« Harcelée par le Conseil de l’Ordre », une médecin généraliste ferme son cabinet pour dépression

12 mars 2022 Mis à jour: 12 mars 2022
FONT BFONT SText size

Condamnée à un mois de suspension par le conseil de l’Ordre des médecins pour avoir prescrit des antihistaminiques contre le Covid-19, le Dr Hélène Rezeau-Frantz a fini par fermer son cabinet, pour dépression. Soutenue par plusieurs de ses patients, ceux-ci ont lancé une pétition.

Hélène Rezeau-Frantz est médecin généraliste à Dordives, une commune d’environ 3300 habitants, située dans le Loiret. Au début de la pandémie de Covid, elle avait prescrit des antihistaminiques à ses patients et avait vanté les bienfaits de ce traitement dans les médias, rapporte La République du Centre.

Après plusieurs avertissements, le CNOM dépose plainte

La praticienne avait effectivement voulu soulager ses patients atteints du coronavirus, au cours de l’année 2020, alors que les vaccins n’étaient pas encore disponibles. Au total, dix-huit patients avaient été traités avec des antihistaminiques, ainsi qu’elle l’avait indiqué sur France 3 en mai 2020. Elle en avait alors constaté les bienfaits, déclarant : « À mon niveau, en tant que médecin généraliste qui connait ses patients, je ne vois pas pourquoi je n’utiliserais pas quelque chose qui peut les améliorer et qui ne va pas leur donner d’effets secondaires graves ni compliquer les choses. »

À la suite de quoi, la généraliste avait fait l’objet de plusieurs avertissements de la part du Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM), qui avait fini par déposer une plainte à son encontre, en décembre 2020. Le 12 novembre 2021, elle a été condamnée à une suspension de trois mois (dont deux mois avec sursis), par la chambre disciplinaire régionale du Centre-Val de Loire de l’Ordre des médecins.

Ses patients lancent une pétition et demandent une levée de sanction

Mais le CNOM a ensuite fait appel de cette décision et selon Christophe Tafani, le président de l’Ordre des médecins du Loiret, ce serait visiblement au motif qu’il ne trouvait pas cette peine suffisamment lourde. Parmi les patients d’Hélène Rezeau-Frantz, en guise de soutien, certains ont lancé une pétition en ligne, réclamant la levée de cette sanction.

Ces patients considèrent en effet que « les antihistaminiques sont des traitements connus, qui ne présentent pas de risques », relate encore La République du Centre. « Notre médecin ne peut donc être condamnée pour avoir voulu soigner ses patients », ajoutent-ils.

En attendant, le docteur Rezeau-Frantz a fermé son cabinet. Informant sa patientèle par le biais de son répondeur téléphonique, elle a indiqué : « Le cabinet est fermé pour dépression suite au harcèlement du Conseil de l’Ordre pour avoir donné un traitement contre le Covid. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé