La Grèce bloque d’importants investissements chinois pour des raisons culturelles

Le Conseil archéologique central grec a bloqué un projet chinois dans la ville du Pirée qui aurait fait du tort à cette ville de grande importance historique. À cause de cette décision, le grand projet d’investissement est laissé en suspens.

Blocage des investissements chinois

Le Pirée, situé près de la capitale grecque Athènes, a joué un rôle important dans l’histoire grecque. Développé au début du Ve siècle av. J.-C., il a servi de point de transit pour toutes les importations à Athènes en devenant finalement le port principal de la Grèce. Bien que l’importance du port ait diminué après le IVe siècle apr. J.-C., il a de nouveau gagné en importance au XIXe siècle après que le gouvernement de la Grèce a proclamé Athènes comme sa capitale.

Actuellement, le Pirée est le principal port du pays. C’est le plus grand port de passagers de toute l’Europe – il dessert près de 20 millions de voyageurs chaque année. La société géante chinoise China Ocean Shipping Company (Cosco), maître des lieux depuis son acquisition du port il y a trois ans, a comme objectif de faire du Pirée une étape clef de l’initiative chinoise « One Belt, One Road » (une ceinture, une route), souvent qualifiée de « nouvelles routes de la soie ». C’est un titanesque programme d’investissement chinois qui prévoit la création d’une immense « ceinture » terrestre par rail et route en Asie, doublée d’une « route » maritime, permettant à la Chine de rejoindre l’Afrique et l’Europe. Le port du Pirée est « la tête de dragon » de cette stratégie pour ce qui concerne l’entrée de la Chine en Europe par la voie maritime.

Cosco a établi des plans ambitieux de plusieurs millions de dollars pour le développement du Pirée. La société chinoise voulait agrandir le port afin qu’il puisse accueillir quatre nouveaux quais de croisière. Elle visait également à moderniser les infrastructures de construction navale dans la région, à transformer un entrepôt en gare de croisière, à mettre en place un nouveau système d’attribution des quais d’amarrage, à construire un centre commercial près d’un terminal ainsi qu’un hôtel cinq étoiles dans la région de Porto Leone.

Cosco voulait agrandir le port afin qu’il puisse accueillir quatre nouveaux quais de croisière. (Image : Capture d’écran/ Youtube)

Alors que le gouvernement grec était initialement enthousiasmé par les investissements proposés, le Conseil archéologique central a pratiquement bloqué le projet en déclarant que près de la moitié de la ville était un site archéologique important. Par conséquent, les investissements de Cosco au Pirée, d’une valeur de 400 millions de dollars, ont été rejetés. Cette décision a également laissé en suspens les accords d’une valeur de 1,7 milliard de dollars entre Cosco et le gouvernement grec.

Certains membres du parti au pouvoir en Grèce sont sceptiques à l’égard des investissements chinois et souhaitent que ces projets fassent l’objet d’un examen approfondi. Les médias grecs ont rapporté que le gouvernement pourrait retarder le projet de Cosco en raison des élections prévues plus tard cette année. Cependant, le vice-premier ministre Yanis Dragasakis a rejeté ces rumeurs.

« Je ne sais pas s’il y a un retard. Cela n’a rien à voir avec les élections. Cela est lié à la complexité de la décision à prendre… Cet endroit est plein d’antiquités, pour cette raison toutes les procédures doivent être suivies correctement. Quoi qu’il en soit, l’investissement dans le port du Pirée est un investissement très, très important », a-t-il déclaré à South China Morning Post.

La Grèce adhère à l’initiative chinoise 16+1

L’Union européenne et les États-Unis ont mis en garde les pays européens contre les risques d’accepter des investissements chinois. Toutefois, ces mises en garde n’ont pas été entendues et les pays les plus pauvres de la région continuent à affluer vers la Chine dans l’espoir que ses investissements pourraient stimuler leurs économies.

« La Grèce a un grand besoin d’investissements. Nous espérons que la logique l’emportera en fin de compte, ce qui signifie que nous devrions profiter de toutes les occasions qui se présentent et en tirer parti pour renforcer notre collaboration. La Grèce continuera à suivre une politique multidimensionnelle, une politique inclusive, sans exclure qui que ce soit », a fait entendre M. Dragasakis, cité par Hellenic Shipping News.

Lors du sommet sur la coopération entre les pays d’Europe centrale et orientale et la Chine (PECO-Chine) qui s’est tenu récemment à Dubrovnik, la Grèce a rejoint ce groupe en tant que son dix-septième membre. PECO-Chine, également connu sous le nom d’initiative 16+1, est un groupe de 16 pays européens qui recherchent une coopération économique avec la Chine. Avec l’adhésion de la Grèce, l’initiative sera bientôt rebaptisée 17+1.

Lors du sommet sur la coopération entre les pays d’Europe centrale et orientale et la Chine (PECO-Chine) qui s’est tenu récemment à Dubrovnik, la Grèce a rejoint le groupe en tant que son dix-septième membre. (Image : Capture d’écran / YouTube)

Alors que la Grèce tombe de plus en plus dans les filets de la Chine, les craintes de l’Union européenne et des États-Unis semblent se matérialiser – Pékin utilise son argent pour retourner les pays européens les uns contre les autres. Il y a quelques années à peine, la Grèce a bloqué la tentative de l’UE d’adopter une déclaration unifiée contre l’agression de la Chine dans la mer de Chine méridionale. Le nombre de pays européens qui prendront le parti de Pékin ne fera qu’augmenter à mesure que ces pays deviendront de plus en plus dépendants des investissements chinois.

Vision Times

Version originale

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le avec vos amis et faites-nous part de vos commentaires.

 
 
 
 

Actes antichrétiens : une église emblématique de Toulouse cible d’un acte de vandalisme

Actes antichrétiens : une église emblématique de Toulouse cible d’un acte de vandalisme
Située dans le quartier des Carmes, dans le centre historique de Toulouse, l’église Notre-Dame de la Dalbade a ...
LIRE LA SUITE
 

Gilets jaunes : le patrimoine (175 000 euros) d’un manifestant saisi pour payer les dégradations dont il est soupçonné

Gilets jaunes : le patrimoine (175 000 euros) d’un manifestant saisi pour payer les dégradations dont il est soupçonné
Mis en examen pour la destruction d’une station-service et de radars automatiques, un homme propriétaire de trois appartements ...
LIRE LA SUITE
 

Du « chien grillé vivant » : la maltraitance animale en Chine atteint de nouveaux sommets

Du « chien grillé vivant » : la maltraitance animale en Chine atteint de nouveaux sommets
Avertissement : Cet article contient des images pouvant heurter la sensibilité du lecteur. Un restaurant de la province ...
LIRE LA SUITE
 

La liberté économique, une union indissoluble entre la vertu et le bonheur

La liberté économique, une union indissoluble entre la vertu et le bonheur
Le rapport sur l'emploi pour le mois d'avril démontre que l'économie américaine se porte très bien - en ...
LIRE LA SUITE