province à ce jour.

Ces messages contradictoires ont donné lieu à de vives discussions sur internet. Certains ont averti d’autres personnes que l’utilisation par le gouverneur de l' »état de guerre » revient à dire à tout le monde que l’épidémie est très grave ; alors que d’autres, qui prévoient de passer des vacances au Yunnan en octobre, sont réticents à renoncer à leurs projets de voyage.

FOCUS SUR LA CHINE – Barrage effondré, village inondé

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé