Hunter Biden a appelé son père et son partenaire commercial chinois « collègues de bureau » en septembre 2017

14 décembre 2020 Mis à jour: 14 décembre 2020
FONT BFONT SText size

– En septembre 2017, Hunter Biden a envoyé un courriel à la directrice de son immeuble de bureaux à Washington, D.C., lui demandant de préparer les clés pour ses « collègues de bureau » Joe Biden et Gongwen Dong, qu’il a décrit comme étant « l’envoyé » du président du conglomérat énergétique chinois CEFC.
– Les relations de Hunter Biden avec le CEFC en 2017 étaient au centre de l’allégation de Tony Bobulinski, en octobre, selon laquelle Joe Biden était « parfaitement au courant » des relations commerciales de sa famille avec la Chine.
– De nombreux médias ont rapporté cette semaine qu’une enquête fédérale porte sur « les impôts » de Hunter Biden, et cible ses activités commerciales à l’étranger, y compris avec le CEFC.

Le 21 septembre 2017, Hunter Biden a appelé son père, le candidat à la présidence Joe Biden, et son partenaire commercial chinois « collègues de bureau » dans un courriel adressé à la directrice générale de son ancien immeuble de bureaux à Washington.

Dans ce courriel, Hunter Biden a écrit : « Veuillez mettre les clés à la disposition des nouveaux collègues de bureau », avant de citer Joe Biden, sa belle-mère Jill Biden, son oncle Jim Biden et Gongwen Dong, qu’il a identifié « d’envoyé » du président du conglomérat énergétique chinois CEFC, aujourd’hui en faillite.

Hunter Biden a également demandé qu’une pancarte soit établie pour son bureau portant la mention « La Fondation Biden » et « Hudson West (CEFC US) ».

Les affaires de Hunter Biden avec le CEFC en 2017 ont été au centre des allégations de son ancien partenaire, Tony Bobulinksi, qui a déclaré en octobre que Joe Biden était « parfaitement au courant » des relations commerciales de sa famille en Chine. M. Bobulinski était l’un des destinataires du courriel de mai 2017, très médiatisé, qui faisait semble-t-il référence à Joe Biden comme étant « le grand patron » qui détiendrait 10 % des parts d’une entreprise commune avec Hunter Biden et le CEFC.

La demande de Hunter Biden à Cecilia Browning de fabriquer des clés de bureau pour ses «  collègues de bureau » Joe Biden, Jill Biden, Jim Biden et Gongwen Dong. (Capture d’écran)

Hunter Biden a révélé cette semaine qu’il a été informé que les procureurs fédéraux du Delaware enquêtaient sur ses « impôts ». De nombreux médias ont rapporté que l’enquête se concentre également sur les activités commerciales de Biden à l’étranger, notamment avec le CEFC, qui était le quatrième conglomérat énergétique chinois avant de faire faillite.

Cecilia Browning, la directrice générale de l’immeuble de bureaux, la House of Sweden, a répondu à la demande de Hunter Biden, disant qu’elle était « très enthousiaste et honorée d’accueillir vos nouveaux collègues ! ».

La réponse de Cecilia Browning à Hunter Biden pour la fabrication de clés de bureau pour ses « collègues de bureau » Joe Biden, Jill Biden, Jim Biden et Gongwen Dong. (Capture d’écran)

Jointe par téléphone Vendredi, Mme Browning a refusé de commenter les courriels. Elle n’a pas contesté leur authenticité lorsque la Daily Caller News Foundation les lui a transmis pour qu’elle les examine.

« Nous avons des locataires qui louent des bureaux, et il est exact que Rosemont Seneca LLC a loué un bureau à House of Sweden entre février 2017 et février 2018 », a déclaré Mme Browning à la DCNF dans un courriel, lorsqu’on lui a demandé si les courriels étaient authentiques. « Cependant, veuillez noter que nous ne partageons pas les informations sur les locataires actuels et précédents. »

Le porte-parole de la campagne de Joe Biden, Andrew Bates, avait déclaré en octobre dernier que l’ancien vice-président « n’avait même jamais envisagé de s’impliquer dans les affaires de sa famille, ni dans aucune entreprise à l’étranger. Il n’a jamais détenu de parts dans de tels arrangements commerciaux, ni aucun membre de sa famille, et toute autre personne n’a jamais détenu de stock pour lui ».

Bien que l’on ignore si Joe Biden a jamais visité le bureau de son fils à Washington, la demande de Hunter Biden pour que son père puisse avoir accès à la suite soulève des questions sur l’étendue de ses connaissances sur les affaires chinoises de sa famille en 2017.

Ni l’équipe de transition de Biden ni l’avocat de Hunter Biden, George Mesires, n’ont répondu aux multiples demandes de commentaires.

Dans son courriel à Mme Browning, Hunter Biden a fourni les numéros de téléphone portable personnels de son père et de son oncle et a suggéré que l’associée de Mme Browning les appelle « si elle insist[ait] ».

Le CEFC avait transféré 5 millions de dollars à la société de Hunter Biden, Hudson West III, moins de deux mois avant que Hunter Biden ne demande à Mme Browning que les clés des bureaux soient faites pour son père et l’émissaire du CEFC, selon un rapport (pdf) de la commission sénatoriale publié en septembre.

À partir du jour où le CEFC a transféré les fonds à la société de Hunter Biden en août 2017 et jusqu’en septembre 2018, Hudson West a envoyé un total de 4,79 millions de dollars au cabinet d’avocats de Hunter Biden, Owasco, pour des honoraires de consultation, poursuit le rapport.

Les régulateurs américains ont épinglé le premier virement bancaire à Owasco, daté du 4 août 2017, pour « activité financière criminelle potentielle », selon le rapport.

Toujours entre août 2017 et août 2018, Owasco a versé un total de 1,4 million de dollars à la société de conseil de James Biden, le Lion Hall Group, selon le rapport du Sénat. Ces transactions ont également été épinglées pour une éventuelle activité financière criminelle.

En plus du partenariat de Hunter Biden avec le CEFC, il a également représenté Patrick Ho, qui a été président du Comité du Fonds pour l’énergie de la Chine, un groupe de réflexion basé aux États-Unis et entièrement financé par le CEFC China Energy.

M. Ho a été arrêté en novembre 2017, puis condamné pour avoir violé la loi sur les pratiques de corruption à l’étranger (FCPA) en versant des pots-de-vin à de hauts fonctionnaires en Ouganda et au Tchad pour obtenir des droits pétroliers dans ces pays.

Le CEFC a versé un million de dollars à Hunter Biden pour représenter Patrick Ho, qui a été condamné à 30 mois de prison pour ce stratagème.

On ne sait pas quels services juridiques Biden a fournis à Patrick Ho. Il ne figure comme avocat dans aucun des dossiers judiciaires de Patrick Ho.

Les procureurs fédéraux ont révélé que le FBI a obtenu des mandats contre Patrick Ho en vertu de la loi sur la surveillance des services de renseignement étrangers (FISA), et soupçonnent que Ho agissait en tant qu’agent d’un pays étranger, comme le montrent les documents judiciaires.

En mai 2017, Hunter Biden a exprimé ses inquiétudes quant au fait qu’un partenariat avec le CEFC China Energy pourrait aller à l’encontre du FCPA et de la loi sur l’enregistrement des agents étrangers (FARA).

« Nous ne voulons pas avoir à nous enregistrer comme agents étrangers en vertu du FCPA, qui est beaucoup plus large que les personnes qui devraient savoir choisissent de ne pas savoir », a écrit Biden à M. Bobulinski le 1er mai 2017, selon un message obtenu par le DCNF.

Tony Bobulinski, qui déclare avoir été un associé de Hunter Biden, s’adresse aux journalistes dans un hôtel de Nashville (Tennessee) le 22 octobre 2020, avant le dernier débat présidentiel. (Mandel Ngan/AFP via Getty Images)

« Peu importe ce qu’il faudra faire pour être enregistré comme une société américaine à un certain niveau, pourvu que nous puissions soumissionner sur des projets financés par le gouvernement fédéral et les États », a-t-il poursuivi.

Hunter Biden a également fourni à Mme Browning, la directrice générale de la House of Sweden, les coordonnées de Gongwen Dong et de Mervyn Yan, qui étaient ses partenaires dans ses relations avec le CEFC. Il a également identifié Ye Jianming comme l’un de ses partenaires et a fourni une biographie indiquant son affiliation au CEFC.

Gongwen Dong et Mervyn Yan n’ont pas répondu aux courriers électroniques demandant des commentaires.

Dans le rapport de septembre, les républicains ont exprimé leurs préoccupations concernant les relations de Biden avec Ye Jianming et le CEFC. Le rapport indique que Ye Jianming a occupé de 2003 à 2005 le poste de secrétaire général adjoint de la China Association for International Friendly Contacts (CAIFC).

Selon un rapport (pdf) du 24 août 2018 de la Commission de sécurité et d’examen économique États-Unis-Chine, la CAIFC sert de groupe de façade à l’Armée populaire de libération et « remplit un double rôle de collecte de renseignements et de conduite de campagnes de propagande et de gestion de la perception ».

L’email de Hunter Biden à Mme Browning a été retrouvé sur une copie du présumé ordinateur portable de Hunter Biden que l’ancien maire de New York, Rudy Giuliani, a fourni à la DCNF en octobre. Hunter Biden n’a pas nié avoir déposé son ordinateur portable en avril 2019 chez un réparateur d’ordinateurs du Delaware (États-Unis).

Le propriétaire de l’atelier l’aurait fourni à Giuliani après que Hunter Biden ne l’ait pas récupéré aux termes des réparations.

Fin octobre, un expert en cybersécurité a authentifié par cryptographie une clé électronique sur le disque dur de la DCNF.

La société de location commerciale J Street Companies a publié un communiqué de presse en février 2017 annonçant que la société de Hunter Biden, Rosemont Seneca Advisers, avait signé un bail pour 2 852 m² de superficie dans l’immeuble de bureaux de la House of Sweden.

Hunter Biden a mis fin à son bail avec House of Sweden en février 2018, suivant un email que Hunter Biden avait reçu de Browning le mois précédent. Ce message se trouvait également sur le disque dur.

Le contenu créé par la Daily Caller News Foundation est disponible gratuitement pour tout éditeur de nouvelles éligible qui peut fournir une large audience. Pour connaître les possibilités de licence de notre contenu original, veuillez contacter licensing@dailycallernewsfoundation.org.

Élections américaines – Trump interviendra dans le procès du Texas

Le saviez-vous ? 

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé