L’avocat chinois de renom Gao Zhisheng a disparu

16 août 2017 Mis à jour: 10 mai 2021
FONT BFONT SText size

Gao Zhisheng, l’avocat chinois des droits de l’homme renommé, qui est depuis trois ans assigné à résidence par le régime communiste, a soudainement disparu de son domicile le 13 août dernier.

Le 15 août, personne n’avait aucune indication du lieu où il pouvait se trouver.

Geng He, l’épouse de Gao qui vit aux États-Unis, a confirmé sa disparition à la chaîne de télévision indépendante New Tang Dynasty Television (NTDTV).

Geng a déclaré qu’elle avait essayé d’appeler son mari le 13 août, mais qu’elle ne pouvait pas l’atteindre. Elle a finalement réussi à contacter son frère aîné, Gao Zhiyi, qui l’a informée que Gao a disparu dans la matinée.

« Le frère de Gao est allé chez Gao vers 8 heures pour partager son petit déjeuner avec lui. Il l’a appelé plusieurs fois, mais Gao n’est pas sorti de sa chambre. Le frère de Gao est allé dans sa chambre mais il n’y était pas. Il a signalé sa disparition à la police à 9 heures. La police locale a organisé une recherche dans la montagne toute proche », a expliqué Geng à un journaliste de NTDTV.

Geng a rajouté que depuis lors elle n’a plus aucune nouvelle. Elle a essayé de rappeler le frère de Gao, mais n’a pas pu le joindre non plus.

« Je suis très angoissée suite à sa disparition. Je vis aux États-Unis depuis plus de huit ans. Bien que je vive maintenant dans un pays libre, je ne me sens pas à l’aise ou libre. Depuis trois ans que Gao a été relâché de la prison et placé en résidence surveillée, le Parti communiste chinois (PCC) ne lui permet pas de rendre visite à un dentiste et de se faire soigner. Aujourd’hui, il a perdu presque toutes ses dents. Chaque fois que je vois de la nourriture, je pense à ses dents. Je ne me sens pas du tout à l’aise », a-t-elle confié.

Après de nombreuses années de torture, les dents de Gao sont fragilisées.

Gao Zhisheng dans son bureau à Pékin (g) le 2 novembre 2005 (Verna Yu / AFP / Getty Images) et en 2017 (photo de militants diffusée en Chine).

Geng He se souvient que la dernière fois qu’elle a parlé à son mari, c’était vers le 11 août. Elle souligne que le PCC n’a jamais cessé de persécuter sa famille en Chine. Les autorités chinoises ont confisqué les papiers des membres de la famille de sa sœur et il leur est interdit de quitter leur ville natale. Geng a peur de téléphoner à sa famille parce que cela pourrait entraîner leur persécution.

La disparition de Gao survient une semaine après qu’il a accordé une  interview exclusive à NTDTV.

L’avocat des droits de l’homme Gao Zhisheng. (Epoch Times)

Le 7 août, il a déclaré par téléphone à NTDTV que tout le monde en Chine a perdu la liberté et vit comme en prison.

« En Chine, 1,3 milliard de personnes sont placées en résidence surveillée, pas seulement moi. Du point de vue de la nature humaine, des droits de l’homme, de l’humanité et du mandat du Ciel, c’est une prison. Mon plus grand souhait est de changer ce système pervers afin que les Chinois puissent vivre une vie normale et que la Chine puisse redevenir une civilisation normale », a-t-il précisé.

Gao disparait à la veille du 19e Congrès du PCC prévu cet automne, la période qui est toujours considérée par le Parti comme extrêmement « sensible ».

Des louanges à la torture

Autrefois, Gao Zhisheng avait été considéré par le ministère de la Justice comme l’un des dix meilleurs avocats de la Chine. Chrétien convaincu, Gao Zhisheng a eu des ennuis avec le régime communiste chinois lorsqu’il a commencé à soutenir juridiquement la cause des pratiquants de Falun Gong, une discipline spirituelle très populaire et cruellement persécutée en Chine.

Les forces de sécurité chinoises ont intensifié leur surveillance de Gao après qu’il a écrit des lettres ouvertes aux principaux dirigeants chinois condamnant cette persécution. Il a été officiellement arrêté en 2006.

Gao a passé les huit années suivantes à faire des allers-retours en prison, où il a été victime des formes de torture utilisées envers les pratiquants de Falun Gong qu’il a lui-même défendus : privation de sommeil, passage à tabac, décharges électriques avec des matraques, etc.

En 2014, Gao Zhisheng a été libéré et placé en résidence surveillée dans sa province natale du Shaanxi.

Constamment harcelés, l’épouse de Gao et leurs deux enfants ont dû fuir la Chine en 2009. Ils vivent actuellement aux États-Unis.

Version anglaise : Renowned Human Rights Lawyer Gao Zhisheng Disappeared, Says Wife

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé