Un frère et une sœur adoptés il y a longtemps se retrouvent après des décennies de séparation, et découvrent qu’ils vivaient des « vies parallèles »

19 avril 2021 Mis à jour: 9 mai 2021
FONT BFONT SText size

Deux frères et sœurs qui ont été adoptés par des familles différentes dans leur enfance ont été réunis, après des décennies de séparation. Ils ont découvert qu’ils vivaient des « vies parallèles » dans le même État, celui de New York aux États-Unis, mais n’ont jamais su que l’autre frère ou sœur existait, jusqu’à récemment.

« Nous aimerions faire connaître notre histoire pour que d’autres personnes adoptées n’aient pas à attendre aussi longtemps que nous pour être réunies », a déclaré Monica Schuss à Epoch Times.

Monica a grandi en tant qu’enfant unique, et elle s’est toujours demandé si elle avait un frère ou une sœur.

Epoch Times Photo
(Avec l’aimable autorisation de Monica Schuss et John Tomanelli)

« Toute ma vie, j’ai voulu savoir si j’avais des frères ou des sœurs. J’ai grandi en tant qu’enfant unique », a déclaré Monica au réseau audiovisuel NBC. « Vous vous demandez s’il y a quelqu’un d’autre, quelque part dans le monde. »

Son frère biologique, John Tomanelli, qui a 7 ans de moins que Monica, se demandait la même chose.

C’est pourquoi, dans les années 1990, John et Monica se sont inscrits au registre d’adoption de l’État de New York. Ils espéraient que cela les mènerait à la vérité sur leurs origines.

Mais après près de trente ans, ils ont commencé à penser qu’ils s’étaient interrogés en vain sur la possibilité d’avoir un frère ou une sœur à connaître.

« Vous avez de l’espoir, et puis l’espoir s’amenuise au fil des ans quand rien ne se passe », a déclaré John dans une interview avec le média local.

Epoch Times Photo
(Avec l’aimable autorisation de Monica Schuss et John Tomanelli)

Mais cet espoir a été ravivé lorsque, 27 ans après s’être inscrits sur le registre d’adoption, ils ont tous deux reçu par courrier une lettre leur annonçant qu’ils avaient un frère ou une sœur. À l’époque, Monica vivait dans le Queens et John à Long Island. Ils ont été surpris et ravis de découvrir qu’ils avaient un frère ou une sœur biologique vivant dans le même État.

« Je me suis dit : ‘J’ai un frère ou une sœur ? Oh mon Dieu, c’est fantastique », raconte John.

Ils ont décidé de se rencontrer dans un restaurant, et selon l’émission On a Positive Note (littéralement, « sur une note positive ») de la chaîne de télévision Long Island News12, ils ont eu une connexion instantanée.

« Nous avions tous les deux le sourire », a raconté John. « Nous nous sommes immédiatement serrés dans les bras. »

Epoch Times Photo
(Avec l’aimable autorisation de John Tomanelli)

« C’était comme si nous étions faits pour nous entendre », a ajouté Monica lors de l’interview avec News12. « C’était comme si nous nous connaissions, même si nous ne nous connaissions pas. »

Ils ont rapidement découvert qu’ils partagent le même hobby : faire du soda bread, un pain traditionnel irlandais, à partir de rien.

Ils ont beaucoup d’autres choses étonnantes en commun, comme un anniversaire à partager. Les deux frères et sœurs ont divorcé la même année, et tous deux avaient précédemment perdu leur mère adoptive.

« C’était tellement étrange que nos vies se soient déroulées en parallèle », a déclaré Monica.

Epoch Times Photo
(Avec l’aimable autorisation de Monica Schuss)

Aujourd’hui, les frères et sœurs sont occupés à rattraper le temps perdu ; ils ont même emménagé ensemble pendant la pandémie du virus du PCC (communément appelé coronavirus).

« Vous savez, nous nous chamaillons », dit Monica en riant. « [Nous] devons le faire ! »

Ils ajoutent qu’ils cherchent des moyens d’aider d’autres frères et sœurs adoptés à se retrouver plus rapidement, afin de ne pas perdre autant de temps avant de pouvoir être réunis.

« Nous [espérons] pouvoir aider ces personnes à trouver ce que nous avons trouvé », a expliqué Monica.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé