Le Raid intervient chez la famille d’un des kamikazes du Bataclan, six interpellations

8 juin 2021 Mis à jour: 8 juin 2021
FONT BFONT SText size

Six membres de la famille d’un des jihadistes ayant participé à l’attentat du Bataclan à Paris ont été interpellés mardi à travers la France, dans le cadre d’une enquête sur le financement du terrorisme, a-t-on appris mardi de source judiciaire.

« Six personnes ont été placées en garde à vue pour ‘financement du terrorisme’ dans le cadre d’une enquête préliminaire du parquet national antiterroriste », a indiqué cette source.

« Cette procédure porte sur des soupçons de transfert de fonds à destination de Foued Mohamed-Aggad et de sa femme en 2014-2015 » et les personnes arrêtées « appartiennent à l’entourage familial » du couple, a-t-elle ajouté.

Après avoir vécu en Syrie et en Irak, Foued Mohamed-Aggad était rentré clandestinement en France à l’été 2015 pour devenir l’un des trois assaillants morts en perpétrant la tuerie dans la salle de spectacles du Bataclan à Paris, lors des attentats du 13 novembre 2015 (130 morts et plus de 350 blessés au total, dont 90 au Bataclan).

« Cinq personnes ont été interpellées à Strasbourg et dans la région de Wissembourg (Alsace, nord-est, ndlr) dont la mère et une tante de Foued Mohamed-Aggad », a précisé une source policière. La sixième personne a été arrêtée en Gironde (sud-ouest), selon une source proche du dossier.

Depuis son départ vers la Syrie, Foued Mohamed-Aggad avait conservé des contacts réguliers avec sa mère et sa famille, avant d’annoncer fin août 2015 qu’il allait « mourir en martyr » et de couper les ponts, selon des notes des services de renseignement français. « Dans ses échanges avec sa mère, il indiquait que, s’il devait rentrer en France, ce serait uniquement pour commettre un attentat », selon l’enquête sur les attentats du 13-Novembre.

Quant à sa femme Hadjira, « la jeune Franco-Algérienne avait donné naissance à une fille en Irak » en août 2015 et « elle aurait trouvé la mort avec son enfant début 2018 au cours d’un bombardement », selon le quotidien régional les Dernières nouvelles d’Alsace.

Le procès des attentats du 13 novembre 2015 en France doit s’ouvrir en septembre à Paris.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé