Ille-et-Vilaine : elle saute d’une voiture pour fuir son conjoint violent, il la rattrape et la ramène en la tirant par les cheveux

9 septembre 2020 Mis à jour: 10 septembre 2020
FONT BFONT SText size

Poursuivie sur le bas-côté de la route après avoir sauté d’une voiture en marche, une femme a été rattrapée par son conjoint et rouée de coups avant d’être enfermée dans le véhicule et menacée avec un couteau suisse.

Le lundi 7 septembre, un homme de 39 ans soupçonné de violences conjugales comparaissait devant le tribunal correctionnel de Saint-Malo.

Les faits reprochés au prévenu se sont déroulés quelques jours plus tôt, alors que le trentenaire et sa compagne rentraient de Normandie en voiture.

Sous l’emprise de l’alcool, le trentenaire conduisait lorsque sa compagne lui a demandé « s’ils pouvaient s’arrêter dire bonjour à des amis », rapportent les journalistes du Pays Malouin. Un souhait qui a fait sortir l’homme de ses gonds.

Tenant le volant d’une main, il a frappé sa conjointe au visage à plusieurs reprises. La victime a alors ouvert sa portière et a sauté sur la route, à hauteur de Saint-Jouan-des-Guérets, afin d’échapper à la vindicte de son compagnon.

Ce dernier a stationné son véhicule au bord de la route avant de sortir de l’habitacle pour poursuivre la victime sur le bas-côté. Il finira par la rattraper et la rouera de coups à nouveau, déchirant ses vêtements et la traînant jusqu’à la voiture en la tirant par les cheveux.

« Vous l’avez alors installée sur la banquette arrière et avez verrouillé les portes pour qu’elle ne vous échappe pas. Vous avez ensuite brandi un couteau suisse en menaçant de la tuer », a souligné le juge pendant l’audience du 7 septembre 2020.

La compagne du prévenu parviendra finalement à s’enfuir à nouveau et s’abritera chez des amis. Son conjoint essaiera de pénétrer dans le domicile où elle avait trouvé refuge en brisant un volet et une vitre.

La victime, en couple avec l’accusé depuis environ un an, s’est vu délivrer une ITT de 10 jours et ne sait pas encore si les blessures infligées par son compagnon nécessiteront une opération.

« Elle doit revoir son chirurgien la semaine prochaine, pour savoir si on doit l’opérer », a observé son avocat pendant l’audience.

Trois ans de prison ferme 

Si le suspect a fait amende honorable pendant son procès, il n’en est toutefois pas à son coup d’essai, ayant déjà été condamné à 22 reprises, dont plusieurs pour violences conjugales.

« Je ne sais pas ce qui m’a pris. Je ne comprends pas. Dès que je consomme de l’alcool, je ne suis plus moi-même. Tout le monde me le dit. Je suis pourtant quelqu’un de calme. Je suis vraiment désolé, pardon. Ce n’est pas normal d’agir comme ça », a affirmé l’accusé.

« Il présente un profil inquiétant. Ces violences sont d’une très grande gravité », a souligné le représentant du ministère public avant de requérir une peine de trois ans de prison ferme à l’encontre du suspect.

Si l’avocat du prévenu a admis que son client pouvait difficilement échapper à la prison au vu de son comportement, il a toutefois demandé au tribunal de prononcer une obligation de soins afin qu’il puisse enfin résoudre ses problèmes d’alcoolisme.

« Il lui faut une réponse pénale adaptée pour éviter toute récidive. Dans quel état allez-vous le retrouver dans trois ans ? Il faut assortir votre peine d’une mise à l’épreuve, en lui imposant des soins pour qu’il règle ses problèmes d’alcool », a-t-il précisé.

Le tribunal correctionnel de Saint-Malo a finalement condamné l’accusé à une peine de trois ans de prison ferme, assortie d’un an de prison avec sursis et mise à l’épreuve.

 

FOCUS SUR LA CHINE – Hommage aux morts inhabituel à Wuhan

 

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé