Un homme souffrant d’un grave anévrisme cérébral a dû abandonner sa fille. 40 ans plus tard, il envoie un message

Parfois, nous sommes forcés de prendre des décisions que nous regretterons pour le reste de notre vie.

Dans de nombreux cas, ces décisions sont permanentes et ne peuvent être modifiées. Mais le monde est en constante évolution et bien qu’on ne puisse pas retourner en arrière dans le temps, on peut, dans certains cas, au moins essayer de rectifier les erreurs passées.

Lorsqu’un homme était en proie à un grave problème de santé et a placé son nouveau-né en adoption, il pensait que la seule fois qu’il l’a tenue dans ses bras à sa naissance serait la dernière fois qu’il aurait cette occasion.

En décembre 1978, Jerry Miller pensait qu’il ne reverrait plus jamais sa fillette.

(Getty Images/Graeme Robertson)

La fille de Jerry Miller est née en décembre 1978 à l’hôpital Saint-Elizabeth à Covington au Kentucky. Bien que ce fût une grande joie pour cet homme, il se souvient encore du profond chagrin qu’il a ressenti lorsqu’il a réalisé qu’il ne la reverrait plus jamais.

« Ce jour-là, je me suis senti déchiré quand ils m’ont enlevé le bébé des bras », a confié M. Miller aux nouvelles locales de la télévision WCPO de Cinccinnati.

La mère du bébé, nommée Kathy, n’avait que 17 ans. Cependant la mère ne pouvait pas s’occuper du bébé et M. Miller avait ses propres problèmes de santé. Peu après la naissance de l’enfant, M. Miller a été diagnostiqué d’un anévrisme cérébral qui mettait sa vie en danger. Il devait subir une intervention chirurgicale.

Malgré qu’il fût traité rapidement, l’avenir de M. Miller était incertain. En fait, le médecin s’attendait à ce qu’il meure. Ainsi, après une brève rencontre du père avec le nouveau-né, le bébé a été mis en adoption.

M. Miller a survécu, mais il n’a jamais oublié sa fille.


Heureusement, M. Miller a survécu à l’opération, mais à ce moment-là, le nourrisson était déjà parti.

« Ce n’est pas facile de se demander tous les jours si elle allait bien », a-t-il confié aux nouvelles locales de la télévision WCPO de Cinccinnati.

M. Miller a fini par fonder une nouvelle famille et a eu trois filles. Cependant, il n’a jamais oublié son enfant perdue depuis longtemps.

Éventuellement, il a senti un ardent désir de retrouver ce bébé perdu depuis longtemps. Il s’est tout d’abord adressé à l’agence d’adoption, mais l’agence lui a dit que les dossiers étaient scellés et qu’ils ne pouvaient rien faire pour l’aider à la retrouver.

Après des décennies de recherche sans succès, M. Miller s’est tourné vers les médias sociaux.

L’affaire en est restée là jusqu’à ce que l’une des filles de M. Miller se rende compte de l’importance de cet enfant perdu pour son père. Elle lui a alors suggéré de se tourner vers les médias sociaux.

Donc, le 11 janvier, c’est exactement ce que M. Miller a fait. Il a affiché une photo de lui avec un message à sa fille perdue depuis longtemps. Le message disait :

« Je cherche ma fille née le 4 ou 5 décembre 1978 à Convington au Kentucky à l’hôpital Saint Elizabeth. Je n’ai jamais cessé de la chercher ! Les dossiers d’adoption sont scellés. Le père biologique est Jerry Miller, la mère biologique, Kathy Kabich (incertitude sur l’orthographe). J’ai eu un anévrisme cérébral peu de temps après ta naissance et on ne s’attendait pas à ce que je vive. Tu as été adoptée pendant que j’étais malade. Je veux juste que tu saches que je ne t’ai jamais oubliée. »

Avec la rapidité des médias sociaux, cela signifie que la recherche n’a pas pris beaucoup de temps.

I would like to thank everyone for sharing my daughter's post and praying for me. Thanks to the news stations for…

Posted by Jerry Miller on Sunday, January 14, 2018

M. Miller était initialement sceptique sur cette tentative mais il savait qu’il devait essayer.

« Si elle ne voit pas le message, j’irai probablement dans ma tombe en le regrettant », souligne M. Miller à WTHR13 News.

Pour M. Miller, retrouver cette enfant n’avait rien à voir avec le fait d’être le père qu’il n’a jamais été capable d’être. Il s’agissait plutôt de réunir sa famille éclatée.

« Je sais que je ne peux pas être le père après toutes ces années écoulées », a dit M. Miller aux nouvelles locales de la télévision WCPO Cincinnati« Mais elle pourrait faire partie de la famille qui lui manquait. »

Puis un miracle s’est produit ; une semaine plus tard, M. Miller a affiché une mise à jour de l’histoire : il avait retrouvé sa fille.  Après presque 40 ans de recherche, la famille est maintenant complète.

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager autour de vous ! 

Version anglaise

 
 
 
 

Paris : il porte 18 coups de couteau à un passant dans la rue et parvient à éviter la prison

Paris : il porte 18 coups de couteau à un passant dans la rue et parvient à éviter la prison
Après avoir survécu à une tentative de meurtre en pleine rue, un jeune homme de 27 ans a ...
LIRE LA SUITE
 

Le régime chinois rétablit la propagande maoïste

Le régime chinois rétablit la propagande maoïste
Depuis la période de réforme économique qui a débuté dans les années 1970, le Parti communiste chinois a ...
LIRE LA SUITE
 

Une victime du massacre de la place Tiananmen : le PCC n’a pas changé

Une victime du massacre de la place Tiananmen : le PCC n’a pas changé
NEW YORK : "Pourquoi y avait-il un ordre de commencer à tuer ?", interrogeait Fang Zheng sans détour. ...
LIRE LA SUITE
 

Alex Jones anime une conférence de presse impromptue à la suite de son interdiction à vie des médiaux sociaux

Alex Jones anime une conférence de presse impromptue à la suite de son interdiction à vie des médiaux sociaux
Loin d’être timide, l'animateur d'InfoWars, Alex Jones s’est expliqué dans une salle comble de journalistes affirmant que le ...
LIRE LA SUITE