Emmanuel Macron envisage un référendum à l’issue du grand débat le même jour que les élections européennes

3 février 2019 Mis à jour: 4 février 2019
FONT BFONT SText size

Le président français Emmanuel Macron, qui poursuivra lundi le « grand débat national » directement en banlieue parisienne pour sortir de la crise des « gilets jaunes », pourrait envisager l’organisation d’un référendum, selon la presse.

« Selon les confidences de ses proches, le président de la République est prêt à convoquer un référendum le jour des élections européennes, le 26 mai, pour s’extraire de la crise des Gilets jaunes », écrit ainsi le Journal du Dimanche.

Le chef de l’État tente en effet de reconquérir l’opinion après deux mois et demi de fronde sociale et de manifestations tous les samedis.

Ainsi, pour la douzième semaine consécutive – « l’acte 12 » du mouvement -, les cortèges ont rassemblé le 2 février 58.600 personnes dans toute la France, selon les chiffres officiels de la Préfecture – souvent remis en question. Des manifestations émaillées d’incidents à Paris et dans plusieurs villes.

La journée était dédiée aux victimes des « violences policières », qui ont souvent ouvert la marche avec leurs bandages.

La, ou les questions, posée(s) aux Français à l’occasion d’un tel référendum pourrai(en)t notamment porter sur des sujets institutionnels, comme la réduction du nombre des parlementaires, la reconnaissance du vote blanc et la limitation du cumul des mandats dans le temps.

« Tout est sur la table, mais rien n’est décidé », a réagi dimanche l’entourage du président auprès de l’AFP, même si on ne s’attend pas à une remise en question de sa politique notamment concernant l’Union Européenne ou les questions sociétales en France.

Jeudi, M. Macron a confié à plusieurs journalistes que la question d’un référendum ferait « partie des sujets discutés » et devait « être cogitée ».

La concomitance entre un tel référendum et un scrutin européen jugé comme déterminant pour l’avenir de l’UE ne serait pas sans difficulté, c’est le moins que l’on puisse dire et l’on peut s’interroger sur le choix de cette date.

Un ministre, qui préfèrerait un référendum à questions multiples en juin, ou en septembre, insistait cette semaine sur le défi logistique que représenterait ce double vote. Sans oublier qu’il risquerait d’éclipser les enjeux européens si chers à Emmanuel Macron.

« Je souhaite qu’on parle d’Europe le 26 mai », a d’ailleurs relevé dimanche la ministre des Affaires européennes Nathalie Loiseau, prenant clairement ses distances. Selon elle, le président Macron n’a « pas encore pris sa décision ».

D’autres redoutent un vote sanction contre le gouvernement, quatorze ans après le non français au référendum de 2005 pour une Constitution européenne.

« Il n’y a aucun tabou, aucun interdit pour le chef de l’État, mais il faut évidemment attendre la fin du débat avant d’envisager quoi que ce soit », souligne le ministre chargé des Collectivités territoriales Sébastien Lecornu, coanimateur du grand débat, dans le quotidien régional Ouest France dimanche.

Après quatre premières rencontres en forme de stand-up, Emmanuel Macron se rend lundi à Evry-Courcouronnes, à une trentaine de kilomètres au sud de Paris, avec environ 300 élus et représentants d’associations. Jeudi, il ira à la rencontre des jeunes des banlieues qui ont jusqu’à présent largement boudé ces discussions.

L’organisation de débats publics partout en France sous l’égide des mairies est une réponse des autorités à la crise des « gilets jaunes », un mouvement social contre la politique fiscale et pour la défense du pouvoir d’achat en cours depuis le 17 novembre. Pour certains, cela s’apparente plus à une campagne du président pour les Européennes. Les premières rencontres ont débuté mi-janvier et s’achèveront mi-mars.

LG avec AFP

VIDÉO RECOMMANDÉE

Vannes: Il commande un maillot de bain et reçoit des lingots et des Louis d’or

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé