Grâce à la mobilisation, l’élève de 10 ans atteint d’autisme peut enfin manger à la cantine

7 décembre 2022 Mis à jour: 7 décembre 2022
FONT BFONT SText size

Olivier, un élève de 10 ans souffrant d’un autisme léger, avait été exclu de la cantine de son établissement scolaire pour avoir fait une crise de panique et faute de personnel périscolaire capable de gérer la situation. Grâce à une forte mobilisation autour de l’enfant, ce dernier a pu réintégrer la cantine de son école ce mardi 6 décembre à Lyon.

La Ville de Lyon, en concertation avec l’Éducation Nationale ont pris la décision de réintégrer le jeune garçon qui avait été exclu fin novembre de la cantine de son école, située dans le 9e arrondissement de Lyon, rapporte France 3 Auvergne-Rhône-Alpes.

La Ville et l’Éducation Nationale décide de le réintégrer définitivement

À l’origine de cette exclusion, la crise de panique qu’avait fait Olivier en raison de l’absence de son référent scolaire. Le jeune garçon avait alors été exclu de la cantine « du jour au lendemain » et pour « pour une durée indéterminée », avait expliqué sa mère, ainsi que le relatait France 3 Auvergne-Rhône-Alpes le 2 décembre dernier.

Pour ne pas le laisser seul, la maman n’avait pas eu d’autre choix que de venir tous les midis déjeuner avec lui, parcourant chaque jour une heure aller et une heure retour. Une situation qu’elle avait qualifié d’ « intenable » auprès de France 3. Olivier pleurait tous les jours, se sentant « triste, exclu et frustré ». Une exclusion qu’il avait déjà vécue à deux reprises, en 2021 et en ce début d’année.

C’est en raison du manque de personnel périscolaire compétent pour gérer cet élève en situation de handicap que le jeune garçon avait été exclu. Un problème qui a été mis sur la table ce lundi 5 décembre, date à laquelle la famille d’Olivier a été reçue par la mairie de Lyon. La réunion entre la Ville et l’Éducation Nationale a abouti à une décision conjointe, à savoir la réintégration d’Olivier à la cantine. Réintégration rendue possible grâce à l’embauche, sur le temps périscolaire, d’un nouvel AESH (assistant d’élève en situation de handicap) pour cet élève, précise la Ville dans un communiqué.

« Nous avons reçu de la Ville un engagement ferme dans ce sens »

Ainsi que le rapporte France 3, outre Olivier et sa famille, cette décision a également réjoui Chams-Ddine Belkhayat, le président de Bleu Network, une association qui, est-il précisé sur son site, « met en relation les différents acteurs de l’accompagnement de personnes avec troubles du spectre de l’autisme ». « C’est évidemment une très bonne nouvelle. La mobilisation a payé, nous sommes soulagés pour Olivier et sa maman », a confié Chams-Ddine Belkhayat, également auteur du livre Autisme: mieux comprendre pour accompagner. « Nous avons reçu de la Ville un engagement ferme dans ce sens », a-t-il signifié, ce qui écarte toute nouvelle exclusion.

La Ville précise par ailleurs dans son communiqué qu’ « une nouvelle rencontre sera organisée en janvier avec l’ensemble des acteurs concernés, dont l’Éducation nationale, pour trouver une solution adaptée et durable à la situation d’ Olivier ». Elle demande à l’État « un travail de coopération plus étroit sur le statut et le financement des AESH ».

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé