Frank James, le suspect de la fusillade dans le métro de New York, placé en garde à vue

Le suspect décrit une "crise de santé mentale" et s'en prend au maire dans ses vidéos
15 avril 2022 Mis à jour: 15 avril 2022
FONT BFONT SText size

Le suspect de la fusillade dans le métro de New York a été arrêté le 13 avril et accusé de terrorisme.

Frank James, 62 ans, a été arrêté à 13 h 42 à l’angle de St. Mark’s Place et de la First Avenue à Manhattan par des policiers new‑yorkais.

Un informateur a alerté la police de l’emplacement de M. James, a déclaré le commissaire de police de New York, Keechant Sewell, lors d’un point de presse.

« Mes chers New‑Yorkais, nous l’avons eu », a annoncé le maire de New York, Eric Adams.

M. James a été placé en garde à vue sans incident.

Il sera poursuivi en vertu d’une loi qui prohibe les « attaques terroristes et autres violences (…) dans les transports en commun », a annoncé le procureur fédéral Breon Peace lors d’un point de presse. « Il comparaîtra devant le tribunal fédéral de Brooklyn et, en cas de condamnation, encourra une peine de prison à perpétuité. »

Selon les autorités, le matin du 12 avril, Frank James, a mis un masque à gaz et a ouvert deux bidons qui ont enfumé le train « N » en direction de Manhattan, avant d’ouvrir le feu alors qu’on entrait en gare au niveau de la 36e rue à Brooklyn.

On peut entendre des coups de feu sur une vidéo prise par des témoins qui montre également des personnes fuyant le wagon.

Des officiers enquêtent sur la fusillade de la station de métro de la 36e rue à Brooklyn, le 12 avril 2022. (Enrico Trigoso/Epoch Times)

M. James a quitté le métro à une station du lieu de la fusillade, la police l’a recherché pendant environ 29 heures.

M. James a un long casier judiciaire, dont neuf arrestations à New York et trois dans le New Jersey. Mais il n’a jamais été condamné, ce qui lui a permis d’obtenir légalement une arme, a déclaré aux journalistes James Essig, un responsable de la police de New York (NYPD).

Frank James a voyagé du Wisconsin jusqu’à Philadelphie, où il a loué un appartement, selon des vidéos sur sa page YouTube et la police.

À partir de Philadelphie, les archives de U‑Haul montrent qu’il a loué un véhicule et roulé jusqu’à New York. Des caméras de surveillance ont filmé son véhicule se rendant jusqu’à New York quelques heures avant l’attaque. Une caméra le montre en train de s’éloigner à pied de la camionnette près d’une station de métro, tandis que sur des images récupérées par la police, on peut le voir entrant dans la station au niveau des tourniquets.

La camionnette a été retrouvée à Brooklyn, ainsi que la clé du véhicule.

Les détectives présents sur la scène du crime ont également retrouvé une arme de poing semi‑automatique de 9 millimètres, des chargeurs, une hachette, un liquide, de l’essence semble‑t‑il, un sac rempli de feux d’artifice et un détonateur.

M. James a indiqué qu’il travaillait pour Lucent Technologies, une société de conseil en technologies de l’information. L’entreprise n’a pas répondu à une demande de commentaires.

Les autorités ont confirmé que M. James était le propriétaire d’un compte YouTube, où il a posté des dizaines de vidéos qui ont été supprimées par la société de technologie.

Dans ces vidéos, Frank James s’insurgeait contre les tirs de la police sur les Noirs et utilisait régulièrement épithètes raciales à l’encontre des Blancs et des Hispaniques.

Sur un compte Facebook, M. James qualifiait l’ancien président Donald Trump et ses partisans de racistes en publiant des images et des mèmes Internet violents, dont un déclarant : « Vous ne pouvez peut‑être pas les battre, mais vous pouvez certainement leur tirer dessus. »

M. James critiquait également le maire de New York Eric Adams et le gouverneur de l’État de New York, Kathy Hochul, tous deux démocrates, en s’en prenant particulièrement à leur récente annonce concernant l’aide aux malades mentaux dans la ville et l’État de New York.

Dans une de ses vidéos, M. James a déclaré avoir eu une « crise de santé mentale » dans le passé avant de se lancer dans une diatribe chargée de jurons contre les personnes qui l’ont pris en charge dans le système de santé mentale.

« Monsieur le Maire, laissez‑moi vous dire que je suis une victime de votre programme de santé mentale », a‑t‑il signalé.

Eric Adams a déclaré à MSNBC le 13 avril ne pas comprendre à quoi Frank James se référait.

« Mais il est clair que cet individu voulait engendrer la terreur et la violence », a‑t‑il poursuivi.

Le maire a ensuite fait savoir que la police lui avait montré divers posts publiés sur les réseaux sociaux où Frank James exprimait son soutien au mouvement Black Lives Matter et à divers nationaliste noirs tel qu’Assata Shakur, qui s’est illustré en tuant un policier de l’État du New Jersey en 1973 avant de prendre la fuite vers Cuba.

Dans une vidéo intitulée « *** BLM », il était particulièrement énervé et critiquait le mouvement et donnant son avis sur des sujets d’actualité tels que la guerre nucléaire, le conflit Russie‑Ukraine et la circulation à Chicago.

Dans les vidéos plus récentes, Frank James évoquait son départ.

« Alors que je quitte l’État du Wisconsin, sur le point de revenir dans l’État de l’Illinois, tout ce que je peux dire, c’est bon débarras, et je n’y reviendrai pas vivant », disait‑il.

***

Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé