Hôpital : plus 5700 lits supprimés en France en 2020

29 septembre 2021 Mis à jour: 29 septembre 2021
FONT BFONT SText size

Selon une étude du ministère de la Santé publiée ce mercredi, 5758 lits d’hospitalisation complète ont été fermés en 2020 dans les établissements de santé français.

La pandémie du Covid-19, maladie causée par le virus du PCC (Parti communiste chinois), n’a pas interrompu la réduction inexorable des capacités hospitalières. Au contraire, les fermetures de lits ont largement augmenté.

Signe de ce déclin, la France compte désormais moins de 3000 hôpitaux et cliniques. « Sous l’effet des réorganisations et des restructurations », 25 établissements publics et privés ont fermé l’an dernier, indique la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees).

5758 lits de moins en 2020, plus qu’en 2019

Les 2983 structures encore ouvertes fin 2020 disposaient très exactement de 386.835 lits d’hospitalisation complète fin 2020, soit 5758 de moins en un an – comparé au dernier bilan pour l’année 2019, publié en juillet par la même direction statistique des ministères sociaux.

Le nombre de lits de réanimation, qui a fortement varié au gré des vagues de Covid, a d’ailleurs terminé l’année en hausse de 14,5% (soit environ 6200). Cela n’a pas empêché la tendance de fond du « virage ambulatoire » – sur fond de « contraintes de personnel » – de se poursuivre : 1369 places d’hospitalisation « de jour » ont été ouvertes en 2020, portant leur nombre total à 80.089.

L’hospitalisation à domicile a dans le même temps connu une « croissance particulièrement vive » de 10,8 %, soit 21.276 patients « pouvant être pris en charge simultanément sur le territoire ». Ce mode de prise en charge représentait ainsi, fin 2020, « 7% des capacités totales en hospitalisation complète » hors psychiatrie, contre 2,1% en 2006.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé