Hauts-de-Seine : un gendarme en garde à vue après qu’une rixe a éclaté entre lui et de jeunes squatteurs drogués de son immeuble

7 avril 2022 Mis à jour: 7 avril 2022
FONT BFONT SText size

La situation s’est envenimée lorsqu’un gendarme au repos a demandé à des jeunes de quitter les parties communes de son immeuble, ce dimanche soir. Ces derniers étaient en train d’y consommer de la drogue. Le militaire a été placé en garde à vue.

Les faits se sont produits ce dimanche 3 avril, sur l’avenue Max-Dormoy à Montrouge (Hauts-de-Seine), aux environs de 18 h 45. Excédé de voir des jeunes squatter le hall de son immeuble tout en consommant des stupéfiants, un gendarme hors service leur a demandé de quitter les lieux. Mais la situation a très vite dégénéré, rapporte Actu 17.

Le gendarme accusé d’avoir blessé l’un des jeunes avec un couteau

Les jeunes, qui ont l’habitude de consommer de la drogue à cet endroit, n’avaient pas envie de partir et se sont rebellés. Une bagarre a éclaté entre ce petit groupe et le militaire, qui était armé d’une matraque télescopique et d’une bombe lacrymogène.

Mais lorsque la police est intervenue, elle a trouvé l’un jeune garçons, âgé de 17 ans, blessé. Il avait reçu un coup de couteau et souffrait d’une plaie d’un centimètre sur trois au niveau de l’épaule, les jeunes ayant accusé le gendarme d’être l’auteur de cette blessure, précise Actu 17. Or, sur place, l’arme blanche était introuvable.

Le militaire suspecté a été placé en garde à vue au commissariat de police. Il a cependant déclaré qu’il ne possédait pas de couteau au moment de la rixe. Quant au blessé, il a été conduit à l’hôpital Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), ses jours n’étant pas en danger.

***
Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé