Hôpital en crise : 20% de fermeture de lits, une enquête du gouvernement est lancée

30 octobre 2021 Mis à jour: 30 octobre 2021
FONT BFONT SText size

« Près d’un lit sur cinq serait fermé dans les grands hôpitaux publics de France », soit 20 % de la capacité d’accueil, selon une enquête menée par Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique et du Comité consultatif national d’éthique (CCNE). Gabriel Attal a annoncé qu’une « enquête » serait menée, selon Libération.

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal a fait savoir que l’enquête porterait sur « l’ensemble des établissements de santé » du pays, à la suite de quoi « les chiffres seraient communiqués ».

Une pénurie inquiétante

L’enquête, menée le 5 octobre 2021 par le Conseil scientifique et les directeurs de CHU, confirme que 20% des lits sont fermés faute de soignants. L’ampleur de la crise est révélée. Les secteurs les plus touchés sont : les infirmiers, les personnels dans les blocs, les kinésithérapeutes, les anesthésistes, le personnel de radiologie.

Le président du Conseil de direction de la Fédération hospitalière de France et maire de Fontainebleau, Frédéric Valletoux, a réagi sur BFMTV en ces termes : « C’est pire à l’automne 2021 que ça n’a jamais été, on voit partout ces chiffres qui nous alertent sur ce problème d’attractivité, de fidéliser les soignants, cette incertitude liée à l’épidémie alors que notre système de santé est en crise profonde ».

Ce constat est vécu un peu partout et à Lille le Docteur Patrick Goldstein a fait part au journal Parisien de son inquiétude profonde en « pointant un mal-être massif, une démotivation », expliquant les départs des soignants. Il précise à cet effet l’existence « d’une crise de valeurs ».

En plus de cette pénurie du personnel, l’absentéisme liée aux congés de maladie serait de 9,5% due à l’épuisement des soignants.

 


Rejoignez Epoch Times sur Telegram
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé