La goutte n’est pas nécessairement causée par un taux élevé d’acide urique, voici sa cause principale

15 août 2022 Mis à jour: 15 août 2022
FONT BFONT SText size

La goutte est connue comme la « maladie des rois » depuis l’Antiquité, car de nombreuses personnes souffraient de crises de goutte après avoir mangé beaucoup de poisson et de viande. On pense que l’accumulation d’acide urique dans l’organisme est due à la consommation d’aliments riches en protéines, comme la viande et les fruits de mer.

Cependant, certaines personnes ont un taux élevé d’acide urique dans l’organisme, mais ne souffrent pas de la goutte. D’autres développent la goutte même si leur taux d’acide urique est faible.

En fait, la goutte n’est pas nécessairement due à la consommation d’aliments riches en protéines ou à un taux élevé d’acide urique. Il existe une autre raison essentielle.

Qu’est-ce qui provoque une crise de goutte ?

Une crise de goutte est une chose terrible. Elle survient rapidement et violemment, comme une aiguille qui se plante dans l’os, ce qui est extrêmement douloureux.

Une crise de goutte est liée à un excès d’acide urique dans l’organisme, qui se dépose et se cristallise dans les articulations ; l’hyperuricémie est donc considérée comme un facteur de risque de la goutte. L’acide urique est le produit du métabolisme de la purine. Environ 80% de la purine présente dans l’organisme humain provient du catabolisme corporel, et les 20% restants proviennent de l’alimentation. « Chez les individus en bonne santé, deux tiers de l’acide urique sont excrétés par le rein et un tiers par l’intestin avec la dégradation de l’urate par les bactéries intestinales », explique une étude de 2012.

Cependant, les scientifiques ont constaté qu’il n’y a pas de relation directe entre le taux d’acide urique et le développement de la goutte. Certaines personnes ayant un faible taux d’acide urique dans le sang développent tout de même la goutte, mais certaines personnes ont un taux d’acide urique plus élevé que la normale, mais ne développent pas la goutte.

Chen Junxu, médecin et directeur du DCNHC, auteur de “Using natural remedies as alternative solution for modern diseases”, [Utiliser des remèdes naturels comme solution alternative aux maladies modernes], souligne que la cause principale des crises de goutte est le dépôt d’acide urique. Chez certaines personnes, l’acide urique ne précipite pas et ne cristallise pas, il ne provoque donc pas de goutte.

Il explique que cela est lié au principe de neutralisation acide-base. Les substances acides se cristallisent facilement dans une solution acide, mais elles seront neutralisées dans une solution alcaline et ne formeront pas de cristaux. Une étude de la NYU School of Medicine a souligné que la cristallisation de l’acide urique fait intervenir divers facteurs, notamment un environnement acide.

Or, le sang est légèrement alcalin, avec un pH compris entre 7,35 et 7,45. S’il est inférieur à 7,35 (acidose) ou supérieur à 7,45 (alcalose), la personne est envoyée aux urgences. Les cellules sont généralement faiblement alcalines. Alors, d’où vient un environnement acide ?

Le Dr Chen explique qu’il s’agit de l’acidité et de l’alcalinité du liquide tissulaire de l’articulation.

Lorsque le liquide tissulaire de l’articulation est acide, même si le taux d’acide urique n’est pas élevé, cela peut entraîner une précipitation de l’acide urique qui se cristallise facilement, provoquant des crises de goutte. Si le liquide tissulaire est légèrement alcalin, même si l’acide urique est un peu élevé, il n’entraînera pas de précipitation pas car il sera neutralisé.

Comment peut-on savoir si le liquide tissulaire est acide ou alcalin ?

Le liquide tissulaire, également appelé liquide interstitiel, existe entre les cellules et constitue le milieu d’échange de matière entre le sang et les cellules tissulaires. Le Dr Chen souligne que pour maintenir le pH du sang, des métabolites acides doivent être excrétés dans le liquide tissulaire, ce qui entraîne une valeur de pH relativement instable du liquide tissulaire.

Le chercheur japonais Yoshinori Marunaka a écrit dans une étude sur les fluides interstitiels que « les fluides interstitiels ont une faible capacité de tamponnement du pH. Par conséquent, la production excessive de métabolites acides abaisse le pH des liquides interstitiels, même lorsque le pH du sang intracellulaire et ‘artériel’ reste normal. »

En outre, une étude parue dans BioMed Research International a souligné l’importance de l’homéostasie du pH dans le maintien de l’homéostasie physiologique et la prévention du développement des maladies ; lorsque le fluide tissulaire devient acide sous l’influence de métabolites acides, l’équilibre du métabolisme cellulaire sera perturbé, entraînant des maladies métaboliques.

« Contrairement au pH intracellulaire et sanguin, le pH du liquide interstitiel peut facilement être réduit par un stress acide. Cela peut perturber l’homéostasie du métabolisme intracellulaire, conduisant au développement de maladies métaboliques. »

Les personnes en surpoids ou souffrant d’obésité abdominale ont tendance à avoir un liquide tissulaire acide en raison d’un mauvais métabolisme. Les facteurs de risque de la goutte comprennent l’obésité et le syndrome métabolique caractérisé par une obésité abdominale.

Comment déterminer si le liquide tissulaire est acide ?

Selon le Dr Chen, on peut le mesurer à partir de la salive. La salive est à l’origine faiblement alcaline, et la valeur du pH doit être comprise entre 7,2 et 7,4. Si elle est détectée comme faiblement acide, le liquide tissulaire de l’articulation est probablement trop acide. Lorsqu’un patient subit une crise de goutte, le pH de la salive peut avoir chuté à 5,5.

Adopter certains aliments pour prévenir une crise de goutte

Selon la théorie susmentionnée, lorsque le liquide tissulaire devient faiblement alcalin, l’acide urique se dissout lentement.

Dans le traitement clinique, le Dr Chen recommande principalement aux patients de prendre des compléments de minéraux alcalins, tels que le calcium et le magnésium, dont les gens ont tendance à manquer.

Pour ramener le liquide tissulaire à un état légèrement alcalin, les patients les plus atteints doivent prendre 1000 mg de calcium et 500 mg de magnésium par jour. Les patients doivent également éviter les aliments frits et les aliments transformés qui affaiblissent le métabolisme de l’organisme. Le Dr Chen demande à ses patients de se rendre chez le médecin toutes les semaines pendant environ un mois, afin de suivre l’amélioration progressive de leur état. Au cours de cette période, le pH de la salive revient généralement à 7,2.

Pour ceux qui présentent des symptômes légers ou qui sont généralement en bonne santé, le Dr Chen recommande de manger des légumes verts à forte teneur en calcium et en magnésium. Par exemple, les épinards, le chou frisé, l’amarante rouge, le chou, le chou vert, les feuilles de patate douce, le gombo, etc.

Dans un autre article, le Dr Yoshinori a également introduit l’idée que « divers fruits et légumes étaient classés comme des aliments à faible charge acide rénale potentielle (PRAL) et pouvaient induire le fluide corporel vers un état alcalin. »

Il a écrit : « Divers facteurs bioactifs présents dans les aliments naturels tels que les fruits et les légumes peuvent avoir des fonctions alcalines potentielles qui contribuent à l’homéostasie du pH par plusieurs mécanismes. »

Les épinards, le céleri, l’aubergine, la tomate, les haricots verts, les raisins secs, le cassis, la banane, les abricots, l’orange et la pomme peuvent réduire la charge acide dans l’ensemble du corps.

Lorsque le liquide tissulaire de l’organisme redevient faiblement alcalin, cela contribue à réduire le risque d’une crise de goutte, tout en améliorant l’odeur corporelle et l’haleine.

Selon le Dr Chen, lorsque le corps est acide, la personne peut sentir mauvais et avoir mauvaise haleine, ce dont elle ne se rend peut-être pas compte. Lorsque les conditions physiques s’améliorent et que les métabolites acides sont excrétés à l’extérieur du corps, cela corrige également l’odeur physique.

Cependant, si on commence à manger et à boire sans discernement, ou à se coucher tard, le liquide tissulaire redeviendra acide et la goutte réapparaîtra.

Prévenir la goutte

1- Les fruits de mer, la viande et les autres aliments à forte teneur en protéines peuvent être consommés normalement et avec modération, mais les légumes doivent représenter près de la moitié du régime alimentaire.
2- Boire beaucoup d’eau pour stimuler le métabolisme. Pour les patients souffrant de goutte non-sévère, on peut prendre des suppléments de calcium et de magnésium, le calcium est de quelques centaines de milligrammes, et le magnésium est la moitié du calcium.
3- Un exercice régulier et modéré aide le corps à métaboliser. Il faut éviter les exercices excessifs et le jeûne. L’exercice intense peut facilement endommager les articulations, stimuler la précipitation de l’acide urique et induire la goutte.
4- La goutte étant liée au métabolisme, « le maintien d’un poids non-obèse et la perte de poids à l’âge adulte sont essentiels pour la prévention et le traitement de la goutte à l’âge adulte. »
5- Maintenir un mode de vie sain, éviter de boire de l’alcool, éviter de se coucher tard.

***
Chers lecteurs,
Abonnez‑vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé