Indignation après l’évacuation violente de manifestants du Henan devant une banque

14 juillet 2022 Mis à jour: 14 juillet 2022
FONT BFONT SText size

Un grand nombre de clients de banques chinoises qui protestaient contre le gel des dépôts ont été attaqués par les forces de sécurité en civil dans la capitale de la province centrale du Henan, en Chine, dimanche. Il s’agit de l’une des plus grandes manifestations réprimées ces dernières années.

Les photos et vidéos des violences subies par les déposants se sont rapidement répandues sur les médias sociaux chinois, suscitant l’indignation du public.

Depuis avril, les fonds de quatre banques rurales du Henan et de deux de l’Anhui ont été gelés par l’État, ce qui a empêché environ 400.000 déposants de retirer de l’argent en ligne, ce qui représente 40 milliards de yuans (5,93 milliards €) de dépôts. Les clients des banques se sont présentés en personne devant les banques pour réclamer leur argent.

En mai, une manifestation de moindre ampleur avait également été écrasée par la police. Dans ce cas, les autorités du Henan avaient utilisé un code sanitaire visant à prévenir la propagation du Covid‑19 pour restreindre les déplacements et les rassemblements des déposants.

Dimanche, environ 2000 à 3000 déposants ont manifesté pacifiquement devant la succursale de Zhengzhou de la People’s Bank of China. Beaucoup tenaient des banderoles et scandaient : « Henan Bank, rendez‑moi mon dépôt ! »

Outre leurs revendications, les manifestants ont également exprimé leur opposition au « traitement violent des déposants par la police du Henan… au passage à tabac des déposants par le gouvernement provincial du Henan en collusion avec les gangs locaux ».

Les manifestants ont aussi réclamé « des enquêtes sérieuses sur les fonctionnaires responsables de la transformation du code de santé des déposants en code rouge dans le Henan », et les déposants ont également mis en cause le membre du comité provincial du Parti communiste chinois Lou Yangsheng pour l’incident du code de santé rouge.

Une répression brutale

Dimanche vers midi, des groupes de personnes en civil – vêtues de blanc et de noir – ont violemment traîné et battu de nombreux déposants, les faisant monter de force dans des bus avec des policiers en uniforme à l’intérieur pour les envoyer en détention dans plusieurs endroits.

Une cliente de la banque nommée Zhang Jie (pseudonyme) a raconté dimanche à Epoch Times que les autorités locales ne se sont pas présentées pour communiquer avec eux, mais qu’un grand nombre de policiers en civil ont été dépêchés pour les encercler. « Il y avait environ trois ou quatre mille policiers en uniforme et en civil qui nous entouraient », a déclaré Zhang Jie.

Elle a raconté que des groupes de personnes habillées en blanc et en noir sont arrivés. « Je ne pouvais pas dire si c’était des membres de gangs ou des policiers en civil. »

« Ils se sont jetés sur nous, ont traîné tous les déposants dans les escaliers, nous ont donné des coups de pied et nous ont battus. Certains déposants ont été blessés aux yeux, d’autres au nez. »

Selon Zhang Jie, les déposants étaient en colère parce qu’ils voulaient récupérer leurs dépôts légaux, et ils cherchaient à protéger leurs droits. Ce sont des personnes vulnérables, mais ces policiers en civil les ont toutes traitées violemment.

« Il y avait des personnes âgées, des enfants, des personnes handicapées et des femmes enceintes parmi nous. Ces hommes en blanc et en noir sont venus, ont traîné tout le monde, peu importe qui ils étaient. Il y avait une personne en fauteuil roulant qui a également été violemment emportée, et une femme enceinte a également été emmenée de force par la police. »

« Près de 2000 d’entre nous ont été arrêtés, puis ils nous ont traînés dans plus de 40 bus présents sur les lieux, et ensuite les (policiers) en uniforme dans les bus ont commencé à nous maîtriser », a‑t‑elle expliqué

Aucune confiance dans le régime

Les vidéos des violences policières sur les déposants ont largement circulé sur le média social chinois Weibo, déclenchant la colère du public.

« C’est une véritable horreur. Le groupe d’hommes en blanc a frappé les gens avec des barres de fer. Des personnes handicapées ont été battues jusqu’à perdre connaissance, et les yeux de certaines personnes saignaient. Ils n’ont pas épargné les femmes et les femmes enceintes. Le ciel regarde, et toute révolution commence par un bain de sang », peut‑on lire dans un message sur Weibo.

D’autres internautes ont déclaré que les actions des autorités du Henan ressemblaient à celles d’une triade. « En plein jour, plusieurs personnes non identifiées ont battu et donné des coups de pied aux déposants ! C’est monstrueux » ; « Triade du Henan ! » ; « Ils ne traitent pas les gens ordinaires comme des êtres humains » ; « C’est similaire à l’incident violent de Tangshan » ; « Il s’avère que le plus grand gang, c’est eux (les autorités) ».

Il y a aussi beaucoup de gens qui ont vu ce qui est arrivé aux clients de la banque du Henan et à leurs fonds déposés légalement et qui ont commencé à se demander si leurs dépôts étaient en sécurité. « Alors, est‑il toujours sûr d’épargner de l’argent à la banque ? Ou devons‑nous tous garder l’argent à la maison ? »

L’un d’eux a déclaré dans un post : « Ils ont perdu la confiance des gens et ne pourront jamais la regagner. »

Lin Cenxin et Chang Chun ont contribué à cet article.

***
Chers lecteurs,
Abonnez‑vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé