Incendies en Gironde: les chasseurs décident de ne pas chasser le chevreuil cette saison à La-Teste-de-Buch

3 août 2022 Mis à jour: 3 août 2022
FONT BFONT SText size

Déjà décimée par les incendies, la population de chevreuils de la forêt de La Teste-de-Buch (Gironde) n’auront pas à subir davantage de pertes à cause des chasseurs cette saison. Ces derniers ont décidé de geler la chasse. Pour la saison 2023-2024, la décision sera prise en fonction de la situation.

Entre 140 et 180 chevreuils sont morts dans les incendies qui ont ravagé près de 21.000 hectares à Landiras et La Teste-de-Buch. Les feux ne sont par ailleurs toujours pas totalement éteints en ce début août 2022. Cela représente environ un quart de la population de chevreuils de cette forêt usagère, selon un reportage de France 3, ou entre 30 et 40% de la population d’animaux d’après Actu Bordeaux.

Les chasseurs de La Teste-de-Buch ont donc pris une décision, puisque le nombre de chevreuils qui ont péri équivaut à une saison de plan de chasse dans le secteur.

« La chasse c’est mon truc. Mais cette année, on ne chassera pas le chevreuil », assure Frédéric Mora, président de l’Association communale de chasse agréée (ACCA).

Les chevreuils de l’année décimés

« J’estime qu’il y a beaucoup trop de pertes. L’intégralité des petits chevreuils qui sont nés il y a un mois et demi dans la zone a été décimée, c’est catastrophique », ajoute-t-il.

Une autre raison de cette décision visant à geler la chasse est l’importance de laisser les animaux tranquilles puisqu’ils ont déjà vécu beaucoup de stress à cause des incendies.

Par ailleurs, il ne reste que 3000 ou 4000 hectares de forêts non impactés par les feux, où les animaux se regroupent. « Si on y va, ce ne sera plus de la chasse, ce serait du ball-trap », estime le président de l’ACCA.

Une saison 2023-2024 à l’étude

Habituellement, la saison de la chasse aux chevreuils s’étend de mi-septembre à fin mars. Le plan de chasse de cette saison est donc gelé. Quant à celui de la saison 2023-2024, il sera évalué en fonction de l’état de la faune et de celui de la forêt, suite à des études pour suivre la recolonisation du massif.

« Il faut que la population des chevreuils se régénère », précise Frédéric Mora.

***
Chers lecteurs,
Abonnez‑vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé