George Soros, des syndicats et des gouvernements européens contrariés par le rachat de Twitter

8 mai 2022 Mis à jour: 10 mai 2022
FONT BFONT SText size

Elon Musk, première fortune mondiale, est désormais la cible des organisations de gauche depuis qu’il a annoncé son intention de racheter Twitter pour favoriser la liberté d’expression.

Le 3 mai, Elon Musk a exigé l’ouverture d’une enquête sur les entités exhortant les annonceurs à boycotter la plateforme s’il rectifiait les pratiques de modération du contenu.

« Qui finance ces organisations qui cherchent à contrôler votre accès à l’information ? Enquêtons… » a tweeté Musk le 3 mai. « La lumière du soleil est le meilleur désinfectant. »

Musk a rédigé cette réponse au moment où CNN faisait état de la lettre (pdf) ratifiée par plus d’une vingtaine d’organisations de gauche.

« Intéressant. Je me demande si ceux qui financent ces organisations sont pleinement conscients de ce qu’ils font », a‑t‑il poursuivi le lendemain en réponse à un article du Daily Mail.

L’article, partagé par le milliardaire, affirme : « George Soros, les équipes de Clinton et d’Obama et certains gouvernements européens sont derrière la campagne anti‑Musk. »

George Soros, fondateur et président de l’Open Society Foundations arrive pour une réunion à Bruxelles, le 27 avril 2017. (Olivier Hoslet/AFP via Getty Images)

Les organisations ont envoyé cette lettre conjointe à de grandes compagnies de renommée mondiale, comme Coca‑Cola, Apple, Kraft et Disney, pour les exhorter à réduire leurs dépenses publicitaires sur Twitter si Musk ne respectait pas plusieurs règles spécifiques, notamment le blocage de certaines personnalités ou responsables politiques.

Parmi les organisations ayant signé la lettre figurent Black Lives Matter Network Foundation, NARAL Pro‑Choice America, Women’s March, Media Matters for America et GLAAD .

On peut y lire : « En tant que principaux annonceurs sur Twitter, votre marque risque d’être associée à une plateforme qui amplifie la haine, l’extrémisme, la désinformation en matière de santé et de théories du complot. (…) Sous la direction de Musk, Twitter risque de devenir un cloaque de désinformation, avec votre marque qui y sera associée, polluant notre écosystème d’information à une époque où la confiance dans les institutions et les médias d’information est déjà au plus bas. »

L’article du Daily Mail n’a pas mâché ses mots pour décrire ces organisations et ceux qui les soutiennent : « [Il s’agit] de groupes financés par de l’argent sale, comme l’Open Society Foundation de George Soros, des ONG fondées par d’anciens membres des administrations Clinton et Obama, des donateurs démocrates fortunés et leurs fondations familiales, des syndicats et des gouvernements de pays européens. »

La lettre a été signée par 26 groupes dirigés par Accountable Tech, Media Matters for America et UltraViolet.

Sponsors

Parmi les signataires de la lettre figure Access Now, une organisation à but non lucratif créée en 2009 pour défendre et étendre les droits civils numériques des personnes à travers le monde. Sur son site Web, le groupe s’oppose au rachat de Twitter par Elon Musk.

Plus de 60 % du financement de l’organisation provient de gouvernements et d’agences de développement, indique le site Web.

Le ministère fédéral des Affaires étrangères allemand, l’agence gouvernementale suédoise Sida, Global Affairs Canada, le ministère néerlandais des Affaires étrangères figuraient parmi les principaux donateurs de l’organisation l’année dernière.

L’Open Society Foundations de George Soros est également un donateur important.

La nouvelle de l’offre de rachat tweetée, à Chicago, Illinois, le 25 avril 2022. (Scott Olson/Getty Images)

Accountable Tech, autre signataire de la lettre, est un groupe basé à Washington et cofondé par Nicole Gill, militante politique et initiatrice de la Tax March en 2017 (une série de manifestations organisées dans plus de 150 endroits aux États‑Unis le 15 avril 2017 afin de faire pression sur Trump pour qu’il publie ses déclarations de revenus).

Nicole Gill a fondé Accountable Tech en mai 2020 avec Jesse Lehrich, ancien porte‑parole de la campagne présidentielle d’Hillary Clinton en 2016. Jesse Lehrich est également le neveu de David Axelrod, ancien conseiller principal du président Barack Obama, selon l’article du Daily Mail.

« Les géants des médias sociaux érodent notre consensus sur la réalité et poussent la démocratie au bord du gouffre », déclare l’organisation sur son site Web. « Accountable Tech se défend. »

Media Matters for America, cosignataire de la lettre, est un organisme de surveillance des médias fondé en 2004 par David Brock, un ancien journaliste d’investigation de droite devenu libéral. David Brock a été décrit par Time Magazine en 2015 comme « un des agents les plus influents du Parti démocrate ».

UltraViolet, autre signataire de la lettre, est un groupe de défense des femmes fondé en 2012. L’organisation progressiste à but non lucratif se décrit comme « une communauté puissante et en pleine expansion composée de personnes mobilisées pour lutter contre le sexisme et créer un monde plus inclusif ».

Selon l’article du Daily Mail, le groupe est soutenu par plusieurs syndicats, dont l’AFL‑CIO et l’American Federation of Teachers, ainsi que par de nombreuses fondations familiales, telles que la NoVo Foundation créée par le fils de l’investisseur milliardaire Warren Buffett.

Dans l’immédiat, Access Now, Accountable Tech, Media Matters for America et UltraViolet n’ont pas répondu aux demandes de commentaires d’Epoch Times.

Selon ses détracteurs, Musk risque de tolérer les discours haineux et la désinformation sur la plateforme.

De son côté, Musk s’interroge dans quelle mesure les sponsors qui financent ces groupes sont conscients de leurs actes.

Le milliardaire a reconnu le 27 avril dans un tweet que les attaques contre lui « s’enchaînent sans relâche », elles viennent globalement « de la gauche. Ce n’est pas une surprise ».

« Cependant, je dois préciser que la droite sera probablement un peu déçue aussi », a‑t‑il ajouté. « Mon objectif est de maximiser la zone sous la courbe du bonheur humain total, c’est‑à‑dire les ~80 % de personnes qui se situent quelque part au centre. »

Depuis un mois, Musk fait les gros titres après avoir lancé son OPA sur Twitter. Le 25 avril, Twitter a finalement accepté la proposition du milliardaire de 54,20 dollars par action en espèces, ce qui valorise l’entreprise à environ 44 milliards de dollars. L’opération devrait être conclue dans le courant de année.

Jack Phillips a contribué à cet article.

***
Chers lecteurs,
Abonnez‑vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé